Partagez | 
 

 Dure Dure la vie d'étudiant .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Dure Dure la vie d'étudiant . Jeu 12 Nov - 22:14

Aujourd'hui c'est la rentré des classe . Et j'intègre cette nouvelle école que m'on imposer mes parents.

Je m'appelle Noa Greenwich . Je viens d’Irlande et j'ai 19 ans . On reconnais facilement mon coter irlandais avec mes cheveux roux, mes yeux verts et mes tache de rousseurs sur les pommettes. je suis plutôt grand et d'après e qu'on me dit légèrement dessiner bref un beaux garçon comme dise mes parents. 


Mes parents mon envoyer Dans cette new yorkais un peu spécial pour finir mes études. En effet il s'agit d'un fac/ lycée fais pour les élèves en difficulté scolaires. Qu'est ce qui j'y peux moi si les études sa me saoul, que je déteste le système pourris et que je veux vivre en Hermite au fond d'une foret ? 

Enfin bon maintenant que j'y suis autant y aller , qui c'est c'est peux être l'occasion de faire de nouvelles rencontre, voirs même conquêtes .... Que voulez vous je ne perds pas le nord !

Heureusement j'ai pu dégoter cette formation en phytothérapie et environnement. Sa rendra le séjour a peine intéressant et moins pénible ...

Une fois descendue de l'aéroport , et arriver en bus au lieu dis je me tenais devant le bâtiments. Il faut bien l'admettre la structure était quand même asser imprétionante. En effet il s'agissait d'un manoir qui a été rénové. Je me dirigeai en direction du dortoir pour y déposer mes affaire et me préparer au suplice des cours .


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyo ArabaïAA
avatar
Messages : 778
Localisation : Dans la bibliothèque...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Jeu 12 Nov - 22:39

(J'écris toujours à la 3e personne, je trouve cela plus pratique pour les récit, et pour raconter ce qu'il se passe en dehors de la vision du perso ^^)

        Dans New-York, un homme marchait d'un pas plutôt presser. Aujourd'hui, c'était la rentrée des classe. D'ailleurs, il aurait été difficile de passer à coté. Tous les journaux en parlent depuis plus d'une semaine! A croire que cela était un événement, alors que cela arrivait tous les ans... Cette homme poussa un long soupire. Lui, il avait fait sa rentrée il y a une semaine. Et oui, il n'était pas un élève. Il était professeur désormais.

        Il venait tout juste de terminer ses études, et avait réussi le concours pour enseigner en fac. De nombreuse possibilité s'offrait à lui désormais! Son cursus universitaire avait été excellent, il était sorti major de promotion, et sa thèse avait reçu de nombreux soutient dans le domaine. Vraiment, il aurait pu être accepter dans toutes les universités. Pourtant, il en avait choisi une moyenne. Mais elle avait sa particularité. Elle aidait les jeunes en difficulté scolaire, ceux qui ne voulait pas aller en cours. Dans son idéal, il espérait vraiment pouvoir leur faire prendre goût aux études... Mais cela n'était peu être qu'une illusion...

        Cet homme, qui répondait au nom de Kyo Arabaï, avait eu de la chance. Il possédait peu de moyen, mais le directeur, en plus de sa place, lui avait proposé une chambre dans l'Internat. En plus de ses heures de professeur, il aurait sans doute à surveiller les dortoir le soir. Mais cela n'empêcha pas l'homme d'accepter la proposition. Il venait tout juste de déménager, a la suite d'un tragique et funeste accident. Il venait aussi ici pour se reconstruire, pour se changer les idées... Finalement, après quelques minutes de marches il arriva enfin à destination. En marchant, il ajusta sa tenu. Pour le coup, il avait décidé de faire bonne impression à ses collègues, directeur, mais aussi élèves. Il était vêtu simplement, d'un jean noir, un pull en laine grise torsadé ainsi que d'un long manteau noir. Au début il avait pensé mettre un costume, avant de se raviser... Cela aurait fait peut-être trop... Il possédait de long cheveux blond, qu'il avait laissé dénoué. Son regard était perçant, possédant une belle couleur émeraude. Sa peau était quelque peu pâle, mais il s'en fichait éperdument. Ses dernier mois, il n'avait pas été à la fête, et donc il n'avait pas eu la tête à passer des vacances digne de ce nom.

        Kyo se trouva devant le grand portail de cette université. En entrant, il se mélangea un peu aux étudiants. Ils semblaient arriver de toutes les pays du monde. D'ailleurs, la plupart était interne, et couchait directement dans l'enceinte de l'établissement. Il entra dans un premier temps dans les dortoirs, pour y déposer ses affaires. La décorations y était strict, mais cela ne changeait pas le confort d'une chambre Une fois cela fait, il se dirigea tout droit vers la salle des profs, où ses collègues l'attendait. Enfin, presque tous:

???: Je vus pris de quitter cette salle, elle est réservé uniquement aux professeurs!
Kyo: Je suis le nouveau professeur, Mr Arabaï Kyo. Et vous êtes?
Tanaka: Au... Je suis désolé. Je me nomme M Tanaka. Bienvenu dans cet établissement, j'espère que vous vous y plairez!
Kyo: Moi aussi... Je l'espère vraiment. Merci de votre accueil.

       Ainsi, dans cette petite salle, commença l'organisation des cours, la distribution des listes scolaires. Kyo prit ceux de ces classe, et commença à préparer son cours, et sa présentation pour les élèves...


Le savoir est a manier avec précaution, car il peut se retourner contre celui qui le manie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Jeu 12 Nov - 22:42

Affalée dans un lit, un oreiller sur le visage, un autre sur le ventre et une peluche de lapin sous le bas, une blondinette bavait, ronflant comme un phoque dans sa modeste chambre qu'elle partageait avec sa soeur jumelle, elle, déjà levée et assise à la salle à manger en train de boire son thé noir et dégustant un pain au chocolat devant le journal télévisé. 
Avec elle lui tenait compagnie ses deux parents, son père relevant ses lunettes lisait les rapports de son laboratoire afin de commencer sa journée de travail, sa mère faisait la vaisselle en toute sérénité. 
Enfin... Ce n'était pas vraiment le mot...

Annah: Je lui avait dit de se lever avant la demi, elle est toujours au lit! Aleit, tu m'as pourtant dit que tu l'avais réveillé! 
Aleit: C'est ce que j'ai fait, mais elle s'est rendormi comme une souche après! 
David: Si elle veut manquer les cours, pars donc sans elle ça lui apprendra à mettre son réveil...

Et il se replongea dans ses rapports, remontant une énième fois ses lunettes. Annah soupira, s'essuya les mains sur un torchon et monta les escaliers, ouvrant la porte en même tant qu'elle toquait. 

Annah: Antje! C'est ton premier jour de cours avec Aleit! Vous rentrez au lycée aujourd'hui alors lève-toi!

Un grognement se fit entendre en guise de réponse, la grande blonde soupira et secoua sa fille qui ouvrit légèrement ses pupilles vertes. 

Annah: Tu n'es pas raisonnable! Tu vas être en retard à la fin, dépêche-toi! 

Tel un zombi, elle se leva façon exorciste et consulta son réveil. En quelques secondes son visage endormi se transforma en une panique totale, elle ne répondit même pas à sa mère qu'elle fonça à la salle de bain où le bruit de l'eau qui coulait se fit entendre très vite dans toute la maison. Aleit leva les yeux vers l'étage, soupirant tandis qu'elle s'essuyait la bouche des miettes qui étaient resté collées à sa bouche. 
Quand à Antje, s'était bien la panique. Elle prit à peine une minute à se doucher, se coiffa grossièrement en relevant ses courts cheveux blonds d'une pince rose, se brossa vulgairement les dents et enfila à la hâte son uniforme d'où laissait transparaître son ruban mal noué. 
En cinq minutes top chrono, elle sortait, laissant derrière elle un courant d'air qui fit voler la jupe de sa mère qui passait dans le couloir. 

Antje: Allez, allez, allez on y go Aleit! 
Aleit: Calme-toi ma sœur nous avons encore dix bonnes minutes devant nous. 
David: Tu pourras en profiter pour faire correctement ton sac et ton ruban... 
Antje: Ouiiiii papaaaaaa... 

Les dix minutes passées, les deux petites allemandes chevauchèrent leur vélo et entamèrent leur course vers leur lycée, prêtes à entrer dans ce nouveau monde tandis que ses parents les saluaient sur le palier du foyer. 

Annah: Amusez-vous bien les filles! 
David: Et travaillez surtout! 
Annah *soupirant*: Tu pourrais penser à autre chose qu'au travail pour une fois, elles ont quinze ans...
David: Je dirait plutôt huit. 
Annah: Oh toi alors! 

Ainsi ils rentrèrent dans le secret espoir qu'elles passent une bonne journée...


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuki EtsuyaAA
avatar
Messages : 192
Localisation : Dans les bas fond...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Jeu 12 Nov - 23:51

(Je n'ai absolument pas d'idée de prénom pour mon perso... Du coup, je garde celui que j'ai Wink )
 
Voici maintenant plus de 20 ans qu'il vivait ici. 20 ans déjà... Lui, c'est Ryuki. Ryuki Etsuya. Ce nom ne fait pas vraiment New-yorkais vous ne trouvez pas? En réalité, il se nomme Ryuki Benson, mais il utilise que très peu ce nom de famille, préférant celui de ses parents biologiques. Comme vous l'aurez bien compris, il n'est pas originaire de la région. En réalité, il n'est même pas né dans ce pays, ni même sur ce continent. 
 
Ryuki est né en Asie et plus précisément au Japon. Cependant, après une grave catastrophe naturelle, ses parents sont morts, et ses plus proches parents refusèrent de l'accueillir dans leur famille. Ainsi, les services de l’orphelinat le prirent en charge et par on se sait quel miracle, il fut adopté, mais pas dans son pays natal... Lorsque ces nouveaux parents arrivèrent, ils l’emmenèrent directement dans sa nouvelle maison, de l'autre coté du Pacifique...
 
