Partagez | 
 

 Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mer 25 Juin - 0:40

Chapitre 1: Un jardin de connaissance

Encore un automne bien long dans le continent de Cristal. Plongé dans la beauté des feuilles mortes virevoltantes dans les cieux, les trois royaumes pacifiques était consumé dans une beauté rousse des plus admirables. Dans l'imposant palais de la famille royale de Fantasia, une magnifique jeune kitsunée au pelage noir regardait la beauté du paysage d'automne dans le jardin, habillée de son imposant et riche kimono aux couleurs de la saison. Tendant les mains vers le ciel, elle ferma les yeux en sentant la brise lui caresser le visage, souriante.
Courant vers la renarde noire, une servante ayant la même race que cette dernière se confondit en politesse, priant la jeune femme de rentrer à l'intérieur au plus tôt.

Servante: Ma reine, il est imprudent pour votre santé fragile de rester dehors par un froid pareil! Je vous en prie, rentrez au chaud!
Reine kitsuné *souriante*: Saryta, tu es vraiment gentille mais je vais bien, l'air n'est pas encore trop frais. Dis moi plutôt si mon fils se porte bien.
Servante: Ma reine, le prince Sora étudie à cette heure-ci dans la bibliothèque royale en compagnie des anciens. Si vous me le permettez, je dirais que votre fils est d'un extrème sérieux sur ses connaissances! Mon fils et ma fille font toujours la moue lorsqu'ils doivent aller à l'école...
Reine kitsuné *riant de bon coeur*: Ha ha ah! Et bien Saryta, te voilà d'une étrange situation. Cependant tu as raison, je vais rentrer le froid commence à se faire, je vais voir comment va Sora à la place. 

Ainsi, la reine au pelage noire prit la direction de la bibliothèque où à chacun de ses pas dans les couloirs du palais les domestiques s'empressaient de faire une courbette, il en valait de même pour les vieux kitsunés au pelage gris de viellesse de la bibliothèque. Le très jeune prince kitsuné, Sora Tadase, tout juste âgé de cinq ans était allongé sur le sol de tatamis, entouré de parchemins, de grimoires et autres écrits remplis de savoir. Souriante, la jeune reine s'asseya aux côtés de son fils, le contemplant en regardant sa si grande intelligence, elle lui caressa sa courte chevelure rousse comme les feuilles d'automne.

Reine kitsuné: Sora, tu travaille beaucoup c'est impressionnant dis-moi. Mais, ne devrais-tu pas aussi étudier les arts martiaux aussi? 
Sora: Mère, pour moi les arts martiaux sont comparables à une science de sourds. 
Reine kitsuné: Oui mais cette sois-disant "science de sourds" sert à protéger ton peuple et ta famille. La force mentale ne fais pas tout, la force physique est aussi importante.
Sora: Ma faible constitution ainsi que mon âge ne feront pas de moi un fier guerrier, de plus je ne sais même pas prendre ma forme entière de kitsuné, je reste un humain aux allures d'un renard, c'est pathétique pour un furur roi...

La belle reine au pelage noir soupira en souriant puis vint se pencher vers le front du petit renard, toujours aussi plongé dans les livres pour l'embrasser sur le front, d'un geste simple et maternel. Elle lui poussa les livres en face de lui pour le prendre dans ses bras. Blottit contre sa mère et son très long kimono royal, le petit Sora baissait les oreilles de honte.

Reine kitsuné: Tu ne dois pas éprouver de honte, je t'aime comme tu es et tu trouveras quelqu'un un jour qui t'aimeras comme tu es...
Sora: ...Je n'ai même pas l'amour de père. 

La jeune reine s'arrêta de caresser le poil roux de son fils et aborda un visage confus, ne sachant pas quoi dire. Il était vrai que depuis sa naissance, Sora était constament malade et faible, ce qui retirais progressivement l'estime que le roi kitsuné proposais en lui. Petit à petit que le prince roux grandissait, il devint plus éloigné de l'objectif de son père, à savoir devenir un guerrier redouté. Il se dégoûta même d'avoir engendré une "chiffe molle", pas assez digne pour être son fils.

Reine kitsuné: ...Sora peux-tu me faire une promesse? 
Sora *relevant les oreilles*: Laquelle?
Reine kitsuné: Même si la maladie te rattrape, même si tes sentiments deviennent négatifs , devient un fier guerrier capable de battre n'importe qui par la seule force de la pensée. Tu élaborera des stratégies digne des plus grands rois et tu mettras au point des techniques si ponctuelles que tu pourras surpasser les plus grands.

Les yeux du petit renard pétillèrent d'encouragement et il eu la bouche écarquillée de bonheur lorsqu'il entendit la si belle bénédiction de sa génitrice. Lui effectuant une courbette jusqu'au tatamis, il promis tout ceci à la belle kitsuné noire.

Sora: Je te le promet! Plus personne ne se moquera de moi et tous me redouteront! Je continuerais à travailler mes connaissances jusqu'au fin fond de l'histoire de l'humanité, je surpasserais n'importe quel bookman où dragon de ce monde et je montrerais à tout le monde que la force mentale peut être un atout immense dans les cartes d'un dirigeant! J'aurais le savoir du monde entier entre mes mains!! 

La reine se leva, souriante et fière de sa progéniture et s'apprêta à sortir de la bibliothèque lorsqu'elle s'effondra au sol en toussant, crachant du sang alors que les domestiques et anciens se ruaient sur elle.

Vieux kituné: Reine Synistrila! Vite, ammenez-là dans sa chambre, appelez les médecins et faites lui couler une grande bassine d'eau brûlante! 
Reine kitsuné *soufflant à pleins poumons*: Je...je vais bien...ne me montrez pas à Sora et emmenez-moi dans ma chambre...

A la vue de l'attroupement, le petit renard roux se rua vers eux, certains d'avoir entendu la voix de sa mère. Un groupe de servantes l'arrêtèrent, le poussant vers la bibliothèque,  le sommant de ne pas venir.

Sora: Laissez-moi passer!! C'est ma mère que ne vas pas c'est ça?! Répondez!
Servante: Mon prince, il est préférable de laisser votre mère se reposer.
Servante: La reine Synistrila à juste eu un malaise, laissez-là reprendre son souffle! 
Sora: Vous mentez! Que veux dire ce sang sur le sol hein?
Servante: Que...et bien...
?: Cela suffit. Sora tais-toi et vas dans ta chambre, ton attitude frivole va l'ennuyer. 

Un grand kitsuné au poil roux comme le petit venait d'entrer dans la salle, voyant l'agitation et gifla le petit renard qui tomba à terre, ayant presque les yeux larmoyants de honte. Le grand roi kitsuné Satoyû, père de Sora regardait son fils de haut d'un air méprisant tendis que celui-ci s'enfuya de la pièce vers sa chambres, poussant tous les domestiques qui furent dans le couloir violemment. Courant jusque dans son lit, il pleurait la faible santé de sa mère, proche de la mort.


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.




Dernière édition par Sora le Ven 24 Oct - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mer 25 Juin - 16:19

Chapitre 2: Pourquoi tant de curiosité?


Une semaine déjà que la reine Synistrila était restée enfermée dans sa chambre.
Son état s'aggravais de jours en jours et les médecins ressortaient, très souvent avec une mine grave et le chapeau retiré. Synistrila était réputée pour être la reine kitsuné la plus fragile de toute la dynastie, ce qui devint en elle la plus grande honte de n'importe quel génération royale. Finalement, elle et Sora faisait une génération bien idiote, au plus grand désespoir du roi. Pas un seul instant le petit renard n'avait la permission de rentrer dans sa chambre pour la voir, seuls les domestiques et les aides soignantes étaient autorisés à l'approcher, pas même le roi. 
Ainsi donc, Sora du vivre de longs mois sans l'amour de sa mère, aprenant à être le plus autonome possible...
Un jour où il marcha près du secteur militaire du palais, il écouta à la porte de la réunion dès qu'il eu entendu le mot "Synistrila". A l'intérieur, son père, les conseillers ainsi que ministres et quelques représentants de la garde tenaient une conférence de la plus haute importance.

Roi kitsuné: Quelle bande d'imbéciles ces loups-garous! Oser me provoquer, moi le roi des kitsunés en une bataille pour une parcelle de terrain dans le continent de Cristal?
Ministre: C'est insensé mon roi, refusez! Imaginez la catastrophe que cela provoquerais si les loups-garous viendraient à envahir notre beau continent pacifique! Le domaine des anges, des elfes et des fées serait réduit en esclavage en moins de deux!
Roi kitsuné: Et je devrais ne rien dire parce que je fais parti d'un peuple pacifique?! Sachez que je suis également roi comme ce vulgaire chien galeux de roi de Mila ne possédant aucune intelligence! Et quand tant que tel, je dois imposer ma tenacité!

Le petit renard riait tout bas en entendant son père s'énerver car il était vexé de la sorte. Silencieux, il continua d'écouter la conversation jusqu'à entendre ce qui l'intéressais réellement.

Représentant de la garde: Oui mais refuser une demande de guerre au roi de Mila nous donnerait une mauvaise réputation, et sa colère ne sera que plus grande. Cette fois-ci il sera probable qu'il se laissera aller à une simple guerre, rentrant dans nos villages et enlevant nos femmes et tuant nos enfants! 
Roi kitsuné *se massant le front*: Certes...Mais nous ne pouvons pas compter sur l'aide de Synistrila qui aurait pu assurer son aide en tant que prophète au dieu Kyûbi...
Ministre: De plus, nos chances de survie dans cette guerre est limitée, nos forces ne sont pas égales à la leur, il faudra penser à une stratégie.

Chacun se creusait la tête pour trouver une solution assez efficace pour tenir tête à la puissante armée de loups. Sora après avoir poussé un soupir, poussa la porte coulissante devant les regard ébahis des adultes et afficha une attitude déterminée.

Sora: Si vous me le permettez, j'aimerais prendre la place de ma mère et être le prophète de Kyûbi à sa place. De plus, je consens à bien vouloir vous aider à élaborer un stratagème pouvant écraser cette armée.
Roi kitsuné *furieux*: N'as-tu donc pas assez à vouloir faire ton fier?! Le travail de prophète est destiné aux reines depuis des siècles et tu veux démolir cette tradition? Par Kyûbi, tu es la honte de notre royauté!! Et en plus de cela tu veux apporter ta sois-disant "aide" de gamin? La vie de soldats est entre nos mains petit ignorant!! 

Saisissant le petit renard par le col, il le souleva en l'air, lui crachant au visage des horreurs dont un père n'aurait jamais du dire à son fils. Les conseillers tentèrent, tant bien que mal à essayer de stopper leur roi, essayant de le calmer afin qu'un drame ne se produise. L'un deux, le plus âgé prit la défense du petit prince.

Vieux conseiller: Mon roi, dans cette situation, toute aide est la bienvenue, la plus farfelue qu'elle soit! Et votre fils possède des capacités mentales des plus remarquables, nul doute que Kyûbi acceptera de s'entretenir avec ce jeune garçon! 
Roi kitsuné *lâchant Sora violement*: Hum...c'est vrai dans un sens.

Se rasseyant autour de la table de stratège, il fit signe au jeune prince de s'assoir également. Timidement, Sora examinait la carte au centre de la table, admiré par les conseillers.

Sora: Est-ce la carte du pays de Mila? Je reconnais facilement ce plan détaillé sur les montagnes là-bas.
Conseiller: C'est exact mon prince!
Sora: En ce cas, le mieux qu'il y ait à faire serait de partir en plusieurs escadrons dans le ciel, ils seront sûrement en train de se cacher dans les montagnes, attendant qu'on arrive par le sol pour nous tuer un par un comme des lapins. Je recommanderais juste une centaine d'hommes pas plus!
Roi kitsuné: Juste une centaine?! C'est vraiment trop peu allons!
Sora: Exact mais moins nous seront nombreux, plus ils se sentiront en sécurité, leur égo dépasse l'entendement. Il faudra juste prendre suffisamment de flèches pour les tuer par le haut, et il faudra également revêtir nos armures au cas où ils auraient eu des armes à feu pour nous avoir. Ensuite, il faudra juste la bénédiction de Kyûbi et la victoire sera, à coup sûr pour nous. 
Roi kitsuné: En est-tu sûr Sora?
Sora *le fixant dans les yeux*: Je vous le promet.

Tous regardaient avec admiration et timidité, l'immense sens de logique du prince et son intelligence hors du commun. En à peine cinq minutes, il avait trouvé une solution alors que les adultes bûchaient de longues heures.
Désormais, il était temps de prouver à son peuple, que Sora serait définitivement le futur roi kitsuné le plus dangereux et redouté de sa génération...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Jeu 26 Juin - 13:26

Chapitre 3: L'élu d'un dieu

Marchant dans une longue allée d'un temple, Sora était entouré de nombreux prêtres servant Kyûbi. Un regard sûr de lui et plein de convictions figurait sur son visage, il allait aujourd'hui demander allégence à la place de sa mère, une prophétesse. Dans les allées du temple, chacun murmurait à l'autre son incompétence à surpasser les reines, il n'était pas des plus attendu à vrai dire. 

Prêtre: Mon prince, enfilez ce yukata divin, il vient depuis des siècles aux reines voulant s'entretenir avec Kyûbi, peut être sera-t'il convaincu de vous si vous le portez.
Sora *le mettant*: Bien.