Maintenant, il était devenu un bel homme, un canon dans les critère de beauté de ce siècle, dans la fleur de l'âge. Il allait sur ses 22 ans, et continuait ses études. Pour quoi faire? Il n'en savait rien. Il avait prit une section au hasard, en lançant un simple dé. Finalement, l'avenir ne tien qu'à peu de chose non? Il y a 3 ans, au lycée, il ne suivait plus les cours, et les professeurs ont conseillé à sa défunte mère de l'envoyer dans une école spécialisée. Chose qu'elle à faite. Maintenant, le voilà. Sa mère est morte il y a six mois, emporté par une maladie (Oui, sa vie est très gay.). Son père s'occupait seul de ce fils adopté, mais pour certaines raisons, Ryuki avait préféré aller à l'Internat, plutôt que de rentrer chez lui.
 
Aujourd'hui, jour de rentrée des classes, il s'était levé un peu plus tôt que la normal. Il s'étendit, faisant partir les dernières raideurs de la nuit, et s'habilla directement. La fac/ lycée avait un uniforme... Pour quoi faire vraiment? Il se composait d'un pantalon noir, une cravate et une veste de la même couleur, ainsi qu'une chemise blanche. Il détestait ces uniformes... C'est pourquoi, il prit la peine de faire quelques modifications. Il laissa sa chemise ouverte de plusieurs boutons, et ne s'occupa pas de serrer complètement la cravate. 
 
Sa tenue lui allait juste. A ses heures perdues, il se pratiquait la musculation chez lui. Ses épaules était développé, ses bras étaient bien taillé, et ses pectoraux et abdos finement sculpté. (Je me lance des fleurs, oui Razz ) Dans tous les cas, il se regarda vite fait dans un miroir, brossa ses longs cheveux ébène. Puis, il secoua la tête pour leur donner un effet un peu plus "sauvage". C'était mieux ainsi. 
 
En sortant, il ne prit pas la peine de saluer son père, encore en train de cuver dans un coin de la maison. Ryuki prit un bus, et se retrouva directement devant son école. Il avait son sac de cours, ainsi qu'une valise de vêtements surtout d'autres jeux d'uniformes, pour la semaine à venir. il visita rapidement l'internat. Là, il rencontra plusieurs personnes de visu, mais ne prit pas la peine d'en savoir plus. Après avoir trouvé sa chambre, il déposa ses affaires, et redescendit dans la cour, en attendant le début des cours.
 
Pendant ce temps là, il s'adossa à un mur, et regarda le monde autour de lui. La population était plutôt hétéroclite... Le fait que l'établissement soit un lycée, et une fac offrait tout d'abord des niveaux d'âges différents. Certains avaient à peine 16 ans, alors qu'il avait déjà dépassé la vingtaine. Cela promettait d'être encore une sacrée année... Du coup où il était, il vit plusieurs groupes de fille lui lancer des regards, plus ou moins équivoque, plus ou moins explicite. 
 

Un large sourire pervers apparut sur le visage de Ryuki. Finalement, cette année allait se révéler plutôt intéressante... Voire très intéressante... Tant de sollicitations...


Pour moi tes désirs ne seront pas un mystère, car je suis la somme de ceux de la terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MiyabiAA
avatar
Messages : 239
Localisation : En voyage, toujours sur les routes

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 1:31

Au fin fond du dortoir d'une chambre miteuse d'un internat New yorkais, une sonnerie de réveil continuer de sonner rompant le semblant de calme qui semblait régner dans le bâtiment. Une silhouette d'un jeune homme au cheveux blanc s'agiter sous la couette en grimaçant devant ce bruit agaçant qui lui torturait les oreilles. Il sortit une de ses mains de sous sa couverture pour éteindre le réveil. Une nouvelle journée commençait si vous pensiez que le bruit des tourterelles vous accueillerai en ses lieux c'était peine perdue. Seule le bruit des moteurs et la rumeur de la ville résonner a travers la fenêtre de cette résidence universitaire.

Le jeune Miyabi Springfield était loin de son pays natale, l'Angleterre, le pays de galle plus précisément. C'était un jeune homme a la silhouette longiligne tout en muscle avec des iris violette au trait fins. Il se leva brusquement du lit les gestes rendu encore imprécis dormant encore d'un œil. Il avait du mal a émerger, il n'était vraiment pas du matin. Du haut de ses 16 ans ce jeune homme était déjà en troisième année de faculté dans le domaine de la robotique, il adorait plus que tout bricoler, démonté, réparer des machines en tout genre. En peu de chose Miyabi était un jeune homme simple il était passionner par les machines et plus particulièrement par les intelligences artificiel, il passait ses journée dans l'atelier de son ami garagiste Kotaro Inugami hormis ça c'était une personne plutôt solitaire et timide.

Mais bon c'était le premier jour d'une nouvelle rentrée il prit son courage a deux mains et quitta sa chambre pour se rendre en cours.

Que dire de son passé il n'a jamais connu ses parents, ils sont morts peu de temps après sa naissance, il a été élevé dans un orphelinat apprenant depuis tout jeune a évité les guets apens, il n'a jamais connu la chaleur d'une famille où même la douceur d'un foyer. Ce n'est pas comme si il désiré ses choses la comme désiré quelques chose que l'on a jamais connu. Il appris a tout seul a faire ses armes, ayant du mal a noué une relation solide, ce n'est pas comme si il n'aimait pas les gens mais il était pour lui plus facile de les détester. Peu de gens avait réussi le tour de force de toucher son cœur, il n'était même pas conscient que sa différence l'isoler et le protéger du monde qui l'entourait bref il était dans sa bulle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 11:43

(c'est vrai mais j'aime bien écrire a la première personne c'est beaucoup plus facile pour décrire toute nos pensées)

Quand j'eu finis de m'installer, la sonnerie indiquant le début des hostilité (les cours quoi ) . Ceci me laissa donc un petit peu de temps pour m'installer dans la cours histoire de voir a quel genre de camarade j'aurais affaire cette année. Je mis un écouteur dans mes oreilles et observa la foule autour de moi. 

Je trouve qu'il est bien dommage que les zoologistes, n'étudie pas la faune des lycée car il y a tant de spécimens intéressant a regarder, dans leur milieu naturel.

(attention je pars un peu dans mon délire)
Alors qu'avons nous la ? il y a tout d'abord ceux que j'ai affectueusement nommé "les fashion victime" Très reconnaissable a leur tenus "a la mode" leur langue de putes et leur gloussement de dindes. 
Ces êtres servent souvent de compagnie au "gosses de riches " que vous pouvez voir a votre droite . Ne prenez pas de photos mesdames et messieurs vous pourriez flattez leur ego déjà surdimensionné. A cause de leur airs supérieurs et suffisant ils sont souvent assez mal vue et même craint des plus faibles et naïf, car ils se vante souvent de leurs entourage influent. Pas de panique mesdames et messieurs car lorsqu'on c'est leur fameux entourage ne leur accorde généralement que très peu d'attention et leur manie de vouloir rabaisser les autres vient d'un mal être profond qui peu avoir plusieurs origines , ils deviennent d'un seul coup beaucoup moins impressionnant et on aurait presque pitié pour eux. 

Ici a votre gauche nous avons les "ténébreux" . Ce groupe rassemble tout les individus dit emo, gothiques, punk , et métalleux. Ne vous fiez pas a leur apparence un peu barbares, car sous leur faut airs, d'"underworld" quand on les connait se sont des individus très attachant.  Personnellement une question m'a toujours tarauder l'esprit a leur sujet. Comment les punk font t'ils pour traverser les porte avec leur coupes de plus dizaines de centimètre de haut. 
Haaa les mystère de la nature me fascinerons toujours. 
Sur l'enclos a coté vous pouvez voir "les sportifs" reconnaissable à leur gourmettes autour du cou et leur forte carrures.  Ne vous attardez pas sur leur coté chahuteur. Malgré leur coté un peu bourrus ou en apparences stupides, ce sont des êtres qui se montre très protecteur qui peuvent même se montrer en certaines circonstances d'une grande sagesse. En revanche je vous déconseilles de consommer en leur présence, alcool et autre boissons énergisantes qui ont un effet excitant sur eux. 
Ce sont les ennemis naturelles des "racailles et autre wesh wesh" que vous pouvez voir dans l'enclos juste en face. Il n'y a pas grand chose a dire a leur sujet, apars peu être beaucoup pourrait être très séduissant si il changeait de look. Il y a un truc a savoir c'est qu'il ont point communs avec les fashion victimes et les gosses de riches. c'est leur communauté est souvent composé d'un meneur qui est le pire d'entre tous et de suiveur. souvent beaucoup de suiveur ne son pas forcément mauvais mais se contente de suivre bêtement le groupe car ils ont peur de s'affirmer. 

Ils se servent souvent du groupe des "intellos" que vous pouvez voir ici comme bouc émissaire .
Contrairement aux idée reçus ils ne sont pas forcément victimes d’acnés sévèrent et prisonnier d'appareilles dentaires. Non en réalité cette physionomie là ne correspond qu'au stade larvaire du collège. Ici vous pouvez voir ces être au stade adulte, "sous l'apparence d'être craquant" ou de chrysalides qui correspond au stade intermédiaire. Ne vous fiez pas leur apparence coincer. Celon une légende les intellectuel sont chauds comme la braises au lit et peuvent s'avéré être d'incroyable fêtard. Cela peut s'observé en fac de médecines, ou la-bas les étudiant font souvent la fêtent. D'ailleurs une partit d'ente eux finissent leur études alcoolique parait-il. 

Enfin nous finissons notre voyage découverte par la catégorie des "babacools" Reconnaissables a leur sarouels et autre vêtements  qui peuvent parfois leur donné une apparence de mendiants. Bien qu'ils soit très engagé dans la cause humaine et préservation de la nature. Ils passent le plus clairs de leur temps a se réunir en groupe pour consommer des substances hallucinogènes. 

(Bon j'admets je caricature un peu certains groupe)

Et moi a quel groupe j'appartiens ? je fais partit de la classe appart des "fous" souvent composé d'anciens intellos, ou autre reclus de la société qui ne trouve pas leur places parmi les autre catégorie. Nous somme souvent de moeurs joueur espiègle. Nous aimons taquiner les gens , mais prenez garde a ne pas vous énervé car vous pourriez avoir beaucoup a y perdre. Malgré nos airs de bouffons et autres clowns nous sommes souvent bien plus conscient du monde qui nous entoure que les autres . (C'est peut être là la raison de notre folie) 

Pour l'instant je ne ressens pas le besoins de m'intégrer. bien que d'un naturel sociable je suis du genre solitaire. sans doute a cause de mon enfance quelque peu troubler. En effets j'était souvent la victimes de mes camarades, Jusqu'au  jour ou dans un élans de ras le bol, j’envoie un de mes bourreaux a l’hôpital. Heureusement je n'était que mineurs et n'a pas fait prison mais je dois avoir un casier judiciaire a mon avis. Comme surement beaucoup de personne de cette établissement a mon avis. 

La sonnerie retentit, me sortant de mes penser. D'après mon emploie du temps je commençais la journée par le cours d'un certains monsieur Arabaïe ... Bizarre ce nom me dit quelque chose ... peut être le nom d'un personnage de série ...


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 17:22

Les jumelles venaient de mettre pied à terre à ce nouvel environnement, tant de personnes de différentes apparence et origines les intriguaient, à la base elles ne venaient que d'un petit collège de province Allemande avant que leur parents décident d’emménager aux Etats-Unis pour leurs travaux scientifiques. Leur physique ne passait d'ailleurs pas inaperçu et tous devinaient facilement leur provenance d'Europe de l'est: blondes, yeux très clairs, peau bien blanche légèrement rosée aux joues et l'accent bien marqué qui résonnaient, surtout chez la petite Antje qui hurlait sur tous les toits. 
Elles qui n'avaient pas l'habitude de croiser autant de monde, elles prirent la peine d'examiner toute cette populace fort étrange. Certains avaient l'air hostiles d'autres bien plus amicaux. 
Aleit sorti d'une poche de son sac un papier plié en quatre et le consulta alors que sa sœur commençait déjà à parler pour lier de nouvelles amitiés. 

Aleit: Antje, nous avons cours dans le bâtiment secondaire, viens vite!
Antje: Dacodac je m'ramène! 

Les deux petites blondinettes trottinèrent en chœur entre les grands étudiants, elles entendaient déjà leur nouveau surnom: "Hansel et Gretel", l'originalité à son paroxysme. 
Elles arrivèrent devant la porte de leur classe et passèrent la tête à l'intérieur. Les âges étaient vraiment aléatoires, nous passions de jeunes de leur âge à des personnes carrément adultes. 
Le professeur n'était pas encore là, chacun s’asseyait à sa place, les jumelles choisissaient deux bureaux côte à côté, évidemment et sortirent leurs affaires dans le calme. 
Antje avait la main plaquée à sa joue et le coude écrasé à son pupitre, scrutant ses camarades de classe de ses grands yeux verts. 
Il y avait les mêmes prototypes existants dans toutes les écoles mais il y en avait d'autres qui faisaient plus... différents. 
Parmi eux elle croisa le regard d'un jeune homme roux assez renfermé et ne cherchant pas d'histoires, restant sagement dans son coin en attendant le prof, un type avec des tifs blancs qui triturait son téléphone portable, et enfin... 

Ryuki *narquois*: Et bien alors on s'amuse à mater dès le premier jours, les gamines? C'est pas de chance pour vous, si vous étiez un peu plus grandes et formées on aurait pu s'arranger...   
Antje: Ein perverser? 
Aleit: Nein, ein sex-mad...


Le bel homme à la longue chevelure noire ne comprit pas un mot de ce qu'elles ont pu lui répondre, mais d'après les regards accusateurs et soutenus de celles-ci, il comprit assez rapidement que son invitation ne fut pas des mieux accueillies et haussa les épaules en esquissant un rictus, satisfait néanmoins d'avoir fait une petite blague. 
Une fois parti, Antje se pencha sur le pupitre d'Aleit, murmurant subtilement. 

Antje: Il était bizarre.
Aleit: Évite de traîner avec ce genre de personnes cette année ma sœur...

Leur discussion fut vite coupée par le silence général suivi de chacun des camarades qui regagnèrent leur place tandis que le professeur entrait. 

Kyo: Bonjour à tous et à toutes, veuillez vous asseoir...


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raytöku..
avatar
Messages : 132
Localisation : Tokyo

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 19:22

New York, la ville où tout était possible. Surtout pour Raytöku King, ce jeune étudiant très intelligent et très insociable vivait dans une maison non loin de là. Il passait ses journées à jouer aux jeux vidéos, en effet, c'était sa passion. 
Il avait passé sa plus grande partie d'étudiant sur les jeux de son ordinateur. Il aimait ça et ne prenait guère le temps de faire autre chose. 

Mais un jour, le lycée le contacta, il devait retourner à l'école pour pratiquer ses études et devenir encore plus brillant. Evidemment, cette proposition (voire obligation) lui mit l'eau à la bouche. Alors il accepta et assista à son premier jour de cours. 

Il marchait normalement dans la rue pour se rendre dans son école, il ne savait pas si il allait rencontrer des personnes aussi intelligentes que lui; au fond, il s'en moquait, il voulait simplement faire de sa vie, son rêve. 
Une fois arrivé devant l'établissement indiqué sur le courrier, il referma sa veste et se mis en position droite pour faire bonne impression. Les quelques élèves de la cours se mirent à le regarder, comme ferait un étudiant normal. Cependant, il voulait créer l'impression d'être au-dessus de tout le monde. Malheureusement pour lui, des tas de lycéens étaient mieux que lui et ça, il le savait. 

Quand la sonnerie retenti, il se précipita en classe, là il trouva des jeunes personnes assises sur des chaises. Il se posta devant la porte et entra sans même regarder les autres. Il dit "bonjour" au professeur et alla s'asseoir au centre de la salle. Le prof commença le cours, Raytöku était passionné par les cours finalement ! Il écoutait avec une oreille attentive les dires de ce professeurs. Soudain, la fin du cours sonna.

Raytöku rangea ses affaires et alla dehors. Là, une personne vint le saluer. Timidement, il s'approcha de la personne en question et tendit la main, de sorte que l'inconnu la prenne. 
Raytöku:- Enchanté. 

L'autre se sachant pas quoi faire, prit la main, il tremblait. Le jeune brun se mit à sourire, il était ravi de saluer un jeune étudiant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuki EtsuyaAA
avatar
Messages : 192
Localisation : Dans les bas fond...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 19:50

Ryuki continuait à observer les autres élèves de l'établissement, finalement, on trouvait toujours le même type de personne... Les mêmes stéréotypes, mais aussi tout eux qui ce veulent original... Et qui finalement ne font que se ressembler encore plus. Du coin de l'oeil, il remarquait plusieurs regards tournés vers lui. En croisant la plupart de ses regards, la personne rougissait intensément, et se retournait.

Un large sourire illumina son visage, finalement, c'était toujours la même chose... Si facilement prévisible... Soudain, la cloche sonna, le tirant de ses rêveries. Déjà?... L'homme poussa un long soupire... Tant d'heure à passer en cours. Et en plus, les jours de rentrée, c'est d'un long...! Le temps que les profs arrivent, se présentent, indiquent le programme et autre... C'était d'un ennuie...

Toutefois, il se plia à la règle, et, portant son sac à dos sur une épaule il se rendit dans sa salle de cours. Mais d'ailleurs, où devait-il aller? Ryuki chercha alors dans sa poche et en tira un bout de papier déjà malmené, il le déplia et regarda son emplois du temps. Il avait plusieurs heures ce matin avec un certain Mr Arabaï... Ce nom ne lui disait pas grand chose comme ça... Ce devait être un nouveau prof. L'étudiant espéra qu'il ne s'agissait pas d'un vieux croulant en fin de carrière...

Dans tous les cas, il se dirigea vers sa salle de classe. Les couloirs étaient remplis de monde, en arrivant, il vit la porte ouverte. Le prof n'était pas encore là, et en entrant, il en profita pour observer ceux déjà présent. Plusieurs personne là, sans savoir pourquoi, il regarda en plus particulièrement certains, un gars au cheveux roux et aux tâches de rousseurs c'étaient plaça vers la fenêtre et regardait pas dehors, un autre, au cheveux blanc était occupé à jouer sur son portable ainsi que des Jumelles, studieuses, étaient assises au premier rang. Alors leurs regards se croisèrent.

Ryuki *narquois*: Et bien alors on s'amuse à mater dès le premier jours, les gamines? C'est pas de chance pour vous, si vous étiez un peu plus grandes et formées on aurait pu s'arranger...   
Antje: Ein perverser? 
Aleit: Nein, ein sex-mad..

Il ne s'était pas vraiment attendu à cela... Mais qu'importe. Il ne démordit pas de son sourire moqueur, limite pervers devant ces petiotes. Après tout, il n'est jamais trop tôt pour faire "ami-ami". Dans tous les cas, Ryuki alla poser son sac sur une table contre un mur. Ainsi, il pourrait s'y adosser durant les cours, le pied. Une fois qu'il avait fait cela, il resta quand même debout, regardant avec plus d'attention ses camarades de classe. Il y avait peut-être, non... Sans doute des proies potentielles. Pendant ce temps là, une dispute débuta entre plusieurs fille pour savoir qui se mettait au plus près de ce ténébreux étudiant. 

Tellement prévisible... Enfin, il n'allait pas cracher lorsque l'on venait directement à lui. Soudain, par l'embrasure de la porte, arriva un autre homme. Il était habillé sobrement d'un long manteau couleur ténèbres, possédait une chevelure blonde détachée, et portait un petit cartable à la main. Son visage était fin. Il n'était pas désagréable à regarder... Il avait l'air à peine plus vieux que lui:
.
???: Bonjour à tous et à toutes, veuillez vous asseoir...
Ryuki: Tu aimes donner des ordre à ce que je vois...
???, prenant un air surpris: Je vous demande pardon?
Ryuki, se rapprochant du blond, et prenant son menton dans sa main: Dis-moi... Comment t'appelles-tu?


Pour moi tes désirs ne seront pas un mystère, car je suis la somme de ceux de la terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 20:52

Je m'étais installer dans le fond de la salle près d'une fenêtre et regardait le paysage en attendant l'arrivé du prof ..... enfin je dit sa mais pendant son cours je serais surement en train de regarder a nouveau dehors a rêvasser. Je remarqua dans le long des gens qui constituait ma classe quelque tête dont le visage me paraissait familier. Notamment deux jumelles  qui, a en jugé par ce qu'elles ce disent devait être suisse allemande ou quelque chose comme ça. Celle-ci se firent accosté par un grand homme brun . Lui avait une tête que j'avais déjà vu mais alors où ? je serais incapable de le dire. (blague apars le voire se prendre un vent me donna une impression de déjà vu )Je remarqua également un type au cheveux blancs qui semblais renfermer sur même et un autre étudiant en tenus de parfait premier de la classe (qui faisait tout son charme d’ailleurs)  Il prix même la peine de dire a la classe, cela a d’ailleurs été bien le seul. 