Cette étoffe était sûrement la pièce ayant le plus de valeur de tout le royaume. On raconte que sa couleur d'or et d'argent aurait été absorbé par le vêtement, en étant les larmes de Kyûbi lorsqu'il avait crée son pays, tellement son bonheur était grand en voyant ce qu'était devenue son oeuvre. S'avançant sous les tôris rouges sangs, une immense porte de chêne s'ouvrait devant lui, laissant une aura lumineuse y sortir. Sora serra les poings, poussa un dernier soupir d'encouragement et s'engouffra à l'intérieur, laissant les prêtres inquiets de lui...

Sora *regardant autour de lui*: ...Wouah!

Le petit renard était soudainement entré dans ce qui semblait être un immense palais oriental décoré de carrelage des plus somptueux, de colonnes d'or se hissant dans les plus hauts cieux et de la végétation proche de celle d'un oasis ornait l'extérieur. Timidement, il se rendit compte qu'il était dans l'entrée du palais, parsemé d'immenses escaliers tourbillonants menant dieu sait où. Cependant le palais indien fut si grand que le petit renard perdit vite sa confiance et se perdit en confusion, se demandant par où pouvait bien être son dieu. C'est alors qu'un légère brise entraînant des pétales de violette souffla dans les oreilles du renard, il en entendit comme une voix.

~Que fait-tu là jeune garçon kitsuné?~
Sora *confus*: Je...Je remplace la reine Synistrila comme prophète pour venir quérir votre aide, majesté! *faisant une courbette* veuillez pardonner mon insolence mais nous avons besoin de votre bénédiction pour assurer la sécurité de notre pays! 
~...Comment t'appelle-tu?~
Sora: Je me nomme Sora, troisième du nom de la dynastie des rois kitunés! Prince ainsi que futur roi de Fantasia! 
~Ton coeur est bon...suis les violettes, elles te guideront jusqu'à moi...~

Sans perdre une seconde, les pétales de violette furent déjà partis, laissant le petit renard leur courir après jusqu'à arriver finalement dans une immense chambre avec des champs de violette poussées à même dans le carrelage blanc! Deux cerisiers se balançaient dans la pièce par le son du vent, dévoilant en leur centre, un lit à baldaquin ayant les rideaux fins de soie. 
Derrière les rideaux, une silhouette était voyante, montrant un kitsuné fumant de l'opium chinoise, cependant son visage n'était pas visible. 
Voyant sa divinité en chair et en os, le petit renard s'effondra au sol, s'inclinant devant la grandeur de Kyûbi.

Sora: Majesté...c'est un privilège et un honneur pour moi de vous demander votre aide.
~...J'écoute ta parole jeune garçon.~
Sora: Une guerre va éclater dans peu de jours confrontant notre peuple à celui des loups-garous. La reine étant souffrante, je vous demande à sa place d'accorder votre bénédiction à notre armée...
~...~

Le dieu renard ne répondit pas à l'instant. Continuant à fumer en laissant derrière lui des traînées de fumées violettes, étouffant le petit renard qui ne put s'empêcher de tousser.
Enfin, il se leva et poussa derrière lui les longs rideaux mauves, dévoilant ainsi son physique au jeune prophète. Un kitsuné au poil violet, une race extrèment rare dans ce peuple. Sur son visage, un masque blanc de renard griffé de peinture rouge le masquait et il était habillé d'un long yukata rouge, doré et mauve. Portant dans son fourreau un long katana dont il prit son son avant-bras pour appui dessus, il s'avança devant Sora qui ne voulut pas le regarder, pensant que cela était bien trop déplacé.

~Lève-toi jeune garçon. Dis-moi si tu crois en mes miracles...~
Sora *d'un ton sollenel*: Je crois en vous majesté.
~En ce cas, bois cette coupe de saké pour me prouver ta parole. Le liquide divin disparaîtra de ton organisme si tu te mettrais à douter de ma parole, c'est ma bénédiction, prends-en soin...~

Remerciant le dieu par une ultime courbette, le jeune prince bu la coupe d'alcool d'une traite, ignorant le goût si immonde de l'alcool qu'il détestait tant.

~Maintenant va, rend notre peuple glorieux et dirige ton pays d'une main bienveillante et juste. Rend les familles autour de toi heureuses et apporte la richesse à Fantasia...~

Sur ses dernières paroles, le dieu leva la main en silence et toucha le front du petit, projetant celui-ci dans un halo blanc et lumineux.

Prêtre: Prince! Prince! Est-ce que vous allez bien? Kyûbi vous as-t'il donné sa bénédiction?
Sora *se réveillant doucement*: Je...J'ai réussi...

Se levant du sol où il avait été projeté, il se massa le front en se souvenant de la rencontre la plus incroyable de toute sa vie. Même en n'étant pas reine, même en étant faible de constitution, il avait pourtant réussi à faire une chose dont aucun roi n'avait pu faire, Sora était devenu l'élu d'un dieu.


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Ven 27 Juin - 22:37

Chapitre 4: Duel au sommet pour deux espèces de canidés


Les préparatifs étaient des plus réussis et des plus achevés. 
Comme avait demandé le jeune prince Sora, tous se mirent en activité pour commencer la bataille d'aujourd'hui. La bénédiction de Kyûbi donnée, ils ne pouvaient que réussir à présent.
Dans le bâtiment des forces militaires royales, les soldats renards se mettaient en position, s'armant de flèches et s'habillant de leur armure à taille kitsuné. 
Lorsqu'un certain signal fut donné, les soldats se transformèrent tous en kitsunés, prêts à parer leur descente dans le pays des loups-garous, très loin de Fantasia. 
Surveillant les préparatifs, Sora regardait tout ce grabuge du haut de son palais d'un air fier et hautain, pour lui il était hors de question d'échouer cette bataille. 
Si ils viendraient à remporter la victoire, son nom serait répété à travers tout le royaume et même dans le monde de Black Rose. Tous les peuples auraient peur de lui et craindrait l'âge adulte de celui-ci, le rendant d'autant plus fort et intelligent. Car à, à peine six ans, il aurait remporté une bataille, un exploit sensationnel. 

Saryta: Mon prince, l'heure approche, veuillez venir vous faire préparer je vous prie. 
Sora: J'arrive tout de suite.

Sortant de son balcon, il entra dans sa chambre où une dizaine de servantes s'occupèrent de lui. Chacune faisait en sorte que son prince soit le plus glorieux de tout les garçons à savoir, le marquer des peintures de guerres de son peuple sur le visage, l'habiller des fourrures d'ours de ses ancêtres et lui brosser le poil de la manière la plus soignée possible. Saryta arriva en dernière, attachant les bijoux d'or aux reflets de Kyûbi, s'adressant au jeune renard lorsqu'ils furent tous les deux seuls.

Saryta: Mon prince, êtes-vous confiant?
Sora: Je le suis. Je me dois de l'être Saryta. 
Saryta *soupirant de bonheur*: Comme vous avez grandi majesté Sora...il y a quelques années à peine, j'adorais m'occuper de vous avec votre caractère si enfantin, vous ressembliez à un vrai petit bébé gazouillant! 
Sora *confus*: Ne dites pas cela voyons! C'est assez gênant pour un futur roi! 
Saryta *riant*: Hi hi hi! Vous ne changerez pas majesté! Vous restez le petit garçon timide qui déteste la violence. 

Le petit renard soupira, reprenant un air sérieux tendis que la kitsuné au pelage blond continuait à le pomponer. Le silence régnait dans la chambre du petit renard roux, laissant la servante kitsuné le coiffer richement, chacun était inquiet de l'autre, se demandant se qu'il allait se passer par la suite. Pour Sora, le destin est farceur bien qu'on le pense.

Sora: Saryta, promettez-moi de toujours bien vous occuper de mère pendant mon absence. Et si jamais je ne sort pas vivant de cette bataille, continuez de la soutenir dans la difficulté de la maladie, ce n'est pas facile pour elle vous le savez. 
Saryta: Vous avez ma parole, jamais je ne trahirais sa confiance et la vôtre. Je me donnerais corps et âme pour sa survie. 
Sora *lui souriant*: Je te remercie, si je m'en sors, je t'accorderais un titre de noblesse pour ta loyauté. 

Ainsi, Sora quitta le palais en compagnie de son père, tout aussi présentable, pour rejoindre les soldats et commencer cette guerre. 
Tous métamorphosés en kitsunés, ils commencèrent leur ascension dans le ciel, courant dans les nuages tels des pégases en direction du pays de Mila, bien décidés à suivre le plan du prince à la lettre. Le voyage fut long, plus de trois jours de vol ont été donné pour les renards volants pour enfin gagner le royaume des loups-garous. Dès qu'ils passèrent la frontière de ce pays, l'odeur de mort et de tristesse empestait déjà dans les museaux des soldats ainsi que celui de Sora, le dissimulant sous une de ses queues, il pensa très fort: "Quelle atmosphère lourde...on sent bien la cruauté de ces gens là!". Enfin, ils furent arrivés au-dessus des hautes montagnes aux pics tranchants du pays, stoppant l'armée et se tournant vers le prince qui donna ses instructions.

Sora: Divisons nous en deux, la première troupe s'occupera d'analyser le moindre détail louche où mouvement dans ces montagnes! La seconde, vous vous chargerez de nous couvrir en cas de danger. 

La première section patienta, cherchant de leurs yeux perçants. Cinq minutes passèrent, puis dix, puis trente et rien ne se passa, laissant le petit prince dubitatif. 
Lorsque soudain, un des soldats alarma les autres, disant être sûr d'avoir vu quelque chose. Et effectivement, on pouvait distinguer facilement la silhouette d'un loup de trois ans environs. Sans attendre la riposte, la troupe adversaire sortit de leur cachette dans les montagnes, affirmatifs d'avoir été repérés. 
S'ensuivit une bataille ridicule pour les pauvres loups. Les renards volants tiraient leurs flèches du haut des cieux sur les bêtes enragées de ne pouvoir voler pour les tuer. La situation était similaire à celle d'une tribu de fourmis qu'on aurait piégée dans un bocal pour ensuite les tuer par des trous au-dessus. Un à un, les loups mourraient tués par les flèches que les habiles renards savaient viser à la perfection, laissant le roi de Mila fou de rage, grognant sa haine au roi de Fantasia.

Roi de Mila: Misérable mauviette!! Comment peut-tu oser te prétendre roi quand tu n'envoie même pas tes hommes au massacre? Descend si tu l'ose! Défie-moi donc! Ce n'est pas avec de ridicules morceaux de bois avec du métal qui pourront me tuer! 
Roi de Fantasia: Tu te trompe, ce n'est pas moi qui ait commandé cette intervention!
Roi de Mila: Dis-moi le nom de ce misérable! 
Roi de Fantsia *esquissant un sourire*: C'est mon fils. 

Tapotant le crâne du petit renard roux, il le présenta ainsi au loup mitraillé par la haine. Voyant cette bête affreuse, Sora ne put que pleurer de peur, se trouvant d'emblée trop faible face à la carrure de ce monstre. Le roi loup éclata de rire en voyant le gamin chialer autant devant son imposante personne.

Roi de Mila: Descend donc de ton nuage gamin et viens me défier en combat singulier! Si ton caractère de mauviette réussis à me battre nous vous laisserons le terrain à Cristal, en revanche si tu perd, ce qui est fort probable, ce n'est pas UN terrain que nous prendront mais votre pays tout entier!!
Roi de Fantasia *affolé*: Ce n'est qu'un acte de lâcheté!! Tu veux défier un gosse de six ans?! Viens te battre plutôt avec moi pourriture! 
Roi de Mila *donnant un regard noir*: Je ne reviendrais pas sur ma décision...

Le roi renard déglutissa sa salive et poussa son fils en dehors des nuages, en direction de l'immense loup qui riait aux éclats toujours en voyant ce ridicule petit renard aussi haut que trois pommes empilées. Sora avait terriblement peur et voulait absolument s'enfuir. Claquant des dents et suant à grosses gouttes, ce fut la première fois qu'il allait se battre physiquement avec quelqu'un, qui plus est, le titanesque roi de Mila! "A nous deux gamin!" lança le canidé en ne le laissant pas deux secondes, se projetant sur lui. Le massacrant à coups de pattes griffues, il empoigna le renardeau à la gorge pour le tirailler de coups de poings en pleine figure. 

Roi de Mila *riant aux éclats*: Mouhahaha!! C'est vraiment trop facile! Essaye au moins de riposter, tu fais trop pitié à voir le gosse! 
Sora *crachant du sang*: Glurrg..Ah...Aaah... 
Roi de Mila: Franchement, c'est du gâchis de salir mes pattes pour toi, c'est un privilège.
Sora *essayant de se relever*: Tu...Tu..Glurrg..!!
Roi de Mila *avec ironie, tend l'oreille*: Oui? Qu'est-ce qu'il y a? 
Sora: Va te faire foutre le caniche!! 

Furieux, l'immense loup attrapa le gamin par les cheveux pour le lancer sur un rocher piquant comme une aiguille qui transperça l'enfant par plusieurs points vitaux. 

Roi de Mila: "Va te faire foutre le caniche?!" Est-ce que tu comprend au moins dans quelle situation tu te trouve au moins petit merdeux?! Tu vas tellement souffrir que tu ne mourras pas avant un sacré bout de temps crois-moi!

Fonçant de nouveau sur Sora, ce dernier eu soudain un éclair de génie en observant ses blessures. Touchant furtivement le loup à plusieurs endroits immobilisant instentanément celui-ci, stupéfait par le mouvement que le petit renard avait fait pour le stabiliser. 

Roi de Mila: Par quelle sorcellerie m'as-tu immobilisé abruti?!
Sora: Aucune, il s'agit tout simplement d'acupuncture, une science permettant de statufier n'importe qui en touchant plusieurs points vitaux obligatoires pour le fonctionnement du corps. Je me suis rendu compte de ces techniques lorsque vous m'avez envoyé sur ses piquaux.
Roi de Mila *furieux*: Petit imbécile!! Quand je serais libre tu vas mourir de douleur!
Sora: Vous ne serez pas libre avant un bon bout de temps. Cependant il faudra effectivement vous emmener loin d'ici avant de vous réveiller et pour ça...

Le jeune renard murmura quelques paroles en fermant les yeux, faisant apparaître Kyûbi derrière lui, le katana sortit de son fourreau sous les yeux affolés et stupéfaits des deux peuples.

Sora: ...pour ça je demande la bénédiction de mon dieu!


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Sam 28 Juin - 17:56

Chapitre 5: La fin d'une guerre, la fin d'une idole...


~Je t'ai entendu jeune garçon...~

Telles furent les paroles du dieu renard violet, tenant fièrement son katana en main. Devant ce spectacle ahurissant, la foule ne put que s'arrêter, stupéfaits par cet exploit. Le roi de Mila, aussi surpris que les autres ne disait rien, écarquillant les yeux et la gueule de surcroît, impressionné par autant de pouvoir en ce dieu. 
Kyûbi leva son sabre en l'air en prononçant de l'ancien kitsuné puis menaça l'immense loup.

~Roi de Mila, laisse partir mon peuple et abandonne tout projet pour le pays de Fantasia, en vue d'un refus, je ne pourrais que te punir...~
Roi de Mila *déglutissant sa salive*: Ainsi donc la puissante divinité renarde s'est fait domestiquer par un gamin...? Voilà qui est regrettable...
~Vous parlez beaucoup, laissez-moi vous demander votre réponse dans un...deux...~
Roi de Mila: Très bien!! Je laisse ton peuple tranquille mais épargne moi! 

Le kitsuné violet dissimulé sous le masque attendit un moment, regardant le loup le supplier au sol puis rangea son sabre dans son fourreau.

~Fort bien. En ce cas nous pouvons déclarer une victoire pour nous...~

Sur ses mots, Kyûbi disparut dans un nuage d'opium mauve, laissant les loups-garous s'enfuir à toute vitesse. Les kitsunés hurlèrent de joie à la vue de leurs adversaires s'enfuir ainsi et sautèrent de bonheur, étant libres de tout contrat avec eux. Il ne restait plus qu'à rentrer à Fantasia pour annoncer au royaume leur victoire. 
Les trois jours de voyages du retour passés, l'armée de renards arrivèrent enfin à leur pays natal. Leur arrivée fut annoncée et pourtant, personne ne vint les accueillir.

Sora: C'est étrange...père aucune âme n'est dans les rues! 
Roi de Fantasia: En effet mon fils, nous aurions du fêter ta victoire mais on dirait bien que nulle personne n'est dans les environs.

Le pays des kitsunés a t-ils été sujet d'invasion durant l'absence des soldats? C'est ce qui fut probable et pourtant rien n'était sans dessus dessous. Juste aucune âme n'était dans les rues de la capitale. Satoyû prit alors la décision de rentrer au palais mais à leur plus grande surprise, tout le peuple était réunit dans la cour du château. 
Au début persuadés que ce fut une fête en l'honneur du prince dans le palais, il se privèrent de cette pensée en voyant la mine grave de leurs sujets. Saryta arriva vers le roi roux et effectua une courbette, baissant les yeux devant lui et Sora. 

Saryta: Mes sages souverains...Durant votre absence, la cas de tuberculose de la reine n'a fait qu'empirer... et elle en est morte...

Le père et le fils se surent que dire. 
Le petit prince roux eu les yeux bouffis de rancune, de culpabilité à ne pas avoir été resté avec elle pendant ce temps-ci. 
S'écroulant à terre, plaquant son crâne dans ses mains, il hurla si fort que dans la cour, le peuple ne put s'empêcher de s'approcher, voir la réaction du renardeau. 

Sora: AAAAAAAAAAAAAAAAH!!
Saryta *pleurant*: Prince, je vous en prie reprenez-vous...
Sora: AAAH...OUAAAAAAH!! No....NOON...NOOOON! 
Saryta: P...Prince...!
Sora: IIIAAAAAH!

Sora ressemblais à une jeune fou, ayant perdu la tête et signe de vie dans ses yeux blancs de désespoir. Il se frappa le crâne violemment à de multiples reprises au sol de gravats, provoquant une ouverture sur son front. Ne voulant pas arrêter tellement sa tristesse fut grande que les courtisans s'empressèrent de le retenir, l'attachant par tous les membres. Mais Sora n'arrêta pas de hurler devant la foule en émoi, pleurant devant la tristesse du petit renard. 

Sora: VOUS MENTEEEZ!! RENDEZ-MOI MA MAMAAAN!! SARYTA, TU M'AVAIS PROMIS!!
Saryta *pleurant*: Mon prince...j'ai fait tout ce que j'ai pu je vous le promet...! 
Roi de Fantasia: ...Laissez le voir Synistrila...

Sous les ordres du roi, Sora fut autorisé à entrer dans la chambre de sa mère, ce qu'il n'avait pas fait depuis un an...
Allant vers le lit de la reine, il contempla le corps froid et gelé taché par le sang de la tuberculose. Un simple mouchoir cachait le visage de la belle reine, devenue défigurée par la maladie. S'effondrant au bord du lit, Sora pleura toutes les larmes de son corps, serrant sa main dans celle de sa défunte mère, il n'eut pas le courage de la laisser se faire incinérer comme le voulait la tradition. 
Il eut soudain un éclair dans son esprit.
Ce n'était pas le fait qu'il soit parti qui l'avait laissé mourir.
C'était le fait qu'il n'avait pas assez de savoir et de connaissance pour savoir comment guérir cette maladie...

Sora: ...Maman, je ne suis pas aussi intelligent que ça. Car si je l'était réellement, je t'aurais guéris avec tout ce que j'avais appris... 

Il pleura de honte, de culpabilité à ne pas avoir été aussi saint et savant. Il s'accrocha au bras de la reine au pelage noir et jura devant elle une dernière fois.

Sora: J'ai accompli ton souhait maman...j'ai su me faire imposer avec mon intelligence...mais je ne suis qu'un petit imbécile hautain croyant tout savoir...Je..Je te promet cette fois...JE TE PROMET D'AVOIR LE SAVOIR DU MONDE ENTRE MES MAINS!! 

La promesse fut retenti si fortement, qu'en bas, dans la cours, le peuple pleurait devant la promesse du jeune prince...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Dim 29 Juin - 23:35

Chapitre 6: Toutes chenilles doivent devenir papillons


Les années passèrent lentement depuis la mort de la jeune reine. 
Durant très longtemps, le royaume n'eut le coeur à la fête, repensant encore à leur défunte souveraine, si bonne et si généreuse. 
Les victoires continuaient à progresser grâce à la grande intelligence du jeune prince qui évoluait tantôt physiquement que mentalement. 
Il n'était plus un garçon timide et poltron. Non, après sa réussite contre le roi de Mila, il s'était sentit plus fort et plus courageux, sa confiance en soit avait grandie.
Par ailleurs, Sora était devenu un jeune homme courageux et de plus en plus stratégique. Son charisme, sa beauté ne cessait d'augmenter, il était à présent quelqu'un de fort apprécié, autant par les hommes que les jeunes demoiselles... 
Et pourtant, Sora avait la face bien plus triste qu'auparavant. Même si sa mère était désormais incendiée depuis des années, il gardait toujours ses dernières scènes en lui. Pour lui, plus rien de comptait après ça. La couronne, le royaume, la connaissance, tout ça il n'en avait plus rien à faire, il était un enfant fantôme dépourvu de sentiments. 

Roi de Fantasia: Sora, tu as bien travaillé aujourd'hui, je t'autorise à prendre une pause.
Sora: Je vous en remercie, père...

Alors qu'il s'entraînait à parfaire ses techniques de combat dans le jardin, le jeune prince renard rentra donc dans sa chambre, s'affalant sur son lit à regarder le plafond. 
En plus de toutes ces qualités, il s'était fabriqué une morphologie des plus admirables à force de s'être entraîné au combat, lui conférant une force physique bien plus au-dessus qu'avant. Tout ceci, il l'avait tant désiré quand il était plus jeune et pourtant il s'en moquait en ces nouveaux temps.

Sora *affichant un regard neutre*: L'opinion publique est pas mal pour me faire une image de prince parfait à l'extérieur, mais je reste la pauvre ordure du passé...
?: Quelle triste aura...je peux sentir un esprit empli de rancoeur...
Sora *se redressant aussitôt*: Qui est là? Montre toi! 

Au balcon, une petite fille blonde aux yeux violets, habillée de vêtements noirs gothiques le regardait de façon neutre, comme si elles n'avait jamais eu de sentiments en elle. Sora ne prit pas la peine de saisir une arme, conscient de ne pas vouloir utiliser la violence contre une femme, encore moins une enfant. 
La fillette ne bougea pas, toujours en regardant le kitsuné droit dans les yeux, à tel point que le renard en frémit, fronçant les sourcils. 

Sora: Et bien? Tu es bien impudente d'entrer dans le palais royal ainsi! 
?: ...Cesse de faire le fier et continue de me montrer ton âme...
Sora *pensant*: Quelle drôle de gamine...elle fait froid dans le dos mais il faut qu'elle parte!
?: Que je parte? J'ai d'abord affaire avec vous messire, veuillez m'excuser...

Le jeune prince n'en revenait pas. Cette gamine pouvait lire dans son esprit? Il se cloua le bec, se montrant méfiant devant elle tendis qu'elle s'avança vers lui, ne décochant toujours pas ses yeux améthystes de sa figure. 
Elle finissait enfin par poser sa main sur le torse du prince, à l'endroit du coeur, fermant les yeux tendis que Sora commençait à perdre patience.

Sora: Je peux savoir ce que tu fais? Allez c'est fini, vas-t'en de là! 
? *l'ignorant*: ...Vous avez perdu un proche, je sens une immense culpabilité en vous, vous êtes un homme bon et pourtant vous perdez votre temps à rester hautain. Cependant votre aura est lumineuse, laissez-là vous dominer, vous en serez gagnant. 
Sora: Qu...Qui est-tu? D'où te viens ces pouvoirs?
Niki: Je me nomme Niki Nadeshiko messire...j'ai la faculté de voir dans les auras des gens depuis ma naissance. Cependant je peux aussi lire dans leur esprit, voir l'avenir en eux et deviner leur nature simplement en les touchant...
Sora: C'est un don merveilleux! Tu en as de la chance..Niki c'est ça? 
Niki *lui jetant un regard noir*: Ce don n'est pas "merveilleux" comme vous le dites! A cause de cela, depuis l'enfance je me méfie de tout le monde, créant en moi un sentiment de paranoïa. Mais passons, suivez mes conseils c'est tout ce que je vous demande. 
Sora: Hey! Tu pars déjà?
Niki: Hélas j'ai bien d'autres âmes à sonder messire mais s'il vous vient de vouloir confesser vos péchés à la place de l'église, je viendras vous revoir...

Ainsi, la petite elfe noire aux yeux violets sauta du balcon, alors que Sora la poursuivait, effrayé, croyant qu'elle allait se tuer. Pourtant, il n'y avait plus aucune traces d'elle... Une voix résonna alors dans son crâne, la même voix que celle de Niki.

Messire...N'oubliez pas que toutes les chenilles doivent devenir papillons...
Sora *regardant le ciel*: Niki...merci à toi, je te redemanderais conseil un jour...

Le prince renard sentait dans la petite un sentiment à la fois froid, cruel et pourtant un autre sentiments chaleureux, comme si c'était celui d'une mère. 
Il souriait, partant s'endormir dans son lit, pensant à toutes les choses qu'il pourrait lui raconter, toutes ces choses merveilleuses et affreuses qu'il pourrait conter à l'incroyable Niki. La petite elfe aux pouvoirs stupéfiants, jamais il n'avait encore rencontré quelqu'un ayant de tels pouvoirs de médium. 

Sora: Drôle de fillette quand même!

Sur ses mots, il s'endormit de fatigue.


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mar 1 Juil - 13:36

Chapitre 7: Ton histoire, la mienne aussi


Sora: Et ça consiste en quoi ton travail?
Niki: Je sonde les âmes des gens sous les ordres de mon maître.
Sora *soupirant*: Ce doit être long à faire...
Niki: Oui, surtout quand les personnes en question ne se laisse pas faire.