Puis je remarquais des filles qui semblais se disputer. En captant quelque brides de phrases je comprit qu'elles voulaient toute les deux être le plus proche du beau ténébreux. Cela fit d’ailleurs bien rire ce dernier. Alors n'écoutant que mon esprit de contradictions je prix mes affaire pour finalement prendre la place tant convoiter sans demander l'avis a personne .

Les filles voulurent protesté mais je leur lança un regard moqueur : _ Un problème peu être ? 
Les étudiantes ne surent trop quoi dirent et partirent prendre place ailleurs. 

Ryuki : _ Pourquoi tu es venus prendre place a coté moi ? 
Moi le plus naturellement du monde : _ Juste pour faire chiez. Et puis c'est loin d'être un supplice t'es plutôt mignon. 

Moi ? Lui faire du rentre dedans ? Nooooonnnn ! quel idée ? je vois pas de quoi vous parler . 

Puis le prof entra dans la salle . 
D'un seul coup je comprit mieux comment cette établissement résolvait les problème de décrochages scolaire . Avec des prof aussi canon comment ne pas être attentif en cours ? 
Croyez que je vais être suspendu a ses lèvres ! Au sens figuré dans un premier temps mais la possibilité que se soit au sens propre n'est pas a exclure ...

cela dis sa tête lui aussi me disait quelque chose ... l'ai je croiser ? sa m'étonnerai je m'en serais souvenus sinon. Mais tout ses visage familier réveillèrent en moi comme un bourdonnement a l'oreille qui dura quelque secondes. 

Puis le beau ténébreux se mit a draguer le prof de manière hausser !
J'ignorais pourquoi, mais voire cette scène réveillais en moi un espèce de jalousie. Mais pourquoi c'est totalement illogique ! pour autant que je sache je suis amoureux d'aucuns des deux, a la limite une attirance physique mais rien de plus ...

pour l'instant je ne disais rien attendant de voir si le prof saurait imposer son autorité.


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyo ArabaïAA
avatar
Messages : 778
Localisation : Dans la bibliothèque...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Ven 13 Nov - 21:53

(Hors Rp1: Merci Paradoxe d'avoir rétablit la vérité sur les métalleux, Merci! Car vous savez, derrière ces êtres qui sacrifient des vierges, un petit cœur bat dans leur poitrine... Bon, je blague sur les sacrifices, mais ça me change de ce que j’entends d'habitude^^.
Hors Rp2: Je fais revenir Yko. Donc le moment, il est "juste" une seconde personnalité de Kyo. Du coup, par défaut, je considère que personne ne l'entend, mais si vous le décider, vous pouvez ouïr ses dire, je m'adapterai^^)
 
        Avant d'aller à la salle des professeurs, Kyo avait ouvert sa salle de cours pour permettre à ses étudiants d'entrer sans attendre. Il regarda une dernière fois la liste de ses élèves, avec leurs photos qui étaient associées. Sans savoir vraiment pourquoi, il semblait reconnaître plusieurs visages. Les avait-il déjà vu? Ce devait être son imagination. Certains venaient tout juste d'arriver...
 
        Soudain, la cloche sonna. Il rassembla toutes ses affaires, et se dirigea vers sa salle de cours. En sortant, il vérifia qu'il n'avait rien oublié, et parti le coeur léger, impatient de découvrir sa classe, d'un genre nouveau. En quelques minutes, il arriva dans la pièce. Tout le monde était déjà installé, et certains avaient déjà sorti leurs affaires. Tous sauf un. Un homme de stature imposante, à la chevelure ébène et à la tenue débraillée se tenait devant des Jumelles. Il arborait un large sourire...

Kyo: Bonjour à tous et à toutes, veuillez vous asseoir...
Ryuki: Tu aimes donner des ordres à ce que je vois...
???: Et toi? Tu aimes les recevoir?
Kyo, prenant un air surpris: Je vous demande pardon?
Ryuki, se rapprochant du blond, et prenant son menton dans sa main: Dis-moi... Comment t'appelles-tu?
???: C'est qu'il est mignon lui... J'aime que l'on me fasse du rentre dedans mon cher... Dans tous les sens du terme...
Kyo, avec un air sévère, et enlevant la main mal placé de l'étudiant: Pas de familiarité de vous pris! Nous ne nous connaissons pas! Maintenant asseyez vous, et ajustez votre tenue! Vous êtes dans une école privée, et vous avez des règles à respecter. Et moi, Kyo Arabaï, je suis aussi là pour vous les faire respecter...
 
Sur ces mots, l'homme ne sut quoi dire... C'était lui le professeurs? Il était à peine plus vieux que lui... Cependant, il se plia aux ordres, alla s'asseoir à sa place. Il n'était pas malheureux, il avait de la belle compagnie à ses cotés... D'ailleurs, il ne mit pas longtemps avant de reprendre ses esprits, en effet, à peine Kyo avait-il commencé à parler et à détourné l'attention que Ryuki plaça sa main dans le dos de son camarade et la fit descendre le long de sa colonne vertébrale, lui provoquant un frisson... Content de son fait, il sembla continuer son petit manège...
 
Kyo, se raclant la gorge: Bien, tout d'abord, veuillez m'excuser, il semble que je me soit quelque peu emporter, enfin, qu'importe... -reprenant sa bonne humeur habituelle- Bonjour à tous et à tous. Guten Tag für auch sehr geehrte Fräulein. Je me nomme Kyo Arabaï et je vous souhaite la bienvenue dans cet établissement! Cette année, je serai votre professeur référent, ou professeur principal...
 
         C'est à ce moment qu'un dernier élève se présenta dans la salle. Il était de stature moyenne, et possédait de courts cheveux bruns...
 
Raytöku, timidement à Kyo: Bonjour...
Kyo: Entre, prend donc une place... Bien, où en étais-je... Ah oui! Je disais que j'allais être votre professeur principal pour cette année. Et comme vous avez dû le remarque, votre classe est disons... Disparate. En effet, vous venez d'horizons différents, vous avez des âges différents, certains n'ont même pas 16 ans, tandis que d'autres ont dépassé la vingtaine. De plus, vous n'avez pas tous la même spécialité. On vous a réuni en une classe pour suivre le tronc commun à chacune de vos sections, puis, vous suivrez vos matières de spécialité séparément. Le directeur à voulu créé une telle classe pour favoriser le mélange social, afin que chacun ne reste pas dans son coin... Eh! Vous! Veuillez ranger votre portable, le cours à commencé. La prochaine fois, je vous le confisquerai.
???, moqueur: Bouh... Tu fais peeuuur...
Miyabi: Bien...
Kyo: Parfais... Donc, je vais finir ma présentation. En plus de votre professeur de suivie, je serais votre professeur de science. Tant pour la physique, qui sera particulièrement utile pour ceux dans la robotique, mais aussi pour les sciences naturelles. D'autre part, eh oui nous allons passer pas mal de temps ensemble, je suis aussi surveillant dans l'Internat au deuxième étage, où la plupart d'entre vous devez être non?
???: Ca donne beaucoup de choix... Tant de possibilités...
Kyo, se frottant les tempes, sentant un mal de tête venir: Du coup, j'espère que vous passerez une excellente année ici. S'il y a le moindre problème, quelle qu'il soit, vous pourrez venir m'en parler... Cela resta confidentiel et je ferais mon possible pour vous aider... -avec un sourire- Et je vous prie de m'excuser si je ne sais pas tout de suite votre prénom, ne m'en voulez pas.

        Kyo continua ainsi son cours, faisant l'appel pour reconnaître tout le monde, si on pouvait appeler ça ainsi. En faite, il s'agissait plutôt de présenter l'établissement, mais aussi de se faire présenter les élèves entre eux. Il savait que cela pouvait être barbant, mais cela lui permettait d'en apprendre un peu plus sur eux... D'où il venait, ce qu'il voulait faire, leur hobbies, bref tout cela... D'ailleurs, a son grand étonnement, tout ce passa dans le calme. Lui qui s'était monté la tête pensant qu'il aurait des élèves infernales... C'était tout le contraire. D'ailleurs, certains lui prêtaient une grande attention...

Kyo: Bien, je suis désolé pour vous, mais je vais vous faire bosser un peu. Aller! Un petit peu de paperasse pour vous tous.
???: ... Tu es pas croyable... Tu vas les assommer...
Kyo: Ce sont des fiches de renseignements. Il y a des infos principales, quelques unes médicales, en cas d'urgence. J'espère que l'on aura jamais à les utiliser. Et il y a un blanc à la fin s'il y a des choses que je devrais savoir en plus... Je ne sais pas vraiment quoi... S'il y a des choses utile, importante, vous pouvez les noter là. Cela restera bien sûr confidentiel.
???: Je prend aussi les rendez-vous...
Kyo: Je les ramasse dans 15 minutes.

          Une heure plus tard, la sonnerie retentit de nouveau. C'était cette fois la pause. A la sortie, Kyo récupéra les feuilles et souhaita la bonne journée à tous. Après il en retrouverait beaucoup à la fin des cours, pendant les heures d'étude, à l'Internat, pour aider les élèves... Certain, comme Raytöku, osaient aller vers les autre pour faire connaissance. Une fois tout le monde parti, Kyo s'affala sur la chaise de son bureau, se massant les tempes. Plus le temps passait, plus il avait mal...

Kyo, à voix basse: Tu pouvais pas continuer à dormir...
???: Tu t'ennuierais sans moi non? Avoue...
Kyo: Cela m'aurai évité d'avoir à subir tes réflexion à deux franc six sous, Yko...
Yko: Quelle expression vieillotte!
Kyo: Ne te moque pas de mon langage, je préfère le mien au tien.
Yko: Si tu le dis... En tout cas, tu à une belle classe cette fois. Ca donne des idées non ?
Kyo: Je t’interdis de faire quoi que ce soit!
Yko: Tu penses m'en empêcher?
Kyo: Je ferais ce qu'il faut!

       Dans ses dernières répliques, il avait élevé la voix... Notre professeur espérait que personne ne l'avait entendu... Sinon, il allait devoir expliquer cela… (Une répétition pour un rôle ?)