Dans la chambre du jeune prince renard, Niki était venue une fois de plus pour lui servir de compagnie. Il se confiait à elle, et elle lui racontait ses histoires de médium, chose dont Sora était étrangement friand. L'elfe aux habits noirs était désormais devenue une invitée régulière au palais, à la plus grande surprise des résidents qui créaient des rumeurs à son propos, surtout les domestiques.
Pourtant, Niki servait juste d'oreille attentive aux paroles du renard. La plupart du temps elle l'écoutait buvant du thé vert tendis qu'il racontait tout ce qu'il lui passait par la tête, allongé sur un divan.
Elle ne parlait pas, ne le coupais pas, elle commençait à dire ce qu'il lui semblait être juste une fois qu'il avait finit de parler.

Sora *regardant le plafond*: Penses-tu que je suis égoïste?
Niki *buvant son thé vert*: ...Je dirais simplement que vous êtes trop naïf. Vous pensez que le monde tourne autour de votre palais mais il en est autrement. Vous dites que vos connaissances vous ont permis de voir le monde extérieur mais ce n'est pas la bonne méthode pour le voir en face.
Sora: Je le sais, mais je suis condamné à rester ici pour toujours..
Niki *fronçant les sourcils*: Condamné? Condamné à quoi? Vous n'êtes qu'un gamin candide qui refuse d'aller explorer le monde tant bien que vous évoluez dans un environnement princier et pourtant vous trouvez quelque chose à dire? C'est répugnant.

Bien que les réponses de la petite fille étaient acerbes et glaciales, elles avaient au moins la faculté de ne pas être hypocrites. C'est exactement ce que Sora voulait entendre, la vérité à son sujet. Bien qu'elle fasse mal, au moins il connaîtrait ses faiblesses.
Il souriait de voir quelqu'un capable de tout lui cracher au visage sans avoir peur.

Sora: Et toi tu n'es pas sociable...
Niki *buvant une gorgée*: Je me moque de ça. Tout ce que je désire c'est l'amour de ma petite soeur et celle de mon père adoptif, les autres ne sont que des pions
Sora *soupirant*: Quand bien même, tu devrais tout de même faire des efforts!
Niki: Vous n'avez pas à vous en mêler. Occupez-vous de vos affaire, prince.
Sora: Un jour j'arriverais à te voir sourire, un jour dans bien longtemps...

Et hop! Un autre coup de poignard dans le coeur!
Au fur et à mesure, Sora commençait à s'habituer à l'humeur de chien de l'elfe, il en venait même à apprécier sa présence bien que redoutée par les autres.
Regardant le plafond, il soupira de plus belle et tournait la tête vers Niki.

Sora: Est-ce que ça t'es déjà arrivé de vouloir tout recommencer à zéro? Moi je crois bien que ce serait mon souhait le plus cher...
Niki *catégorique*: Ce serait hors de question. j'ai fait beaucoup de sacrifices pour vivre heureuse, maintenant que j'ai atteint mon but, jamais je ne ferais marche arrière.
Sora: Faut croire que tout nous oppose toi et moi. Je peux pas parler cinq secondes avec toi sans que tu dises un truc pour tout clôturer!
Niki: Pardon.

Elle se leva du tatamis après avoir bu la dernière gorgée de son thé vert et s'épousseta sa longue robe à dentelles noires en laissant balader ses yeux violets sur le visage du renard, l'observant de haut d'un regard hautain.
Après avoir ouvert son ombrelle noire, elle salua d'une courbette le prince et s'envola dans les airs avec son ombrelle en faisant une autre courbette de la tête plus discrète.
Elle était rentrée précipitamment comme d'habitude comme une cendrillon noire sous les ordres d'un homme qui allait l'appeler pour une autre mission.
Rentrant dans sa chambre, elle s'affondra sur son lit, pensant faire une sieste mais...

Miki *rentrant brusquement dans la chambre*: NIKIIIIIIIII!!! T'était passée où?!
Shana *arrivant*: J'avoue, tu file à l'anglaise tous les jours à la même heure *esquissant un sourire sadique* tu nous cacherais pas un truc par hasard petite coquine...?
Niki: ...............Foutez-moi la paix j'ai besoin de repos, merde!


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mar 15 Juil - 23:36

Chapitre 8: Le prince prophète


~Jeune garçon...ouvre les yeux et entend ma voix...~

Alors que Sora dormait paisiblement, il entendit soudainement la voix de Kyûbi dans son songe. Aussitôt, il ouvrit grand les oreilles et se dressa de son lit, prêt à être réveillé pour entendre le souhait de sa divinité. 

Sora: Je vous écoute majesté.
~Va au temple le plus proche et vient à ma rencontre...ne te fais pas intercepter par quiconque et efface les soupçons que tu sois sorti de ta chambre...~
Sora: Bien, j'arrive tout de suite. 

Pour le pauvre renard, il était à peu près trois heures du matin et il avait reçu l'ordre de sortir du lit, l'empêchant de dormir convenablement. Cependant il avait fait le serment à la divinité renard de le servir du mieux qu'il le pouvait, comme un excellent prophète royal. Fort heureusement pour lui, la plupart des servantes et soldats étaient endormis à cette heure-ci, lui laissant la voie de libre, seul quelques gardes faisaient la garde de nuit. 
Sans faire de bruit, le renard se glissa dans le paysage pour arriver jusqu'au temple de la ville, vérifiant autour de lui une dernière fois s'il n'a pas été suivi durant sa petite évasion. Aussitôt, Sora effectua le rituel pour rencontrer Kyûbi et entra comme à son habitude dans son immense palais indien. 
Connaissant à présent le château comme sa poche, Sora prêta l'oreille et compris que Kyûbi se trouvait dans son jardin secret, derrière le monument. Là, il le trouva en train de fumer l'opium comme à son habitude, regardant le ciel au milieu de son oasis. Quelques moineaux vinrent sur le bras de ce dernier, sûrement attirés par la grandeur de cette personne. 

Sora: Qu'attendez-vous de moi, majesté?
~Tu es devenu fort Sora et tu n'es plus un enfant...je souhaite que dans trois jours, lors de la nouvelle lune, tu réuniras des soldats pour exécuter un coup d'état à Fantasia pour prendre le rôle de roi à la place de ton père...~
Sora *interloqué*: Que...majesté je ne peux pas faire ça! Je suis déjà prince et c'est un titre assez valorisant! J'attendrais mon tour comme il se doit! La précipitation ne donne rien de bon et vous le savez, c'est le peuple des kitsunés qui ont instauré cette fable. 

Lâchant une bouffée de fumée violette, le dieu au masque se tournait vers son protégé et le regarda de haut en bas avant de lui tourner une seconde fois les talons. 

~Certes. Mais ton paternel ne sait pas comment gérer son pays. Depuis que tu as remporté ta première bataille, il s'est senti inférieur et consens même à se suicider pour rejoindre ta défunte mère en pensant qu'il sera plus utile chez les morts...un roi ferme et juste se doit de gouverner Fantasia au risque de se faire envahir facilement...~
Sora *fixant ses pieds*: ....
~Pourras-tu attendre jusqu'à sa mort pour régner?~
Sora: Je...j'attendrais comme il se doit...

Pour le prince renard, il n'y avait pas de doutes, il n'avait pas assez confiance en lui pour diriger Fantasia, il était bien trop indécis et avait toujours besoin de conseils pour avancer. La proposition que lui avait fait Kyûbi le déplût au plus au point et re-cracha les paroles de celui-ci en refusant sèchement son aide, attendant patiemment la mort de son paternel, espérant cependant qu'elle soit la plus lente possible. 
A son tour, Sora tournait les talons à l'autre et salua froidement la divinité.

Sora: Excusez-moi, je dois rentrer.
~...Fort bien~
Sora: Au revoir...

Le prince disparut, Kyûbi se retrouvit seul dans son jardin, baigné dans le silence, uniquement rythmé par le piaillement des canaris qui chantaient sur les épaules du dieu. Celui-ci fuma une dernière fois puis poussa doucement son masque, laissant apparaître seulement un seul oeil, d'une ravissante couleur dorée, perdu vers le chemin qu'avait emprunté le jeune prince renard. 

~...Il serait dommage que le roi viendrait à perdre subitement la vie...~


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mer 27 Aoû - 21:53

Chapitre 9: Tentative d'assassina 

Cela faisait déjà un moment que le jeune renard n'était pas allé voir Kyûbi, regrettant de lui avoir parlé aussi sèchement la dernière fois. Son rôle était d'être son prophète après tout, faire un refus à son maître est tout a fait déplacé pour quelqu'un comme lui. 
Mais exécuter un coup d'état envers son père ainsi par ses ordres...était bien au-delà de ce qu'il pouvait faire. Même s'il n'avait jamais porté son paternel dans son coeur il restait la dernière personne de sa famille malgré tout. 
Une énième fois dans la bibliothèque de son palais à étudier, Sora essayait de ne plus penser à tout cela. 

Niki: Vous, vous intéressez aux autres pays maintenant?
Sora *hurlant de surprise*: WOUAH! N"apparaît pas par surprise comme ça! Surtout avec tes fringues gothiques! J'ai cru voir une sorcière surgir derrière moi! 

Relevant la tête vers le renard roux, la petite elfe noire pencha un sourcil en posant une main sur son épaule.

Niki: Quelque chose vous tracasse encore?
Sora: Evite de lire mes pensées sans autorisation...et comment ça "encore"? Tu insinue que je me plaint souvent?!
Niki *catégorique*: Oui.
Sora *soupirant*: Ah...

Soudainement une voix bien connue entra dans la pensée du prince, mais ce n'était pas celle de Niki non, c'en était une autre bien connu.

~Jeune garçon...~
Sora *surpris*: ...! *pensant* Seigneur Kyûbi...
Niki: Quelque chose ne va pas? 
Sora: Tout va bien! Je...Je dois m'absenter. 

Sortant de la salle, Sora soupira, satisfait que Niki n'ait pas entendue la parole du dieu renard. Quelle tête elle aurait faite si elle avait entendue un dieu? 
Reprenant un air sûre de lui, il se redressa prêt à entendre Kyûbi.

Sora: Oui Seigneur?
~Rejoins la chambre de ton père, il est seul tu resteras avec lui...~
Sora *intrigué par cet ordre*: Bien... 

Suivant l'ordre où le conseil du dieu renard, le prince se dirigea de pas ferme vers la chambre de son paternel, se posant des tas de questions sur ce qu'avait l'intention de faire son interlocuteur. 
Toquant à la porte de la pièce, il entra à l'appel du roi. 

Roi de Fantasia: Quel bon vent t'amène mon fils? 
Sora: Et bien je...

Ne laissant pas le renard finir son balbutiement, ses yeux oranges se changèrent en doré et son pelage se muait en un sombre violet, seul restait de lui ses vêtements et ses traits du visage. 
Stupéfait, le roi ne reconnu plus son fils à l'instant où il commença à parler d'une autre voix.

Roi de Fantasia: Qui...Qui êtes-vous?! Qu'avez-vous fait de mon fils?! Etes-vous un démon?
Sora: ~Roi de Fantasia, permet moi d'emprunter le corps de mon prophète durant ces quelques instants...~
Roi de Fantasia *affolé*: Seigneur Kyûbi?! Que...Que voulez-vous?
Sora: ~Tu es devenu un être faible et indécis, le peuple des kitsunés n'as pas besoin d'une personne comme toi. C'est donc à cet instant présent que je vais mettre fin à tes jours pour permettre à ta progéniture, mon loyal prophète de monter au trône...~

Faisant apparaître le précieux katana du dieu renard dans la main du prince possédé, il menaça le roi qui tremblait et hurlait de peur. 
Se prosternant devant lui, il n'osa pas le regarder dans les yeux.

Roi de Fantasia: POURQUOI SEIGNEUR?! Le peuple des kitsunés est pacifiste et refuse les combats alors pourquoi en vouloir à ma vie aussi cruellement?! 
Sora: ~Mon peuple est avant tout un stratège, nous, nous débarrassons de ce qui est inutile par intelligence, c'est notre force, croyez-le où non...~


Et sur ses mots, le Sora possédé décapita le crâne du roi qui roula sur le tatamis tendis que le corps s'écroulait à terre. 
Debout, Kyûbi qui vivait dans le corps du prince comme une marionnette contemplait son oeuvre avec une attitude neutre, s'eclipsant de la chambre pour libérer son prophète dans un lieu où personne ne le trouverait...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Jeu 28 Aoû - 23:25

Chapitre 9: Sombres révélations

Ouvrant progressivement les yeux, Sora se rendit compte qu'il avait dormi de longues heures, peut être même des jours. Lentement, il se releva et se rendit compte qu'il était sur le dos d'une bête volante, à poils dont il se rendit compte très vite que ce n'était autre qu'un kitsuné au poil blond et aux yeux gris. 

Sora *surpris*: Saryta?! Pourquoi m'emportes-tu?
Saryta: Il faut fuir de chez vous messire, loin de Fantasia.
Sora: Que? Pourquoi? Pourquoi dois-je partir? 
Saryta *interloquée*: ...Vous étiez possédé par le seigneur Kyûbi, vous avez assassiné votre père il y a trois jours...

Ne sachant pas quoi dire, le prince roux se prenait le crâne dans ses pattes, se massant le front d'incompréhension. Il savait que sa fidèle servante Saryta ne lui mentirait sur une quelconque histoire, encore plus sur une comme celle-ci. 
Son incompréhension était des plus grandes en sachant que Kyûbi l'avait possédé pour tuer son père. 