Le savoir est a manier avec précaution, car il peut se retourner contre celui qui le manie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 0:05

(Mais de rien Kyo se fut un réel plaisir . J'avoue que je me suis amuser a présenter les différent individus d'une école en me prenant pour un guide de Zoo)

Incroyable Derrière ses airs tout mignons le prof a quand même de l'autorité . J'aime ! Le cour se déroula sans accro majeur. Si ce n'est Ryuki (oui j'ai retenus son nom durant l'appel) qui me caressait le dos et descendait petit a petit sur mes fesses .... bien que j'appréciais le geste et que j'aimais les endroit insolites ce n'était peu être le meilleurs endroit choisie ... enfin autant savourer... jusqu’à ce que le beaux ténébreux ne deviennes un chouia  trop entreprenant en glissant sa main sous mon jean. La je lui mit une petite tape sur la mains se qui produit un bruit de claquement mais au moins incita l'homme a retira sa main baladeuse.  J'espérait juste que sa ne se sois pas remarqué, mais en constatant certains regard se tourné vers nous et en voyant Ryuki se frotter la main un peu rougis, je comprit que l'action était tout sauf discrète ... Enfin bon ...
Je finis donc de compléter la fiche de présentation distribuer par monsieur arabaï . Celle-ci comportait des question pas très original. Nom prénon age origines, passions etc ...
Du coup pur mettre un peu d'originalié je décide donc de remplir le blan avec un portrait chinois. 

Si j'était une couleur je serais vert 
si j'était un animal je serais un loup 
si j'avais un animal de compagnie se serais un serpent
Si j'était une pierre je serais de l'ambre 
si j'était une arme je serai une lance ou des rubans 

 etc ...

je complétait même mon chef d'oeuvre par une petite phrase me décrivant avec un peu d'ironie 
Je suis sociable mais solitaire, c'est paradoxal Hein ? 

A la fin du cours lorsque je quittait la salle je tomba sur un garçon de ma classe ... attend que je me souvienne de son prénom ... Otaku ... Rahitoku ... raytoku sa y'est sa me reviens. Je ne sais pas pourquoi cette personne m'attirai plus de simpatis que les autres ... une intuition sans doute ...

Moi avec un sourire amical : _ Tu t'appelle raytoku c'est sa ? Moi c'est Noa ravis de te rencontrer 

Il me tendit la main timidement et ne sachant trop quoi faire je la prix pour la serrer. 

Raytoku : _ enchanté 


....

la journée s'écoula lentement ... trop lentement à mon gout ....Le jour de la rentré les prof ne font que parlé sans arrêt, c'était d'un ennuie, du coup je ne les écoutait pas et regardait plus par la fenêtre en rêvasant qu'autre chose.  aucunes des personnes dont le visage me disait quelque chose ne faisait partit de mon cursus . Sauf monsieur Arabai en tant que professeur de science. et je ne vis que leur visage de loin furtivement dans la cour.  

Une fois la journée terminer je regagna ma chambre et enlevais mes chaussures, oui j'adore marché pieds nus, puis en fouillant mon sac je remarqua que j'avais oublier un livre dans dans la salle de cours, alors je redescendit de l'interna pour retourner, pieds nus,  dans la toute première salle ou j'ai été en espérant qu'elle ne soit pas fermé. Là je vis Monsieur arabai qui visiblement était en train de parlé tout seul ... bizarrement cela ne me choquais nullement. et je toquais a la porte déjà ouverte

Le prof qui semblais gêné : _ Oui ?
Moi : _ Monsieur excusez de vous déranger mais je crois avoir oublier quelque chose ... je peux ? je ne dérange pas au moins ? 
Le prof : _ non non aucunement tu peux récupérer ton bien. 

Je me dirige alors ver ma table et trouva dans le casier mon livre sur le folklore. je l'avais sortit de mon sac pour prendre ma trousse l'avais laisser là. Une chance que personne ne me l'ai volé . 

puis au moment de quitté la salle j'eus les oreilles qui siffles comme quand quelqu'un parle de vous, en l’occurrence quelqu'un avais parlé de moi. (enfin si on crois a se genre de superstition). L'oreille gauche cela signifie qu'on en parlais en bien. Je ne savais pas pourquoi je marque un temps d’arrêt et me retourne vers le prof et le regarde . 

Kyo : _ Un problème ? 
Moi avec un sourire amical : _ Non rien bonne soiré monsieur. 


....


Enfin vint pour moi l'heur de la douche. Les cabines se trouvais dans un pièce spécial du couloirs ils s'agissait de cabines individuels . Un peu t’intimider tout de même . Je m'y dirigeai donc juste vêtu de ma serviette autour de la taille et mon savon (a la lavande sa me rappelle qu'elle que chose tiens!) a la mains. La je croisa riyuki. Lui était affublé seulement d'un boxer moulant, laissant deviner son paquet , sa serviette sur l'épaule et et également son savon a la main. Je ne put m’empêcher de le relooker. Il faut dire qu'un physique pareil ne pouvait qu'attirer l’œil ! Je me retint tout de même de saliver . 

Moi avec une lueur de malice dans les yeux : _ décidément on est souvent amener a se croiser aujourd'hui. 
Riyuki s'approchant tu veux peut être t'en plaindre ? 
Moi : _ Pas le moins du monde ....
 Son boxer était malheureusement (ou heureusement je ne sais pas encore) insuffisant pour cacher.. comment dire ... ses envies. de même que ma serviette d'ailleurs ...
La je mis a lui caresser le paquet a approché mes lèvres des siennes cependant au lieu d'échanger un baiser , l'envie me prix de lui mordre inférieur provoquant un saignement chez le beaux ténébreux . 

Riyuki (s'essuyant la lèvre ) : _ et bien je vois qu'on sauvage  ! 

cette action réveilla en moi une impression de déja vu doubler des bourdement d'oreilles et d'une légère migriaine . Je me massait un peux la tempe pour faire passer tout cela . 

Riyuki : _ sa va ? 
Moi  l’étreignant avec un sourire pervers : _ Juste un mot de tête mais je connais le remède idéal pour soigner se genre de chose . 

Puis s'en en dire plus je l'entrainais avec moi dans une cabine de douche .


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MiyabiAA
avatar
Messages : 239
Localisation : En voyage, toujours sur les routes

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 4:26

Miyabi suivait le cours dispensé par Monsieur Arabai en soupirant c'était d'un ennuie, il n'avait éteint son portable a regret, il remplit la fiche demandé en mettant les banalités d'usage, il vit du coin de l’œil le manège entre Ryuki et un autre garçon roux, il ne put se retenir une grimace gênée, il détourna le regard, il y avait des hôtels pour ca. Il prit la décision d'évité ce Ryuki il n'avait rien contre les gays mais il n'était pas de ce bord la et quiconque essayer ce genre de chose sur lui perdrait sa main dans la douleur.

Il crut pendant un moment reconnaître les jumelles pourtant il avait beau chercher dans sa mémoire il ne les avait jamais vue. Curieux comme sensation. Rien qu'en regardant son professeur il sentit que quelques chose ne tournait pas rond chez lui appeler ça peut être l'intuition mais quelques chose lui disait qu'il caché de sombre secret.

Depuis qu'il été môme il avait ce truc avec les gens, de ressentir quel genre de personne c'était d'un simple regard. En attendant que la journée touche a sa fin il rêvassa au futur robot qu'il était en train de construire pendant son temps libre dans l'atelier de son ami Kotaro. C'est le premier prototype d'androïde bipède sur lequel il avait travaillé. Il avait prévue dans l'avenir de lui créer une puce qui lui permettrez d'apprendre de nouvelle chose et donc d'évoluer par lui même. Si le résultat été concluant il déposerai un brevet et a lui la belle vie. Le jeune anglais avait sauté plusieurs classe avec un talent certain pour la mécanique et les maths, son avenir semblait tout tracé. Cependant il avait le curieuse sensation depuis qu'il avait vue son professeur principal que quelques chose d'horrible allez ce passé mais quoi il ne saurai le dire.

Une fois les cours fini il s'enferma dans sa chambre allumant tranquillement son ordinateur portable pour geeker un peu. Il avait sa propre box internet il n'était donc pas dépendant de la connexion moisi du bâtiment. Il joua donc pendant quelques heures a League of legend un moba très connus et le jeu le plus joué de la planète. Ensuite il se prépara quelques chose a manger tout en téléchargeant un épisode de flash et de Arrow. Une journée comme une autre pour le jeune anglais, il aimait bien son quotidien bien que les cours était un mal nécessaire, cela lui permettait de ce sociabiliser un peu même si il avait encore assez de mal a nouer des liens. En même temps il ne faisait pas vraiment d'effort dans ce sens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raytöku..
avatar
Messages : 132
Localisation : Tokyo

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 14:43

Les cours étaient devenus quelque chose d'extraordinaire pour le jeune ténébreux. Il écoutait attentivement les propos de son prof, puis il s'était fait un nouvel "ami", Noa était quelqu'un de sérieux et dégageait une aura amicale. 

Le cours se finit enfin, malheureusement, Raytöku dut quitter la salle de classe pour se rendre à sa chambre, nommée par l'établissement. Sa pièce se trouvait au fond d'un couloir moderne, sans grande vivacité d'ailleurs. Tout les élèves devaient se trouvaient dans leurs chambres à pratiquer des activités variées; en l'occurrence ici, c'était le dortoir des garçons. 
Le brun se mit en route pour entrer, quand il fut là, il se déplaça jusqu'à son ordinateur et joua. Le temps passa vite, même trop vite, il était l'heure d'aller prendre une douche. 
Alors, il sortit de quoi se changer et prit une serviette et de quoi se laver. 

Il marcha jusqu'aux douches communes, il n'aimait pas trop ça mais il fallait le faire donc il ne broncha pas plus. Il se changea dans la pièce avant les douches. Puis, habillé d'une serviette et ses produits à la main, il entra dans la pièce. L'eau coulait abondamment au centre, une odeur de shampoing se sentait dès son arrivée.
Raytöku se mit dans une cabine et laissa l'eau couler sur son corps, ça lui faisait un bien fou ! 

Mais un bruit étrange le fit sortir de cette rêverie trop courte. Il se dépêcha et sortit de la cabine, là il sut d'où provenaient les bruits anormaux. En effet, deux personnes s'étaient faufilées dans la douche pour faire "des choses" et cela s'entendait très bien. Raytöku rougit à l'entente de ces mystérieuses attitudes. 
De nature, il n'était pas du genre à s'en mêler mais à ce moment, il voulait voir si son intuition était juste : il frappa à la porte. Soudain, plus aucun bruit. Juste quelques chuchotements.