Sora: ...
Sartya: Mes condoléances messire...Encore une fois, j'ai été inutile pour la survie de l'un de vos proches, je suis impardonnable... 
Sora: ...J'exige des explications...
Saryta: Et bien...mademoiselle Niki vous avait suivie jusqu'à la chambre de votre père et avait immédiatement identifié l'esprit qui vous possédais, elle a accouru à moi pour m'en informer, m'ordonnant de veiller sur vous pour envoyer loin de Fantasia. 
Sora *surpris*: Niki...a fait ça?
Saryta: Honnêtement je dois avouer que j'ai du mal à cerner cette petite fille. Je ne sais pas réellement si c'est une alliée de vous.

Réfléchissant entre ses mains, il resta silencieux. 
La dernière personne de sa famille venait de périr par ses mains, par les mains de l'homme en qui il avait le plus confiance. 
De rage, il pleura des larmes de fureur et hurla dans les cieux sur le dos de la renarde blonde.

Saryta: Messire...
Sora: Je...je suis orphelin maintenant...seul, seul pour toujours...
Saryta: Non messire, je suis la servante la plus loyale de votre palais! J'ai veillé sur votre mère comme j'ai veillé sur vous et croyez-moi que jamais je ne vous abandonnerais! 

Une fois de plus, le renard roux ne répondit pas, laissant le vent fouetter son visage. Il souriait doucement.

Sora: C'est tout à ton honneur...merci. 
Saryta: Ne me remerciez pas messire.
Sora: D'ailleurs, arrête de m'appeler comme ça, je souhaite que tu me nomme par mon prénom, c'est plus naturel.
Saryta: Comme vous voudrez me...Sora. Mais savez-vous ce que vous voulez faire à présent?

Le jeune prince prit une mine pensive et en tira une conclusion rapide à sa servante qui restait à l'écoute.

Sora: Allons à Rubis, c'est un continent sombre et ténébreux, personne ne pensera à nous chercher là-bas. Je me ferais passer pour un des fils d'un bourgeois qui veut tester sa force et tu seras ma nourrice qui doit m'accompagner durant mon périple.
Saryta: Entendu. Je me dirige immédiatement là-bas.

Changeant de direction, la renarde blonde commença son ascension avec son maître sur son dos qui prenait une mine pensive, le regard dans les nuages.

Sora *pensant*: Seigneur Kyûbi...pourquoi avoir fais cela?


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Sam 30 Aoû - 1:04

Chapitre 10: Une survie complexe


Saryta: Sora, nous arriverons bientôt à Solar, désirez-vous toujours amorcer votre périple là-bas? 
Sora: Oui c'est parfait, les nuages sont tellement épais là-bas qu'aucun kitsuné ne pourrait descendre en ces terres sombres.
Saryta: Dans ce cas je me pose immédiatement, nous continuerons notre voyage à pieds. 

Hochant la tête pour donner son accord à Saryta, Sora s'apprêtait à aller vivre à Solar, pays sanguinaire habité par les redoutés vampires. Le renard roux était encore perdu dans ses pensées, il n'en revenait toujours pas que Kyûbi l'ait trahis ainsi.
Annulant sa métamorphose de renard à neuf queues, Saryta était redevenue la jeune femme blonde d'auparavant.
Sans qu'il ne l'ait vu, Sora avait la main prise dans celle de sa servante.

Sora *rougissant*: Saryta!! C'est pas la peine de me tenir la main! Je ne suis plus un enfant! 
Saryta: Oh je suis désolé! Mon instinct m'a immédiatement commandé de vous protéger dans ces terres sombres! Veuillez m'en excuser! 
Sora: C...C'est rien...

La servante lâcha un petit rire discret derrière sa manche de yukata par respect pour son maître, ce qui n'échappa pas au prince qui fit la moue de mécontentement.
Tous deux continuèrent donc leur voyage, à pieds cette fois, jusqu'au royaume de Dracula. Ils savaient tous les deux à quel point les vampires étaient dangereux mais malgré tout ce lieux était l'idéal pour un fugitif du continent de Cristal qui cherchait à se dissimuler dans Black Rose. 
Après une bonne demi heure de marche, ils arrivèrent finalement à la frontière du pays où les nuages étaient déjà noirs charbon et l'atmosphère lourde de sang. 
Ils tombèrent peu après sur une petite ville où le malaise régnait.

Sora *chuchotant*: Fais bien attention à toi Saryta, on ne sait jamais ce que ces gens là espèrent donc montre toi vigilante et ne te sépare pas de moi...
Saryta *chuchotant*: Compris. Mais...nous allons attirer la curiosité des autres, nous sommes des fantasiens, c'est un pays très lointain au leur, ils seront intrigués de nous...
Sora *chuchotant*: Je sais... Nous ne sommes que des renards lâchés dans une arène pleine de de lions... 

Sur leurs gardes, les deux kitsunés voyaient les vampires les regarder avec mépris où méfiance, cet environnement n'était pas des plus acceuillants. Cette fois-ci pourtant, Sora prit volontairement la patte de Saryta pour la rassurer. 
Un vampire à l'air ivre, mal rasé et avec une coupe au bol les observaient depuis un bout de temps et s'approcha en titubant près du jeune garçon, lui posant une main blanche sur l'épaule, ouvrant grand la bouche, dévoilant ses canines. 

Vampire: Toi là, le gosse à la gueule de toutou! T'es qui..? 
Sora *fronçant les sourcils*: Un ivrogne a besoin de le savoir? 
Vampire: ...Vu tes fringues, tu r'ssemble beaucoup à un gosse de riche dans ton pays, pas vrai? 
Sora: Certes. 
Vampire: Hé! Tu m'intéresse toi!

Sans crier gare, le vieux vampire colla une droite de plein fouet au renard qui fut projeté à plus de plusieurs mètres.

Saryta: SORA!! 
Sora: Uff...J'y crois pas, il est cuit comme une moule et pourtant son coup était tellement rapide que je n'ait rien vu venir! 
Vampire: Hé hé! Pas mal pas vrai gamin? La vitesse de frappe, y'a qu'ça de vrai! Tes petits poings de gosse peuvent être bien plus balèzes une fois la vitesse changée! 

S'essuyant le sang sur sa bouche, le prince se releva vite, prêt à le toucher avec ses techniques d'acupuncture or, le vampire était décidément bien trop rapide pour lui et se ramassait à chaque fois qu'il tentait de le toucher. Même s'il ne voulait pas l'avouer, il était impressionné par cet homme. 
Au fur et à mesure que le combat continuait cela allait de plus en plus ridicule, Sora se ramassait une défaite cuisante et un bel éclat de rire de la part des autres vampires qui les regardaient en se marrant. Au bout d'un moment, l'ivrogne s'arrêta, sortant une cigarette de sa poche pour l'allumer le temps que le renard se relève une fois de plus.

Vampire: On va changer un peu la donne fiston, admettons que si tu arrive me toucher, ne serait-ce qu'une seule fois, on s'en arrêtera là pour aujourd'hui, ça t'va? 
Sora: Tss...Ouais ça marche. 

Sur un coup de tête il avait répondu ça mais en réalité il était peu sûr de lui et devait sûrement rentrer la queue entre les jambes. 
La vampire continuait toujours son show, provoquant la rage du renard qui en avait marre de ne pas le voir se déplacer. C'est alors qu'il ferma les yeux et joignait ses mains en prière tendis que l'autre lui tournait autour par provocation.
De cette méditation, il éveillé son sixième sens qui consiste à trouver un individu dans l'espace en fermant les yeux. 
Immédiatement, il trouvit l'homme et saisissait son bras pour le mettre à terre par une prise de judo. 
Personne ne disait mot, le vampire lui-même était surpris et lâcha un rictus. 

Vampire: Chouette prise le gosse! 
Sora: Vous allez nous laisser tranquille maintenant?
Vampire: Pas tout à fait, suivez-moi vous deux, j'vais vous payer un coup à boire qu'on puisse converser en paix. 

Faisant signe de l'index aux deux kitsunés de le suivre, ceux-ci se regardèrent perplexes. L'homme les emmena finalement dans une taverne où il commanda une bouteille de whisky pour lui et deux verres d'eau pour nous. 

Vampire: Finissez pas comme moi, l'eau c'est bien pour vous. 
Sora: Euh...merci? 
Saryta: Vous souhaitiez parler avec nous? 
Vampire: Ué, j'aime les gaillards tout frais comme toi qui viennent de sortir des jupes de leur mère pour affronter le monde et tester sa force contre des aut' mecs, tu me plais, dis moi ton nom. 
Sora: ...Je me nomme Sora, et voici Saryta, ma nourrice. 
Murdoc: Et moi on m'appelle Murdoc, content de vous connaître. 

Le dénommé Murdoc avala cul sec son verre tout juste versé et lâcha un soupir fétide en l'air en s'appuyant sur le dossier de sa chaise avant de continuer. 

Murdoc: Même si j'en ai pas l'air, je suis professeur de combat au corps à corps et ton style de bataille m'a titillé, en particulier ton corps de fillette qui te fais saigner après deux baffes. 
Sora: Je suis par nature faible de constitution.
Murdoc: C'est pas de bol! Mais j'aimerais t'apprendre deux où trois trucs pour que tes coups soient plus puissants.
Sora: J'imagine que vous voulez m'enseigner la rapidité?
Murdoc: Exact, c'est assez utile mine de rien et tu te sentirais plus balèze en faisant croire à tes adversaire que tu es surpuissant, alors, convaincu? Oh rassure toi je ne bois plus de sang depuis belle lurette, je me contente de whisky maintenant...

Les deux renards s'observèrent, toujours aussi intrigués par ce drôle de personnage. Mais Sora savait qu'il était faible dans le combat au corps à corps, un enseignement en plus ne lui ferait pas de mal. C'est donc en volant le verre de Murdoc qu'il en bu le contenu à sa place.

Sora: Avec grand plaisir monsieur l'ivrogne...
Murdoc *souriant en coin*: Petit merdeux va...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mer 10 Sep - 18:22

Chapitre 11: Un renard au pays des sangsues...
 
Murdoc: Prend appui sur tes pieds gamin, ils te propulsent, ils t'éjectent! Avec eux tu peux voler alors fais pas ton timide!
Sora: D...D'accord! 
 
Depuis l'altercation avec Murdoc d'il y a deux jours, Sora et Saryta avaient définitivement décidés de rester à Solar, louant un petit appartement où ils pouvaient rester durant quelques temps. 
Ayant accepté l'enseignement du vampire, le rouquin se faisait entraîner par celui-ci au corps à corps, espérant devenir un meilleur guerrier que ne comptant que sur son intelligence. 
La renarde blonde qui y assistait à chaque fois pour soutenir son maître l'encourageait de tout coeur dans cette voie.
 
Murdoc: Allez mauviette, sens la vitesse dans tes veines, frappe moi avec l'accumulation de ta rapidité tel une météorite!! 
Sora: Han! 
Murdoc: Et si l'adversaire parait tes coups idiot? Tu te retrouverais con alors fais gaffe à ça aussi! 
Saryta: Courage Sora! 
 
En plus de la vitesse en combat, Sora apprenait également l'agilité, pouvant faire de son corps un vrai morceau de caoutchouc qui pouvait se tordre à volonté pour esquiver les frappes de Murdoc qui l'entraînait à la dure. 
Celui-ci l'avait justement évité puis l'avait éjecté d'un coup de pied dans le ventre, dont le renard cracha par terre. 
Honteux d'avoir encore perdu, il ne cachait pas son agacement.
 
Sora: Pourquoi faire tout ça alors que vous pourriez m'inculquer tout ça par magie?! Ce serait bien plus facile! 
Murdoc *lui fichant une baffe*: Petit crétin! On ne se fabrique pas des muscles avec la magie, c'est de la gonflette, rien de plus! 
 
Découragé de son inutilité dans son premier cours, le renard en avait un peu marre de tout cela, bien que sa conscience lui disait de continuer, de ne pas abandonner aussi vite. 
Saryta avait accouru vers son prince pour lui passer une serviette sur le font et lui faire boire de l'eau devant les yeux de l'ivrogne qui regardait le renard avec dégoût. 
 
Saryta: Tiens boit tout, il faut te désaltérer. 
Sora *avalant le verre*: Merci Saryta... 
Murdoc: Sérieusement? Tu te repose sur ta "nounou" en plein combat? Ne me fais pas rire! Il est passé où le gamin qui avait quitté son chez-lui pour découvrir le monde? 
Sora *l'ignorant*: Saryta n'est pas seulement ma nourrice...c'est également une "grande soeur" en quelque sorte, je la connaît depuis que je suis petit c'est tout... 
Murdoc *tournant les talons*: Pauvre gosse! 
 
Le vampire avait craché par terre laissant les deux renards seuls. A son tour, Sora cracha de rage. Il en avait plus qu'assez de ces entraînements, de ce pays et des vampires, il ne désirais qu'une chose, rentrer à Fantasia. 
Se relevant brusquement, il ordonna à Saryta de renter avec lui.
Une fois chez eux, le renard s'effondra sur son lit et jeta son oreiller sur le mur en face de lui.

Sora *furieux*: Ras le cul de cet endroit!! Je rentre chez moi! 
Saryta: Non n'y allez surtout pas! Il en va de votre survie! 
Sora: M'en fous!
 
Le prince s'était déjà métamorphosé en kitsuné, prêt à briser le toit pour s'enfuir mais la renarde s'était précipitée sur lui, se serrant contre sa patte. 


Saryta: Je vous en prie! Vous allez vous faire tuer! 
Sora: Ne donne pas d'ordres à ton maître!! 
Saryta: FERMEZ-LA!! 


Surpris que sa servante lève la voix sur lui, Sora baissa la tête en sa direction, les yeux ronds. La kitsuné au poil blond s'écroula par terre, prenant son visage entre ses mains, elle pleurait. Encore plus surpris, Sora ne disait plus rien. 


Saryta: Je ne suis pas ici par gaieté de coeur... Je veux rentrer chez moi, moi aussi...revoir mes enfants... 
Sora: ...
Saryta: Ils doivent être terrifiés de ne plus me voir... moi aussi je n'en peux plus, je reste ici pour vous... 


Empli d'une immense culpabilité, le renard roux se rechangea en humain alors que sa servante était toujours agrippée à son bras. Il sentait les larmes salées de sa domestique sur son bras frêle et ne pouvait que se traiter d'enfant gâté. 
Logique vu qu'il a été élevé en prince dans un palais joyeux, complètement étranger aux problèmes de Black Rose, il ne savait pas ce que pouvait ressentir une mère qui avait quitté ses enfants pour lui. 
La prenant dans ses bras, il murmurait à son oreille ses excuses. 


Sora: Excuse moi Saryta... En rentrant, tu n'auras plus besoin de travailler dans mon palais, je t'offrirais assez d'argent pour ta famille durant toute une vie...
Saryta: Je n'ai pas besoin d'argent mon prince, vos simples excuses valent beaucoup pour moi... 


La jeune femme blonde fit un léger sourire à son maître afin de lui faire comprendre qu'elle s'est un peu trop emportée, Sora fit de même. 
Mais pour combien de temps Saryta pouvait-elle sourire...?


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Dim 21 Sep - 17:37

Chapitre 12: La missive

Voilà maintenant près de cinq mois que Sora avait trouvé refuge à Solar, caché des autres kitsunés à Fantasia.
Ses entraînements avec Murdoc avait porté ses fruits et le renard avais acquis une agilité incroyable ainsi qu'une rapidité notable. Il fut connu dans le pays comme étant "le renard aux milles frappes".
Bien sûr il n'était qu'un gamin et pourtant sa réputation était assez grande pour que le pays des vampire entiers ai entendu parlé de lui.
Tout ce qu'il espérait était que la rumeur ne se propage pas jusqu'à son pays natal...

Murdoc: Gamin!! J'ai un message hyper important pour toi!

Les deux kitsunés étaient tranquillement en train de déjeuner quand l'ivrogne débarqua sans crier gare, enfonçant la porte de leur appartement.
Saryta pris la peine de débarrasser le manteau du vampire et de lui servir à boire comme toute bonne servante ce devait de faire.
A la vue de son verre, il l'avala cul sec avant de se calmer un peu.

Sora: Qu'est-ce donc?
Murdoc: J'ai une missive directe venant du roi des vampires qui t'es adressée! Dracula t'a écrit gamin!

Le prince roux prit la lettre que Murdoc lui avait avancée sur la table, un peu intimidé.
En ouvrant l'enveloppe, c'est un papier immaculé de blanc, écrit avec des lettres rouges sang qu'il découvrit, en bas, son sceau.
Il s'apprêtait de la lire à voix haute après avoir dégluti sa salive.

Sora: << Je te salue jeune kitsuné ayant quitté Fantasia pour parvenir à cette contrée qui est la mienne. Ton nom fait tonner le pays et en est même arrivé jusqu'à moi à la capitale, j'y ai entendu tes exploits, tes capacités intellectuelles et physiques remarquables. Je t'invite à la capitale me rejoindre dans mon palais où je désire mesurer les rumeurs qui te sont adressées, et, pourquoi pas, faire de toi un de mes soldats. 


Amicalement, Dracula>>

Bouche bées, les deux canidés étaient estomaqués de cette missive si importante venant du roi des vampires en personne.

Saryta *paniquée*: Par Kyûbi! Sora tu ne compte pas y aller?!
Sora *confus*: Je...Je sais pas! C'est...un honneur!
Saryta: Et s'il décidait de te mordre hein?! Je t'y empêcherais!
Sora: Les vampires ne mordent que ceux du sexe opposé! Je ne crains rien! Du moins, je l'espère... Toi par contre je te défend de m'accompagner, tu pourrais réellement être mordue!

La confrontation et la panique régnait entre les deux fantasiens qui se chamaillaient sur la lettre. Murdoc soupirait, fumant une cigarette qu'il avait sorti. Lui aussi hésitait à laisser Sora partir à la capitale, là-bas les dangers sont encore plus grands mais il voulait qu'il intègre l'armée pour se faire de l'expérience.

Sora: Non plus sérieusement, je crois que je vais y aller...
Saryta: Sora!!

Le renard s'était penché sur la kitsuné blonde et lui avait murmuré à l'oreille pour ne pas que Murdoc l'entende.

Sora *murmurant*: Si j'intègre l'armée ici nous pourrons vivre à Solar paisiblement sans nous ayons des problèmes d'argent, de plus nous seront officiellement solariens, personne ne nous cherchera ici.
Saryta *murmurant*: Mais...
Sora *murmurant*: Ne t'inquiète pas, tu pourra rentrer chez toi revoir ta famille quand tu le voudras, laisse moi juste un peu de temps.

Tournant la tête en signe de capitulation, la blonde soupira.

Saryta: Ta fougue me rappelle celle de mon fils... et comme avec toi, je ne peux rien lui refuser...
Sora: Merci beaucoup, je ne tarderais pas, je reviendrais aussi vite que possible je te le promet!
Saryta: Mais avec ces nuages noirs comme du charbon tu n'arrivera pas à voler!

Murdoc se leva et s'approcha d'eux avant de s'essuyer le restant de whisky sur la bouche.

Murdoc: Ouais et t'es encore trop faible en magie pour créer des téléportations, je t'y emmènerais.
Sora: Et comment?
Murdoc: Surprise! Dis au revoir à ta nounou et suis-moi!

Sur les conseils du vampire, le rouquin fis ses adieux à la renarde blonde, l'embrassa sur la joue et suivis l'alcoolique qui se dirigeait vers la ville.
Après quelques minutes de marche, ils arrivèrent devant une sorte de garage où un jeune homme à peine plus âgé que Sora sorti la tête d'un véhicule qu'il était en train de réparer.

???: Tiens, tiens qui s'est que vl'à! Bonjour l'alcoolo!
Murdoc: Salut gamin! Je te ramène un voyageur qui voudrait aller à la capitale pour rencontrer le big boss!
Sora: Enchanté! Je me nomme Sora!
Muko: Moi c'est Muko! Si j'avais su que c'était "le renard aux milles frappes" que j'emmènerais j'aurais arrêté mon ouvrage que je fais!

Le renard était heureux de rencontrer une nouvelle tête mais il se demanda bien sur quelle machine il allait monter pour aller jusqu'à la capitale, ce à quoi le garçon lui répliqua au nez:

Muko: Ah! Parce que tu crois qu'on va utiliser ces vielleries! Attend un peu tu vas comprendre!

Et sur ces mots, le corps de Muko changea à vue d'oeil où ses membres s'allongèrent, des ailes poussèrent sur son dos et des écailles recouvraient son corps de jeune garçon d'autrefois.
Un dragon de vent venait de se manifester devant le renard.
Stupéfait, Sora bégéya.

Sora: Qu...Un dragon?! Mais vous avez été exterminés!!
Muko: Pas tous non heureusement! Quelques rares survivants cachés dans l'ombre de Black Rose reprennent une vie normale en essayant de ne pas trop se faire remarquer par le public. Moi en l'occurence, je suis né en plein champs de bataille, c'est pour ça que je suis plutôt jeune comme dragon!
Murdoc: J'ai connu Muko peu après sa naissance, ses parents ont été tués durant la guerre, j'ai receuilli le bébé dragon qu'il était et je lui ai donné un nom ainsi qu'une maison, depuis je suis devenu un peu son protecteur et il me sers de moyen de transport parfois.

Le renard ne savait pas encore quoi dire mais le jeune dragon de vent pris l'initiative de le tirer fermement sur son dos, s'apprêtant à bientôt voler.
Voler sur un dragon, chose que le renard ne pensait jamais faire...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Lun 22 Sep - 22:53

Chapitre 13: Le roi sanguinaire

Perdu dans ses pensées, Sora était allongé sur l'agile dragon de vent qui virevolait entre les nuages tel un serpentin.
Muko siffla entre sa langue fourchue, entamant la discussion avec le rouquin.

Muko: C'est la première fois que je rencontre un kitsuné! Je ne pensais pas qu'ils portaient des fringues aussi riches!
Sora *tiré de ses pensées*: Hein? Ah euh je viens d'une famille bourgeoise... Mais c'est vraiment la première fois que tu vois un de mes semblables? Tu n'a pas parcouru les alentours de Solar?
Muko: Bof...ça ne m'intéresse pas vraiment en fait...Je suis bien chez moi et j'ai pas l'intention de partir...
Sora: Les dragons sont réputés comme étant des êtres cultivés.
Muko: Dans ce cas je serais peut être le plus stupide qui sais?

Les deux jeunes garçons éclatèrent de rire.
Muko était un dragon, Sora un kitsuné et pourtant il se sentait étroitement lié à lui, comme s'il était des frères séparés.
Ridicule, ils n'étaient pas de la même espèce.

Sora: Tu ne veux pas savoir si d'autre comme toi sont ailleurs?
Muko: Ce serait merveilleux si je pouvais en voir un! Tu sais j'ai une toute petite vision du monde! Je ne connais rien en sortant de Solar! Alors on me traite de crétin inculte.
Sora: Tu me ressemble, avant je n'ai jamais quitté Fantasia alors comme toi, j'avais une vision limité de notre univers...

Tous deux restèrent silencieux, à repenser à leur mode de vie.
Tous les séparaient et pourtant tout les rapprochaient.
Muko ne connait pas ses parents, Sora les a perdu il y a peu.
Muko vivait parmi les vampires, dans un garage, Sora grandissait dans un palais entouré de serviteurs.
Et tous les deux n'ont jamais quitté leur terre natale auparavant...

Muko: Mais tu sais je ne suis pas malheureux! Mon rêve c'est de devenir un véritable humain et vivre paisiblement dans ce monde!
Sora *stupéfait*: Tu veux abandonner ta race?!
Muko: Ouais...Comme ça les autres ne se moqueront plus de moi, j'aurais une maison, et je pourrais avoir une famille plus tard.
Sora: ...
Muko: Et toi? C'est quoi ton rêve?
Sora: Je sais pas...Vivre calmement comme toi je pense...

Le jeune dragon du ciel soupira entre ses crocs d'ivoire et dirigea son regard devant lui pour ne pas perdre sa trajectoire, selon lui il devait leur rester environs trois minutes de vol.

Sora: Tiens au fait! Comment tu fais pour voler avec ces nuages?
Muko: Eh! Les dragons sont moins chochottes que vous! Qu'il vente, qu'il pleuve où qu'il tonne on volera!
Sora *souriant sarcastiquement*: P'tit con va!

Enfin, ceux-ci arrivèrent finalement à la capitale où Muko se posa un peu plus loin de la ville pour ne pas éveiller la curiosité de certains vampires mal intentionnés.
Le renard posa pied à terre tendis que son compagnon repris sa forme humanoïde de jeune garçon au cheveux bleus clairs.

Muko: C'est pas trop loin? Tu vas t'en sortir?
Sora: T'en fais pas c'est suffisant! Je te suis déjà reconnaissant de m'avoir emmené jusque là!
Muko: Dans ce cas je te souhaite bonne chance! Oh! Prend juste ça!

Le jeune dragon bleu tendis une sorte de joyau accroché à un fil pour former un collier télépathique mais le joyau qui l'ornait était de plus grande valeur qu'à l'habitude.

Muko: Les dragons ont l'habitude de tailler des joyaux tu sais! Je te l'ai fabriqué en collier télépathique, si jamais t'as un pépin je viendrais te filer un coup de main!
Sora: Merci beaucoup! Fais bonne route!

Ainsi leurs chemins se séparèrent.
Prenant une grande respiration, Sora commença à marcher seul jusqu'à l'immense ville, redoutant doucement les vampires qui pourraient surgir de toutes parts.
Il marcha peu grâce à l'aide de Muko et vint assez vite dans la citadelle. Les rues puaient la mort, la luxure et la saleté, encore plus que la ville où Saryta et lui avait élus domicile.
A chaque rue où il marchait, il sentait des regards pleins d'appétit où beaucoup de femmes vampires ne voulaient qu'une chose, le séduire puis le vider de son sang.
Mais il essaya de ne pas y prêter attention, marchant tout droit vers le palais de Dracula, priant fort que rien ne lui arrive...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mer 1 Oct - 15:34

Chapitre 14: Les jumeaux divins

Bien vite, Sora se retrouva dans le palais de Dracula où il fut surpris de voir que l'accès était autorisé au public, laissant entrer les civils dans la cour, échangeant avec les gardes au sujet d'impôts à payer, de marchandises à négocier et de femmes à vendre.
A son tour, il emprunta le chemin naturel pour avoir un entretien, montrant son invitation à un garde qui souriait sarcastiquement.