Il n'attendit pas longtemps et ce fut un grand ténébreux qui apparut. Il devait faire deux fois sa taille, une carrure de d'athlète et un sourire sournois aux lèvres. Raytöku en était intimidé, mais son visage lui disait quelque chose. L'avait-il déjà rencontré ? Il ne se souvenait pas. 

En voulant observer ce qu'il se passait derrière cette porte, il vit enfin la deuxième personne. Alors, il se mit dans tous ses états, il scruta la personne, les yeux aussi ronds que des billes.
Raytöku:- NOA ?! Mais qu'est-ce que tu fais avec ce type ici ?!
Noa, baissant la tête, gêné:- Et bien...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 15:25

Enfin la journée terminée, Antje était plus que satisfaite d'en avoir fini avec ce calvaire. Si elle était un vrai cancre, sa soeur en revanche était toujours studieuse et appliquée dans son travail, à tel point qu'à son jeune âge elle avait déjà eu des facultés remarquables et des appréciations de ses anciens professeurs plus que satisfaites. Elles avaient bien remplies leur fiche et la rendait successivement à monsieur Arabaï qui eut une sorte de haut-le cœur en découvrant ce qu'elles avaient écrites...

Nom et Prénom: Antje Honneheim 
Age: J'ai 15 ans et gare à toi si tu me sous-estime à ce sujet. 
Couleur et animal préféré: Le rose et les lapins. Mais aussi les chiens, les oiseaux, les oursons, les chats, les renards, les moutons (suite bien trop longue).
Passions: Les jouets, les lapins, le rose, le sport, la gymnastique, les poupées, les lapins (suite trop longue).

Nom et Prénom: Aleit Honneheim
Age: Qu'est-ce que ça peut te foutre, on est jumelles abruti. 
Couleur et animal préféré: Le violet et les araignées.
Passions: La magie, le fantastique, les expériences en sciences, ma sœur, les livres. 

Il eut un regard suspicieux, voir effrayé en lisant ces fiches, constatant leurs visages pas le moins du monde dérangés, la première avec un sourire jusqu'aux oreilles et la seconde avec une bouille de morte. 
Passé cela, elles arrivèrent à leur dortoir commun, leurs petites valises en mains, elles entrèrent dans leur chambre où étaient déjà installée une jeunes fille. A première vue elle semblait islandaise, elle était grande et svelte avec de courts cheveux noirs dans une coupe de cheveux à la garçonne, ses yeux étaient d'un gris très clair et sa peau était blanche comme de la porcelaine. Si les jumelles étaient Hansel et Gretel, elle aurait très bien s'appeler Blanche Neige. Celle-ci semblait fortement intéressée par le physique angélique des deux adolescentes... 
La première ne comprit rien, évidemment, et installa ses affaires sans y prêter attention, mais la seconde jetait un regard froid à la mateuse qui s'amusait de cette situation. 

Aleit: Je peux savoir ce que tu regarde comme ça? Range-moi ces yeux répugnants. 
Fille*amusée*: Ouuuh mais c'est quelle peut mordre l'elfette! 

Sur cette insulte peu banale, les deux blondinettes eurent un temps de pause, comme si ce que venait de dire leur colocataire avait provoqué un déclic en elles. Trop surprise pour répliquer, Aleit ne prit même pas ma peine de lui clouer le bec et alla ranger de même ses vêtements. 
Elle ignorait pourquoi mais pour la première fois de sa vie elle n'arrivait pas à prendre le dessus. Elle avait eu le sentiment d'avoir toujours été quelqu'un de froid et tranchante dans ses mots, à tel point que très peu de personnes ne pouvait lui adresser librement la parole. Pourtant, cette étrangère ne la laissait pas indifférente, et se soucier de ça ne la rendait que plus étrange à tel point qu'elle rangeait ses affaires dans la hâte et la précipitation, trépignant sur place comme une petite furie mais sans sortir un mot de sa bouche, on aurait dit un chaton en colère. 

Antje *inquiète*: C'est mon short que t'as rangé dans ton armoire! Aleit, Aleit ça va? 
Aleit *fulminant*: Je... je reviens Antje. 

En disant cela elle trottina en vitesse aux toilettes, se regardant cinq bonnes minutes dans la glace à se remettre les idées en place.
Antje n'avait jamais vu sa moitié s'emporter comme ça, curieuse elle s'adressa à la jeune fille. 

Antje: C'est toi qui l'as mise dans cet état? 
Fille *haussant les épaules d'un air innocent*: Aucune idée!
Antje: Au fait c'est quoi ton nom? 
Rey: Rey Ashes, *souriante* et toi ma jolie? 
Antje: Moi c'est Miki, et ma sœur s'appelle Niki! 

Un blanc apparu, Antje avait dit le plus naturellement du monde un nom qui n'était pas le sien, on aurait même dit que cela sonnait comme une évidence. Elle se rendit compte un peu tard de sa bêtise. 

Antje *confuse*: Enfin... Non! Je voulais dire que je m'appelle Antje et ma sœur Aleit!  
Rey *avec un sourire en coin*: C'est vrai que ça vous correspond mieux, ces noms-là faisaient bien trop japonais pour des bouilles comme les vôtres... 

Les deux jeunes filles bavardèrent joyeusement sans s'apercevoir que l'autre blondinette venait de sortir, le visage glacé et le regard resté neutre, comme si elle avait cherché à supprimer son attitude peu banale d'il y a cinq minutes. 

Aleit *tirant le bras d'Antje*: Bei ihr bleiben Sie nicht! 
Rey: Tu crois que je ne comprend pas l'allemand ma belle? C'est mal placé pour toi, je le parle couramment, donc évite tes petites messes basses subtiles... 
Aleit *rouge de colère*: Schlampe!! 


Et dans son élan de rage, elle claqua la porte, sortant de sa chambre en quête de sang-froid a retrouver. Antje était obligée de ranger les affaires de sa jumelle à sa place...


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuki EtsuyaAA
avatar
Messages : 192
Localisation : Dans les bas fond...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 17:05

La journée s'était finie sans grands soucis, si ce n'est l'ennui provoqué par les professeurs du jour... Ils rabâchaient tous la même chose... Leur programme, une présentation de chaque élève, demandant si leurs vacances s'étaient bien passées... Ils ne pouvaient pas se concerter entre eux?
 
Enfin, la fin de journée arriva. Ce n'était pas trop tôt! Une partie des élèves quitta l'établissement, rentrant tranquillement chez eux à pied, en bus ou avec leurs parents. De son coté, Ryuki restait dans la cour, observant encore ses camarades. Au loin, il vit le jeune Noa en train de saluer un autre jeune homme... Celui là même qui avait faillit arrivée en retard, et qui avait un port de tête si altier, ne posant un regard que hautain au reste de la classe. Un gosse de riche? Peut-être...
 
Après un petit moment, tous rentèrent à l'Internat, allant plus précisément dans la grande bibliothèque. Ici, il y avait assez de table pour recevoir tous les étudiants. D'ailleurs, c'était ici qu'ils devaient faire leurs devoirs, révisions et autres. Au loin, Ryuki aperçut le professeur Arabaï. Il n'avait pas menti en disant qu'il serait toujours là... Dans un de la pièce, ce trouvait une télévision. Il y avait une édition spéciale pour ce soir. Au loin, de l'autre coté de l'Atlantique, plus précisément en France, à Paris, des attentats venaient de se dérouler. Le journaliste énumérait des chiffres indiquant le nombre de victimes, de blesser... Un lourd silence s’abattit sur la salle, tous écoutant ce récit funeste... (je viens de plomber l'ambiance... Désoler...)
 
Malgré ces faits tragiques, la vie reprit son cour dans le campus. Etant donné qu'il n'y avait rien à faire, les étudiants eurent quartier libre pour la fin de la soirée. Ryuki, lui, partit prendre une douche. Heureusement, (ou malheureusement pour lui), les douche n'était pas mixte, mais finalement, cela ne le dérangeait pas... 
 
Il était vêtu d'un simple boxer noir, et portait une serviette blanche négligemment posé sur son épaule... Chaque douche était individuelle, séparée par des cloisons. Alors qu'il était dans ses pensées, il senti un regard glisser sur lui... En tournant la tête, il vit alors un de ses camarades... Le jeune Noa... Qui semblait bien apprécier la vue...
 
Noa, avec un air malicieux: Décidément on est souvent amené a se croiser aujourd'hui. 
Riyuki s'approchant, collant pratiquement l'autre étudiant: Tu veux peut être t'en plaindre ? 
Noa:  Pas le moins du monde ....
 
Alors, Ryuki, sans se soucier du monde qui pouvait l'entourer, approcha ses lèvre de celle de Noa. Cependant, il ne reçu pas un doux baiser, mais bien une morsure sur sa lèvre inférieure. 
 
Riyuki, aspirant son sang: Eh bien! Je vois qu'on est sauvage! 
 
A ce moment, le jeune élève sembla avoir un mal de tête, mais sans pouvoir dire la moindre chose, notre universitaire fut entraîné dans un des cabines... Après y être entré il ferma la porte à clé... Ce ne serait pas le moment d'être interrompu...
 
-18 (ça faisait longtemps Wink )
 
Le duo se retrouva alors entre quatre mur, dans un espace plutôt exigu, collant leur corps l'un à l'autre...
 
Ryuki, avec un regard pervers: On est entreprenant Gamin... On aime jouer avec le feu?
 
Sur ces mots, il enleva d'un geste souple, la serviette entourant la taille de Noa, et se débarrassa aussi de son boxer dévoilant ainsi les choses bien plus intéressante... Ryuki bloqua alors son jeune camarade contre la cloison, bloquant toute "échappatoire" de son bras. Après l'avoir allumé de la sorte, il fallait aller jusqu'au bout... De son autre bras, il tourna le robinet et un jet d'eau chaude s’abattit sur le duo...
 
Alors, l'universitaire rapprocha ses lèvres de celles de son partenaire, et ils échangèrent un profond baiser. Ryuki franchit sans vergogne la barrière des lèvres, et vint titiller l'autre langue, notamment à l'aide de son piercing... Noa, nullement impressionné, mélangea sa langue avec l'autre... Un goût métallique, du à la blessure sur sa lèvre, emplis la bouche des deux partenaires...
 