Garde: J'ai d'abord cru qu'on voulais te vendre à Dracula avec ton physique de femmelette! Avec un peu de chance il te confondra avec les femmes! *éclatant de rire avec son coéquipier*
Sora: Ah, ah, ah...Vous êtes prix nobel du rire vous...
Garde: Rôôôh ça va! Allez monte, le boss t'attend! 

Sora soupira, agacé qu'on se moque de son corps frêle.
Il entra dans la bâtisse, surpris devant le peu de lumière qu'offrait l'intérieur. Bien vite, il se souvint que les vampires étaient plutôt réticents à la lumière et au soleil.
Beaucoup de monde était également à l'intérieur mais le prince roux reporta plus particulièrement son attention sur une splendide jeune femme kitsuné habillée sous un riche kimono à motifs de roses blanches qui contrastait avec le violet qui dominait. Elle portait également de longs cheveux violets de même colori que son pelage qui rappela vaguement celui de quelqu'un d'autre.
La renarde le surpris la fixer et souris avec amusement tendis que celui-ci se tournait rapidement, gêné.

???: Vous avez fait bien du chemin seigneur Sora...
Sora *stupéfait*: Vous...Vous me reconnaissez? Ne dites surtout pas que je suis parti de Fantasia, je vous en supplie!
???: Là n'est pas mon but fort heureusement, vous êtes parfait...

Sora ne comprenait absolument pas ce que la jeune femme lui racontait. Elle se rapprocha de plus en plus du garçon, le faisant rougir doucement devant autant de beauté qui se rapprochait.
Elle se pencha à son oreille et murmura.

???: Ainsi est faite la volonté de Kyûbi...
Sora: ...

Ne sachant pas quoi dire, le renard était dans l'incompréhension complète. Qui était-elle? Et pourquoi cette ressemblance avec ce dieu? La jeune femme ria sous sa manche de kimono et dissimula son visage avec pour le faire réaparaître sous les même traits que la reine Synistrila, ce qui rendit le prince insignifiant.

???: Mon petit Sora comme tu as grandi! Tu fais ma fierté!
Sora *choqué*: Ah...
???: Jeune garçon, tout au fond de toi tu reste un petit renardeau qui a peur de tout. Tu t'es réfugié à Solar mais tu garde toujours les queues entre les jambes, te cachant derrière Saryta...
Sora: Seigneur Kyûbi...Pourquoi...
???: Tu m'énerve jeune garçon, tu va devenir aussi faible que ton père que j'ai assassiné voilà cinq mois...
Sora: ASSEZ!!

En hurlant, Sora avait fermé les yeux, ne voulant plus voir la jeune femme. Lorsqu'il les rouvris, il se rendit compte qu'elle avait disparu et que les civils qui l'entourait le fixait tous très interrogatifs et inquiets, croyant avoir affaire à un fou.
Effaré, il couru vers eux, les implorant de l'aider.

Sora: S'il vous plaît, dites moi où est passé la jeune kitsuné aux poils améthystes!!
Homme: ...
Sora: Par la grâce de dieu dites moi vite où elle est parti!
Homme: Jeune homme, vous êtes le seul kitsuné de ce palais...

Voyant Sora médusé, l'homme se dégagea de ses mains et pris la fuite de celui-ci tendis que l'autre restait inanimé, comme si l'âme d'une sculpture avait pris possession de lui.
Prenant son crâne entre ses mains, la folie s'installa doucement dans ses yeux oranges. Il cria en son fort intérieur.

Sora *pensant*: Seigneur Kyûbi...Je vais devenir fou avec vos agissements!! Pourquoi me harceler autant puisque je suis votre cher prophète? Ne suis-je pas votre intermédiaire avec les hommes? Pourquoi nuire alors à ma vie?

Garde: Hé le gosse! Dracula t'attend! Alors ne lui fais pas de plan foireux et va te prosterner à lui!
Sora *en état de choc*: ...

Silencieux, il monta les marches une à une, suivi en face et en arrière par les gardes qui l'escorta. Sora s'apprêtait à rencontrer un roi et pourtant, son choc fut si dur qu'il n'était pas en état de faire la conversation avec lui.
Soudain, les gardes s'estompèrent comme par magie.
Les marches changèrent de formes.
Le décor se matérialisa.
Sora marchait seul dans un lieu qu'il connaissait...

???: Mon cher petit prophète a encore obéit bien gentiment...

Devant lui, la mystérieuse femme kitsuné que le prince avait rencontré dans ses pensées refit surface, croisant ses jambes, assise sur le lit mauve à voile, fumant son opium, souriant avec malice. Sora aurait pu s'enfuir, lui poser mille questions mais il resta tout aussi choqué, on pouvait à peine voir de la vie dans ses yeux.
Il n'était qu'une marionette sans vie...

Kyûbi: Hé oui mon petit loup, Kyûbi et moi ne formons qu'une seule et même personne, la légende raconte que lorsque nous sommes nés, chacun se partageait le même corps créant à la fois le bien t le mal dans Fantasia!
Sora: ...
Naho: Tu pensais ton petit pays pacifique? *éclatant de rire* le mal réside n'importe où mon petit chou! Kyûbi représente la lumière chez les kitsuné et moi je ne suis que leur ombre... Je souhaiterais que tu ne me nomme pas comme mon frère, appelle moi Naho.

Naho se leva de son lit et marcha sur le carrelage d'ivoire de sa chambre jusqu'au renard, toujours aussi fantomatique. 
Avec un regard plein de pitié pour lui, elle lui caressa la joue et posa sa tête sur son torse.

Naho: Eh oui, depuis le début c'était moi que tu avais prêté serment, je me suis fait passé pour mon frère pour te tromper et toi tu m'obéissais aveuglément, toujours aussi naïf...
Sora: ...
Naho: Tu pensais pouvoir servir mon frère mais on ne déroge pas une règle aussi facilement, ce doit être les reines qui doivent le servir, pas leurs fils, tu as enfreint une tradition et tu as été dupé par dessus le marché! Tu croyais avoir gagné mais j'ai profité de toi et de ta candeur! J'ai tué ton père, je t'ai chassé de Fantasia et je t'ai fait passé pour un criminel et pourtant tu croyais que c'était mon frère le responsable! AH AH AH AH!!

La déesse explosa de rire, se tenant les côtes tellement elle était satisfaite de sa manipulation qui était bien trop facile.
Sora hurlait de plus en plus fort dans son être, furieux et honteux, d'avoir été aussi idiot.
Mais il était toujours aussi glacial.

Naho: La sois-disant "lettre de Dracula" qui t'as été envoyée n'était qu'un leurre pour que tu vienne à moi car pour être honnête, je déteste me déplacer! Je voulais absolument tout te dire afin de voir cette magnifique expression sur ton visage...

Naho embrassa alors le garçon et le regardait sensuellement de ses yeux d'or, si heureuse de sa capture.
Elle déshabilla son riche kimono, n'étant plus que nue, serrant le renard dans ses bras, elle ôtait ses vêtements un à un, sans la moindre réaction de celui-ci, comme s'il avait été rendu de cet état de force.
L'allongeant sur son lit, Naho le câlina, toujours aussi aguicheuse.

Naho: Tu es mon prophète, mon serviteur, tu dois servir l'esprit maléfique que je suis...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Dim 5 Oct - 15:28

Chapitre 15: Réalité d'un peuple

On ne peut éviter les ténèbres.
Qu'importe comment, chaque être vivant possède de la noirceur ancrée dans son coeur. Bien qu'étant des exemples de pureté, les anges eux aussi peuvent accéder facilement à cette force noire.
Cette réalité se confrontait dans l'esprit de Sora. Lui qui pensait son peuple, les kitsunés, des êtres bons, ayant engendrés des divinités bienveillantes ne pouvait que se tromper sur son sort.

Sora *murmurant pour lui-même*: Je ne suis qu'un crétin...

Apprendre tout le savoir du monde, son idéal, son rêve venait de s'effondrer comme un château de cartes. Comment pouvait-il tout savoir de l'univers alors qu'il ignorait se faire manipuler aussi facilement. Il n'avait même pas connaissance de Naho.
Soudain, il se souvint de ce qu'il s'était passé auparavant, réveillant en lui un malaise profond, d'un coup violent, il se releva.

Saryta: Toi qui dors si peu d'habitude, tu t'es endormi longtemps!
Sora *encore bouleversé*: Sa...Saryta? Où...je suis?
Saryta: Hum? A la maison pourquoi?
Sora: Je n'étais pas...chez Dracula...?
Saryta: Tu es parti à la capitale avec Muko pour faire je-ne-sais quoi et puis tu es revenu, tu ne m'as même pas adressé la parole et tu es parti te coucher, comme ça. 
Sora: ...

Le prince roux se mit une main sur le front, certains d'avoir vécu ces horribles évènements et grogna. Il se sentait horriblement mal. La servante vint vers lui et tâta son front pour voir s'il n'avait pas de fièvre.

Saryta: Effectivement c'est bien chaud là-dedans! Repose-toi je vais te passer une serviette froide.
Sora: ...Merci.

Une fois la kitsuné blonde sortie, Sora s'effondra en arrière, regardant le plafond avec milles questions dans son esprit, il repensait encore à Naho et à sa trahison. Dans ce cas, si tout ce qu'il avait vécu jusqu'ici n'était qu'une prédiction? Et si Naho ne faisait que le prévenir? 
Saryta revint avec une bassine d'eau et frotta la tête du jeunot avec la serviette, de là il lui posa une question.

Sora: Dis Saryta, connaît-tu la déesse Naho?
Saryta *étonnée*: Il est rare d'entendre ce genre de questions!
Sora: T'occupe, dis-moi s'il te plaît.
Saryta: Une légende ancienne raconte que chaque pays de Black Rose à été conçu par le dieu de cette contrée, Fantasia fut le dernier à être fait pour une certaine raison. Kyûbi devait être désigné comme étant le dieu de ce pays or sa soeur jumelle Naho, jalouse de lui décida de fusionner avec lui pour contrôler les esprits des fantasiens à sa guise. Mais son frère était tout aussi puissant qu'elle et put rompre le charme, cependant, sa soeur resta malgré tout dans une parti de son esprit devenant ainsi l'un des plus mauvais esprits de Black Rose. Depuis, on raconte que Naho hante encore par occasion la tête de Kyûbi pour continuer à jouer des tours aux autres. 
Sora *en pleine reflexion*: Je vois...

Le renard lâcha un énorme soupir, rassuré. Il savait qu'un mauvais esprit était capable de contrôler les autres mais un contrat avec lui ne sera jamais éternel et pourrais être annulé. Le problème, c'est qu'il fallait tout de même qu'il s'en débarrasse.
Un éclair de génie lui vint d'un seul coup.

Sora: Niki pourra m'aider à défaire ce sortilège!
Saryta: Pardon?
Sora: Rien, je vais l'appeler immédiatement!

Ainsi Sora donna l'appel à la fillette qui devait débarquer d'un instant à l'autre pour sauver Sora du mal qui le rongeait.
Il savait qu'après cela fait, il pourrait retourner à Fantasia et tout expliquer à ses citoyens, il pourrait retrouver une vie normale...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Mar 21 Oct - 12:24

Chapitre 16: Adieux...


Après de longues minutes interminables pour Sora, la fillette aux yeux améthystes arriva enfin, flottant dans l'air avec son ombrelle noire. Le renard se jeta sur elle en la secouant dans tous les sens sous les yeux neutres de celle-ci.

Sora *affolé*: Niki je t'en supplie aide moi!!
Niki *neutre*: Vous m'avez interrompu dans mon travail.
Sora: Et bien tu le poursuivra avec moi!

Sans qu'il ne laisse le temps à l'elfe de répondre il la traîna dans sa chambre pour lui expliquer le mal qui le rongeais. Elle écouta avec grande attention et hocha la tête à plusieurs reprises.

Niki: Ainsi donc tu me demande de retirer la pacte que tu as fait avec un esprit capable de défier un dieu? Tu me crois invincible?
Sora *soupirant*: Il est vrai que tu n'es qu'une petite fille...Désolé de te demander ça...
Niki *le coupant*: Naho est désormais ma proie.

Surpris, le rouquin releva la tête vers la fillette qui commença à sortir divers bouquins d'occulte. Le voyant ainsi, elle leva la tête de l'un de ses grimoires et lui retorqua presque sèchement.

Niki: Je suis apôtre du puissant Gabriel, en tant que telle je suis la médium la plus puissante en ce monde. Si ma mission est de défier un dieu je le ferais.
Sora *choqué*: Ap...Apôtre de Gabriel?!
Niki: Assez de paroles inutiles et commençons.

Dans un mouvement violent, elle coucha le renard au sol d'un gros coup de poing dans le ventre et lui enfourna une éponge dans la bouche disant que cela pourrait être utile en cas de douleur intense. Le rouquin n'était pas vraiment rassuré car après tout c'était la première fois qu'il assistait à un exorcisme qui plus est, il en est la victime!
Niki se retroussa les manches de sa robe gothique et commença à répandre avec son doigt du sang qu'elle avait piqué au renard sur le torse de celui-ci. Lorsqu'elle eut fini elle ouvrit son grimoire en grand et s'adressa à Sora.