Loin d'en rester là, Ryuki quitta les lèvres de Noa, et migra vers le cou de celui-ci, et commença un suçon ici. Dans ce même temps, ces mains se mirent en action aussi. L’une d'elle vint torturer un des tétons du jeune homme, tandis que l'autre s'approchait dangereusement du bas des reins du jeune étudiant. D’un geste connaisseur, Ryuki introduit son majeur en Noa. Un petit cri de surprise sorti de la gorge de se dernier :
 
Ryuki: C’était mignon ça! J’espère que les prochains le seront aussi... Détends-toi un peu, gamin…
 
Alors, lentement, il commença ses va-et-vient. La température montait encore… Son partenaire commença déjà à haleter, et il en profita pour introduire son index… Un large sourire pervers se dessina sur le visage de l’universitaire, il se réjouissait d’entendre les gémissements de plaisir de son camarade. A l’intérieur, Ryuki bougeait doucement ces doigts, appuyant légèrement, jusqu’à ce que Noa ne se crispe de plaisir, et ne se crampe plus que la normal.
 
Ryuki, titillant toujours le même endroit: Jouerais-je avec un endroit qui te plais beaucoup? Et si je fais ça?
Noa: Ah…
 
Pendant un petit moment, il continua son petit jeu, le « chatouillant » intérieurement, titillant ses tétons, et faisant un suçon sur le cou. Cependant, il s’arrêta à un moment, retira ses doigts, et en profita pour retourner le jeune étudiant, se retrouvant ainsi dos à notre universitaire. Cette fois-ci, il passa un de ses bras autour de sa taille, et descendit son autre main jusqu’à l’entrejambe dur de Noa. De son coté, le membre durcit de Ryuki appuyait contre une des fesses de son partenaire tandis qu’il lui mordillait le lobe de l’oreille :
 
Ryuki: J’espère que tu es prêt pour la vraie chose, gamin. Tu as intérêt car me voici.
 
Cependant, son action fut interrompue par un timide toquement de porte. Qui pouvait bien venir les embêter pendant ce moment ? C’est vrai qu’il n’avait pas fait attention au bruit qu’il faisait, mais ils n’étaient pas encore venus… Dans un soupir de déception il s’écarta de Noa, et se dirigea vers la porte :
 
Noa, murmurant: Mais ça va pas?! Si c’est un prof?
Ryuki, avec un sourire pervers : On pourra toujours l’inviter.
 
Il déverrouilla la porte, l’ouvra et se retrouva face à un autre jeune homme aux courts cheveux brun. Ce dernier était d’un rouge pivoine, et scruta un moment Ryuki, semblant le reconnaître, avant de regarder la personne avec qui il était :
 
Raytöku: NOA ?! Mais qu'est-ce que tu fais avec ce type ici ?!
Noa, baissant la tête, gêné: Et bien... Je…
Ryuki : Vous vous connaissez ? Eh bien, ça nous évitera les présentations !
 
D’un geste vif, il attrapa la serviette de cette nouvelle… connaissance et l’entraîna dans la petite cabine… L’universitaire referma la porte, et s’adossa à celle-ci. Ainsi, personne ne pourrait partir… Il était suffisamment vieux et fort pour les retenir ici…
 
Raytöku, gène et rouge: Non, non, non! Je ne sais pas ce que vous faisiez ici, mais je ne veux pas le savoir, laissez moi sortir !
Ryuki, posant son index sur les lèvres du jeune homme : Chute… Tu veux réellement partir ? Tu le pourras, mais… Pas pour le moment. Je compte m’amuser avec toi aussi gamin.
Raytöku : Quoi ?! Non, non… !
Ryuki, le coupant, arborant un large sourire sadique et pervers: Tu dis non, mais pourtant tu es venu à nous. Ne prétexte pas que tu ne savais pas ce qu’il se passait ici, ça ne marchera pas. Tu n’es pas assez innocent pour ça… *baissant le regard et voyant une petite bosse pointer sous sa serviette à la taille* D’ailleurs, quelque chose me dit que cela ne te déplais pas de te retrouver dans cette situation.
 
Ce dernier ne su quoi répondre, trop abasourdit, attendant sans doute la suite des événements.
 
Ryuki : Bien, et si nous reprenions où nous en étions…
 

Il avait dit cette phrase, bien déterminé à finir ce qu’il avait commencé, et à prendre du plaisir…


Pour moi tes désirs ne seront pas un mystère, car je suis la somme de ceux de la terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyo ArabaïAA
avatar
Messages : 778
Localisation : Dans la bibliothèque...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Sam 14 Nov - 18:00

Après avoir récupéré les fiches d'information, Kyo resta dans la salle de classe et commença à les lire. Pour le moment, au vue de la présence d'Yko, il préférait éviter les autres professeurs. S’il pouvait éviter qu'on le prenne tout de suite pour un fou... Cela l'arrangerait beaucoup.
 
         Chacune de ses lectures était commentées par son alter-égo, ce n’était d'aucune utilité pour le jeune homme... Dans ses fiches, il avait tenté une approche originale afin de mieux connaître ses élèves, leur caractère, leur situation familiale, à côté des questions normales, voir même barbantes. Certaines étaient originales, mais d'autres plutôt… Étranges...
 
Kyo: En voilà une drôle de présentation pour nos Fraulein Honneheim.
Yko: Comme tu te la pètes avec ton allemand! Je suis sûr que c'est que du pipeau. En plus, je ne donne pas dans les jeunes filles.
Kyo, soupirant: Tu me diras quand tu arrêteras d'y penser... Le prochain, Ryuki Benson...
Yko: Un beau morceau!
Kyo: Il faudra que je le surveille de prêt... Il montre un peu trop son... affection.
Yko: Tu veux que je fasse une surveillance rapprochée?
Kyo: Fit! Suffit! Tu m’insupportes!
Yko: Ah la la... Mais je m'ennuie! Si je ne dis rien, tu lis gentiment tes petits papiers là. C'est la mort. Ah tien! Il ta laissé son numéro de téléphone! Et même de chambre...
Kyo: Cela m'importe peu...
Yko: Tu n’es pas drôle vraiment! Surtout depuis ces derniers temps.
Kyo: Au vu de ce qu'il s'est passé, je me vois mal être autrement.
Yko: Me fait pas rire! Tu n’étais pas fait pour la vie de famille. Cet événement t'a libéré!
Kyo: Comment peux-tu..!
 
         Le professeur fut interrompu dans sa phrase en entendant quelqu'un toquer à la porte. Il tourna vivement la tête, et vit un jeune homme, à la crinière rousse attendant dans l'embrasure.
 
Kyo, gêné: Oui ?
Noa: Monsieur excusez moi de vous déranger mais je crois avoir oublier quelque chose ... Je peux? Je ne dérange pas au moins ? 
Kyo: Non non aucunement, tu peux récupérer ton bien.
 
          Depuis quand était-il là? Il espérait qu'il n'avait pas entendu trop de chose. Pour une fois qu'il veut être normal... C'est peine perdu il faut croire... Il regarda tranquillement son élève prendre son livre, heureusement, il était toujours là.
 
Yko: Le jeune Noa, hein? J'ai l'impression de l'avoir déjà vu...
Kyo: ...
Yko, émettant un petit sifflement: Je m'en souviendrais si je l'avait croisé avant tu ne crois pas?
 
         A ce moment, Noa s'apprêtait à sortir de la classe, cependant il s'arrêta un moment et regarda en direction de Kyo:
 
Kyo: Un problème ? 
Noa avec un sourire amical: Non rien. Bonne soirée monsieur.
Kyo: Merci, bonne soirée à toi aussi.
Yko: Il m'a entendu?
Kyo: Pour lui, je ne l'espère pas.
Yko: Il pourrait se révélé de plus en plus intéressant ce jeune homme...
Kyo: Tais-toi...
 
          Ainsi ce termina cette première journée de cours... Kyo avait fini de lire ces fiches, et se rendait désormais dans la grande salle d'étude. Tous les étudiants internes se trouvaient ici. Tous étaient en train de parler, vu qu'aucun travaille ne leur avait été demandé. Un brouhaha monstre s'élevait de la salle jusqu'à:
 
Elève: Chut! Écoutez!
 
          Un silence religieux se fit dans la salle, et tous les regards se tournèrent vers la petite télévision de la salle. Cette dernière montrait des informations tragiques en provenance de la France. Plus d'une centaine de mort lors d'attentat... Kyo soupira lourdement. L'obscurantisme religieux n'avait aucune limite... Pourtant, il était marqué noir sur blanc de ne tuer personne dans les livres saints... Enfin...
 
          Lorsque l'information fut relégué, avec tout les témoignage de soutient du monde entier, on éteignit l'écran. Puis, ce fut l'heure de prendre les douches. Tous partirent prendre leur affaire et se rendirent dans les salles de bains. Kyo de son coté, rangea la salle, quelque peu dans le désordre. Plus tard, juste avant le dîner, il recompta que tout le monde soit bien là. Le directeur prenait garde à ce qu'il n'y avait pas de fugue ou autre. Notre professeur recompte trois fois, mais tombait toujours sur le même résultat: il en manquait 3.
 
          Bon sang, où pouvaient-ils être? En y regardant de plus près, il découvrit que c'était Noa Raytöku et Ryuki qui manquaient à l'appel. Cela ne lui disait rien qui vaille. Mais le premier jour? Dans tous les cas, il s'élança dans les couloirs, regardant dans leurs chambres s'ils ne s'y trouvaient pas. Malheureusement, ils n'étaient pas là, mais rencontra en chemin la jeune Aleit:
 
Kyo, avec un grand sourire bienveillant: Geht alles Frau gut?
Aleit: Lassen Sie mir ruhig, ich habe, etwas hat zu sagen...
 
         Sur ces mots, il décida de la laisser tranquille, bouillonnant dans sa rage... Et il se rappela la raison de sa venue et se remit directement en marche, recherchant les trois absent... En approchant vers les douches, il entendit du bruit. Le son de l'eau qui coule était le plus présent, même s'il y avait autre chose derrière. Etaient-ils là depuis tout ce temps? Mais que faisaient-ils?
 
Yko: Tu veux que je te fasse un dessin?
Kyo: Je vais m'en passer...
 
         Kyo s'approcha alors, mais à son arrivé, il vit Ryuki, seul, un large sourire au lèvre, sortir. Il semblait satisfait de lui, bombant le torse.
 