Niki *neutre*: Vous avez 96% de chances de souffrir le martyre alors commencez dès maintenant à mordre l'éponge.
Sora *pas rassuré*: !!!

Elle utilisa un sort de ligotage pour l'empêcher de s'enfuir et commença le rituel en appelant Naho.
Sora souffrait atrocement dès les premières secondes du rituel, il sentait son âme le quitter peu à peu comme si Naho ne voulait pas partir de son corps sans emmener sa vie avec elle. Derrière l'éponge qu'il broyait avec ses canines, des hurlements horribles sortaient de ses cordes vocales, mais malgré tout Niki se bougea pas, appelant de plus belle Naho, oubliant Sora.
On entendit courir, Saryta avait accouru en entendant les hurlements de son prince, suivie par Murdoc.

Saryta *choquée*: SORA! Mademoiselle Niki que signifie tout ceci?!
Murdoc: Il va crever si on le laisse comme ça!!
Niki *concentrée*: Veuillez ne pas intervenir...

Elle tourna lentement les yeux vers eux.

Niki: ...Naho ne devrait plus tarder.

Et en effet, superposés aux cris de Sora, un autre cri de femme se fit entendre. Ce qui semblait être un fantôme sortait lentement du corps du rouquin qui agonisait plus l'exorcisme avançait, ses yeux étaient devenus blancs et sa peau porcelaine.
Niki souriait doucement, satisfaite de voir sa proie sortir de son terrier. L'esprit de Naho fixait Niki avec des yeux pleins de haine.

Naho: Mi...Misérable...!! Laisse-moi...tranquille...!
Niki: Patience, le rituel est presque terminé.

La blondinette posa sa main droite sur le front de Sora en dessinant une croix avec les larmes de celui-ci, Naho hurla de rage et de douleur mais son hôte avait arrêté son agitation, devenant de plus en plus calme. Très vite il ferma les yeux, reposé.
Niki se leva en soupirant de fatigue et se tourni vers les deux.

Niki: Cette exorcisme n'était pas une partie de plaisir, Naho est effectivement un esprit aux pouvoirs sans commune mesure. Il faut que je l'emmène avec moi chez Gabriel pour qu'il l'analyse avec Kyo et Shun.
Saryta *hésitante*: Et...Sora?
Niki: Il a déjà repris son âme d'origine, fichez lui juste la paix.

La kitsuné blonde soupira de soulagement et se jeta au corps de son prince au sol, Niki lui somma de se tenir éloignée d'elle.
L'esprit de Naho était réapparu au-dessus des deux renards sous les yeux stupéfaits de celle-ci. Niki n'eut pas le temps de dégager Saryta que Naho passa son corps au sien, la tuant sur le coup. Une mare de sang coulait, Murdoc et Niki allèrent sur le champs vers elle, affolés.

Niki *grinçant entre ses dents*: Quelle garce! Elle a réussi à s'échapper! Je la poursuivrais sans relâche jusqu'à ce que je la capture pour l'emmener chez père!
Murdoc: Gamine on pensera à ça plus tard! Faut faire quelque chose pour la blondasse!

Des larmes coulaient sur les joues blanches de la kitsuné, elle murmura de faibles mots.

Saryta: La vie me quitte...Dites quelque chose à Sora pour moi...
Niki: Parlez.
Saryta: Dites lui...que je n'étais qu'une servante pour lui...mais je l'ai considéré comme mon fils pour moi...
Murdoc: ...
Saryta *souriant*: J'aurais aimé...lui présenter mes enfants...

Ainsi furent ses dernières paroles, elle emporta avec elle ses dernières paroles et un dernier souffle de vie...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora..
Messages : 89
Localisation : à Fantasia

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé] Ven 24 Oct - 10:56

Chapitre 17: Le début d'un nouveau règne


La boule au ventre et l'angoisse qui l'empoignait poussait Sora à ne pas bouger. Il était là, devant la maison de Saryta. Il pouvait entendre ses enfants rirent entre les murs et le père qui voulait les calmer. Il déglutissa sa salive et toqua à la porte de la maisonnée.
Un kitsuné avec les cheveux grisonants et un petit bouc lui ouvrit, il s'abaissa immédiatement en voyant son prince à sa porte.

Mari de Saryta: !! Mon prince! Que me vaut l'honneur de votre visite en cette modeste maison?!
Sora *sombre*: J'ai à vous parler de votre femme, Saryta...

Le kitsuné se redressa inquiet et le devint encore plus en voyant le visage si triste de son prince. Timidement il l'invita à l'intérieur et fit apporter une assiette garnie, du pain et un verre de vin. Les enfants qui avaient apporté ces mets n'étaient autre que ceux de Saryta, le rouquin eu un pincement au coeur de les voir si joyeux. Un petit kitsuné aux poils blonds comme sa mère et les épis en bataille comme un chenapan, sa soeur avait un joli pelage gris comme son père et des belles prunelles bleues. 
Ils prirent place aux côtés de leur père sur les bancs en bois en face de la table, ils avaient les yeux tous curieux et pétillants, contents de rencontrer leur prince en chair et en os.

Mari de Saryta: Allez-y mon prince, mangez à votre faim. Nous vivons simplement mais vous aurez ce que vous voulez.
Sora: Merci...
Mari de Saryta: Maintenant veuillez me parler de ma femme s'il vous plaît, elle est servante au palais depuis des années mais c'est la première fois qu'elle ne nous donne plus de nouvelles...

Les enfants se redressèrent immédiatement lorsqu'ils entendirent leur mère, eux aussi étaient inquiets d'elle. Sora devint livide, ses yeux étaient baignés dans le noir. Il était temps pour lui de tout dire, de tout déballer son absence.

Sora *pleurant*: Saryta m'a servi loyalement toute sa vie durant comme elle l'a fait avec ma mère aujourd'hui décédée!! Courageusement elle m'a suivi à Solar loin de sa famille et de son pays pour m'aider!! Elle savait que la mort et la tristesse l'attendait et pourtant pas une seule fois elle m'a abandonné!! Et elle morte là-bas, fièrement tuée par Naho et c'est de ma faute!!!

Sora tremblait, il avait tout dit en hurlant et pleurant. Il plaqua ses mains sur son visage et tomba le crâne sur la table en bois sous les yeux choqués de la petite famille. Ils avaient les yeux lourds de larmes et ils tremblaient tout autant que leur prince. Pourtant ni le père ni les enfants ne faisaient bruit, ils pleuraient en silence comme des pauvres malheureux.
Enfin, le père releva la tête, les yeux encore bouffis par les larmes et le désespoir. Il devint ferme.

Sora *surpris*: Vous...Vous allez mieux...?
Mari de Saryta: Pacifisme, gloire et loyauté. Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers. Je cesserais de pleurer mon prince, ma femme vous a appris le pacifisme, vous a apporté la gloire et est morte dans la loyauté. Notre hymne nous ordonne de respecter ceux qui ont réussi à accomplir ces trois tâches d'une quelconque façon, elle est morte dans la légende à présent.

Cette phrase...c'était mon père qui l'avait écrite sur une de nos lois, elle nous obligeait à montrer le respect à ceux qui avaient gagné ces trois qualités. Je trouvais cet homme si fort que j'en perdais la raison. Très vite les enfants se levèrent également et cessèrent de pleurer, montrant une mine fière comme leur père.

Mari de Saryta: Mon prince, je vous remercie de m'avoir avoué la vérité, à vrai dire je me doutais bien que ma femme vous avait accompagné à Solar.
Sora: Qu...? Vous saviez que j'étais en exil à Solar?!
Mari de Saryta: Fantasia entier le savait. Nous avions procédé à une enquête sur la mort de notre défunt souverain Satoyû et nous sommes remontés jusqu'à vous, vos étiez suspect et nous avions appris que vous n'étiez plus à Fantasia. Mais le peuple ne pouvait croire que ce fut vous qui avez tué votre père alors nous avions continué à chercher et nous sommes arrivés jusqu'à la conclusion que vous étiez possédé par un mauvais esprit, le fait que vous aviez évoqué Naho me montre que nous avions raison. Pardonnez-nous d'avoir douté de vous...
Sora *soupirant*: Je vous prie, vous aviez toutes les raisons de me faire suspecter...

Ils devinrent tous silencieux, Sora se leva enfin et déposa un sac rempli d'argent sur la table alors que ses trois sujets ouvraient des yeux ébahis.

Sora: Je me doute bien que ça ne remplacera pas Saryta mais laissez-moi vous offrir ceci ainsi qu'un titre de noblesse, je vous invite à séjourner au palais pour vivre paisiblement. J'ai promis ceci à Saryta si sa mission était réussie, elle la fait, je vous offre ce qu'elle aurait aimé faire partager avec vous....

Ainsi Sora tourna les talons et les remercia de leur acceuil. Il sorti de la chaumière prêt à partir, Muko l'attendait en grignotant un brin d'herbe sur ses lèvres.

Muko: C'est fini? On peut rentrer maintenant?
Sora: Oui, rentrons...

Muko prit sa forme dragonnesque et laissa le renard monter sur lui. Ils étaient en route pour le palais à la capitale. Le jeune dragon des vents qui volait comme un serpentin entre les nuages était quelque peu inquiet de l'état triste de Sora.

Muko: Tu as fait ce qu'il fallait, ils seront heureux à présent.
Sora: Ce n'est pas de la richesse où de l'or qui rachètera une mère et une femme...
Muko *soupirant*: T'as rien pu faire c'est tout, arrête de déprimer on est presque arrivés.

Le dragon chinois tournoyait jusqu'au balcon de la chambre de Sora pour le déposer et reprit sa forme humaine. Aussitôt le rouquin se déshabilla pour remettre des vêtements plus riches et mis des bijoux qui fit saliver Muko.

Muko: Si je t'en vole une seule paire je pourrais nager dans l'argent...
Sora: Tu vis déjà au palais qu'est-ce que tu veux de plus? Et puis si tu les vendais tu serais poursuis en justice, ce sont des bijoux ancestraux que tu voudrais revendre à un pauvre changeur d'or...
Muko *souriant entre ses dents*: On peut rien dire avec toi!

Le jeune prince fit un rictus devant le dragon aux cheveux bleus. Enfin habillé il sorti de sa chambre avec son nouveau domestique et marcha dans les couloirs du palais. Au bout d'un balcon, Murdoc l'attend, la foule de Fantasia aussi.

Murdoc: Tu sais princesse on ne fait pas attendre son peuple comme ça hein!
Sora: Désolé, petite course que j'avais à faire avant.
Murdoc: Mouais, allez parle, tes loyales boules de poils attendent que tu dises quelque chose.

Sora avança et se présenta au balcon royal, ses sujets le regardaient avec des visages bienveillants et souriants, ils avaient confiance en leur prince. Sora commença à parler.

Sora: Peuple de Fantasia! Les évènements passés ont du accroître la méfiance et la crainte dans vos coeurs. Le roi Satoyû a rejoint dans la mort la reine Synistrila ainsi que Saryta ma plus loyale servante qui est désormais déclarée comme sainte dans notre culture. La situation politique de notre pays est au plus bas et mon exil de lâche a du faire basculer notre contrée dans l'instabilité la plus totale. Par mon manque de courage vous étiez exposés à une quelconque guerre où une domination de Gabriel. Mais je suis revenus, je redresserais le pays et il connaîtra on époque la plus florissante avec moi! Je jure de ne plus jamais l'abandonner comme je l'ai fait! Croyez-en moi une dernière fois!

Dans la foule, chacun hochait la tête, ils hurlaient tous à la confiance de Sora, ils avaient tous confiance en leur prince, celui-ci n'avait jamais été aussi heureux...

Les mois passaient et Fantasia revivait à nouveau. Sora n'était que plus pacifiste et profitait son rôle de prince plainement. Cependant encore trop jeune pour être roi, il devait attendre les dix-huit ans pour enfin avoir le titre de toi de Fantasia. Mais cela lui importait peu, pour lui seul le bonheur de ses citoyens comptaient. Muko était désigné pour être le premier ministre de celui-ci et Murdoc avait été nommé capitaine de la garde. Un vampire et un dragon dans le gouvernement, on n'avait jamais vu ça.
Assise sur les branches d'un cerisier avec des fleurs blanches, Niki regardait la tournure des événements.

Niki: Ta loyauté est tout à ton honneur... Mais arriveras-tu à rester aussi fort lorsque ton pays sera envahis par Mathaël...?

Ainsi, elle disparu dans un souffle de vent...


Le jour venu, tu comprendras de quoi je te met en garde...


Pacifisme, gloire et loyauté
Telles sont les règles dont les kitsunés sont si fiers.
Les renards restent des prédateurs, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

Fic Sora: Le savoir du monde entre mes mains [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP FB: Magen/Nathanael/Cronos] "Le Monde entre tes mains si ton Coeur dicte ton Destin"
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» Discussion entre hommes [PV][TERMINÉ]
» Le sénateur Steven Benoît remet sa vie entre les mains du chef de l'État
» Lena - Et j'empile et j'accumule, je collectionne entre mes mains.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. ::  :: Fan fiction. :: Fiction Black Rose :: Texte Fic :: Fic Miki-