Ryuki: Oh! Mais ne serait-ce pas le professeur Kyo Arabaï?
Kyo: Que faisiez vous?
Ryuki: Vous nous cherchiez? Aurait-on mis trop de temps?
Kyo: Ne m'obligez pas à répéter... Que faisiez vous?
Ryuki: On s'aidait mutuelle à nous laver...
Kyo: Je vais être obliger de rédiger un rapport sur tout ceci vous le savez.
Ryuki: Seulement s'ils n'étaient pas d'accord, et je vous assure que ce fut le contraire...Ils étaient pleinement consentant...
Yko: Il a l'air de s'y connaitre la dessus...
Ryuki: Bien, si vous voulez bien m'excuser, je vais me changer pour la suite... Ne prenez pas cet air déçu, -avec un clin d'oeil- ma porte sera toujours ouverte pour vous. Je vous procurerais le même plaisir que celui que je leur ait donner... Vous les auriez entendu...
Yko: Vraiment? Je prends l'invitation! J'espère que tu me surprendras!
Kyo: Tss... Cela suffit! Continuez vos agissements et j'en référerais directement le principal!
Ryuki, riant à gorge déployé: Faites donc! J'ai des atouts cachés vous savez...
 
       En passant, Ryuki, pouffant encore de rire, frôla la main de Kyo, qui se dépêcha de la retirer. Que comptait-il faire maintenant? Si ses dires étaient vrais, il ne pouvait rien faire pour le moment. Après tout, ils étaient majeurs... Et s'il n'était pas venu il s'en saurait rien. Kyo décida tout de même d'attendre ici, pour avoir la version des faits de Raytöku et de Noa. Sans savoir pourquoi, la colère montait en lui... Cet universitaire avait osé toucher à Paradoxe? D’ailleurs, pourquoi ce fut ce prénom qui lui venait à l’esprit ? Il n’en savait rien, de plus il fut prit par un violent mal de tête, que la présence d’Yko n’arrangeait pas…


Le savoir est a manier avec précaution, car il peut se retourner contre celui qui le manie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 0:39

- 18 (bien trop a mon gout)




J'avais entraîner le beaux ténébreux avec moi sous la douche qui me plaqua contre un mur 

Moi d'un sourire pervers : _ sa commence bien !

 et me mis a l'embrasser langoureusement en lui caressant les cheveux, puis il se mit a  me faire ses suçons dans le cou (l'une de mes zones sensibles) et a jouer avec diverses partit de mon corps , m'arrachant plusieurs gémissement de plaisirs . Les préliminaires durèrent ainsi un petit moment. Jusqu'a ce que ryuki ce décida enfin a passer aux choses sérieuses. Il me retourna , je fut dos a lui, et je sentit sa verge contre ma fesse . Jusqu’à ce qu'on toque a la porte  .  Aurions nous été trop bruyant ? 

Moi chuchotant : _ Fait chiez juste quand sa devenait intéressant. ..

La je vit ryuki ouvrir la porte. 

Moi, murmurant: Mais ça va pas?! Si c’est un prof?
Ryuki, avec un sourire pervers : On pourra toujours l’inviter.


Ce n'était pas le prof mais Raytoku , dans un sens j'était rassurer de le voir, lui en revanche semblais choquer . 


Raytöku: NOA ?! Mais qu'est-ce que tu fais avec ce type ici ?!
Noa, baissant la tête, gêné: Et bien... Je…comment dire ? (il en a de bonne lui ? sa me paraissait évident enfin bon) 
Ryuki : Vous vous connaissez ? Eh bien, ça nous évitera les présentations !





Puis Le ténébreux fit entrer de force notre camarade dans la cabine . Déjà que l'endroit était étroit pour deux personnes, mais alors a trois on était les uns sur les autres ! C'est exitant !
Au départ raytoku semblait récalcitrant et je voulu le laisser partir mais les argument qu'avait lancé ryuki, furent pour le moins convainquant et loin d'être infondé. 

je jeune étudiant commençais a paniqué alors je le prix dans mes bras 

Moi d'une voix mielleuse : _ Chuuuuut , détend toi, c'est agréable tu vas voir ! 

Bizarrement mon camarade se calma, presque instantanément. alors je mis a l'embrasser dans le cou et lui mordiller l'oreille . Au vu des petits gémissement qu'il poussait il devait trouver cela agréable ...  Au début Ryuki ne fit qu'admirer le spectalce . 
Tandis que je caressait l'entre jambe de mon camarade de jeu, je plaça fasse a moi prix son visage délicatement entre mes mains et nous échangeâmes un doux baiser . Je frçais la barrière de les lèvres avec ma langue, jouant avec la sienne et l'invitant a faire même . Puis entement je descendit déposant des baiser le long de son cou de son torse, m'attardant un peu sur son téton, le titllant du bout de la langue et le mordillant légèrement, puis descendit, jusqu’à ses attributs masculins. Pendant je laissait son postérieur entre les mains experte du ténébreux, moi je lui faisait une fellation. 

(etc etc ...)

Ce petit jeu aurais pu durer un moment malheureusement nous fumes interrompus durant l'action, par nul autre que notre professeur principale. Je remis alors rapidement ma serviette autour de la taille. Monsieur Arabaï semblait fusiller du regard le beau ténébreux et anormalement inquiet a mon égard. 

Kyo : _ Tout vas bien il ne t'a pas pas fait de mal ? 
Moi le plus naturellement du monde : _Moi ? ha non pas du tout c'est moi qui est lancé le truc !

le prof fut surpris d'entendre cela . J'ai quand même pas une tête d'enfant sage ! si ? 

J'eu quand même droit a sermon de sa part . C'est étranger mais en même temps qu'il parlait j'entendait comme un sifflement dans mes oreilles une sorte de mumure , presque inaudible . 

Moi : _ Oui c'est bon j'ai compris Yko ... Heu je veux dire ... Monsieur  Kyo ... heu monsieur Arabai !

Oula ! Je commence a fatiguer moi ! il serais temps que j'aille me coucher !


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raytöku..
avatar
Messages : 132
Localisation : Tokyo

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 12:57

La sensation du baiser de Noa laissa le jeune brun perplexe au point qu'il ne sut que dire. Mais le plus flippant était l'étrange sentiment qu'il avait ressenti lorsque Ryuki l'avait touché, comme si cet acte n'était pas inconnu. Raytöku semblait se laisser faire, surtout quand ce fut au tour du ténébreux, il y prit même du plaisir.

La partie se termina vite, Kyo venait de les appeler. Ryuki et Noa sortirent les premiers, ensuite Raytöku suivit le mouvement. Le professeur l'observait, mécontent.
Kyo:- Que se passe-t-il ici ?
Raytöku:- Disons... Que nous nous amusions. 

Raytöku resta le plus neutre possible face au professeur, des sensations resurgirent au niveau de sa tête et de son estomac. Il posa sa main sur son ventre et souffla. Que lui arrivait-il ? Les endroits que Ryuki avait touchés le brûlaient; il se sentait lourd. 
Kyo se mit en mode "méchant professeur qui essai de faire régner la loi" et foudroya du regard les trois individus.
Kyo:- Vous allez me faire le plaisir de retourner dans vos chambres ! Et que je ne vous surprenne plus à faire ce genre de chose !
Noa, baissant la tête:- Oui, monsieur...
Raytöku, faisant de même:- Oui.
Ryuki, souriant de plus belle:- Dommage, se sera pour la prochaine fois les gamins.

"Gamin" ! Voilà, le mal de Raytöku augmenta à l'entente de ce nom si simple et si indéfini. Mais il lui paraissait commun, comme si il l'avait entendu toute sa vie. Il se pencha pour reprendre son souffle et mettre sa main sur son front; il avait besoin de repos.

Les trois garçons se rendirent dans leurs chambres, tous aussi satisfaits.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 13:43

Pour cette fois-ci nous nous en sommes bien sortit. Nous avions juste eu droit au sermon du prof, un avertissement et congédier dans nos chambres. Rien de bien grave ... 
Maintenant que je me suis trouvé deux compagnons de jeux je crois que je vais me plaire ici !

les semaines passaient , les cours la routines , les mots de têtes et les bourdonnement d'oreilles se faisions de plus en plus intense a chaque sensation de déjà vu . De même que les murmures que j'entendais quand je parlais avec notre principale ... entre coupé de quelques jeux peu catholiques avec mes deux camarades de classes . A cette fois près nous  fassions plus attention a l'heure !

Puis un jour notre directrice ( Marina Obrian) réunis tous les élève dans la cours pour nous annoncer que nous allions passez une semaine en sortit scolaire dans un camping au beau milieux du Montana. 
L'idée me réjouis ! un parc naturel avec de vaste étendus forestières, ds montagne, de la vie sauvage ! 

Le jour du départ était arrivé et je préparais ma valise pour le voyage. 
Je passais par hasard devant le bureau de la directrice . Elle semblais parler toute seul a son placard. A travers la baie vitré je pu voir en voir le contenus . 
Il y avais un vieux manuscrit , deux peluches (un chat et un lapin) une espèce d'image de panthère démon, une cravache (d'un seul coup en voyant sa j'était pas sur de vouloir savoir se que fait la directrice de son temps libre ) une faux et un sac en bandoulière. 

au cas ou:
 

Je ne m'attardais pas plus que ça et partit dans la cour pour prendre notre bus


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 15:43

Les jumelles étaient déjà sur place en compagnie de leurs autres camarades. Tous discutaient joyeusement de leur futur voyage de classe, Antje la première qui sautillait sur place. 

Antje: C'est géniaaaaaal! Aleit, Aleit, Aleit, c'est géniaaaaaaal! 
Aleit *soupirant*: Oui, oui j'ai compris Antje calme-toi maintenant... 

Vint alors le pire cauchemar de cette année pour cette dernière. 
Rey arrivait sur le futur lieu de crime, saluant au passage quelque-uns de ses amis. Aleit, la remarquant se cacha derrière sa petite sœur, fusillant du regard la grande brune. 

Antje *curieuse*: Beuh... Qu'est-ce qui t'arrive? 
Aleit: Je ne veux pas rester avec cette traînée! Cachons nous plus loin! 
Rey: Tiens, tiens ne serait-ce pas minipouss et sa chienne de garde toujours au taquet? 

Cette fois ce ne fut pas seulement Aleit qui la massacra des yeux mais Antje était également de la partie pour la bagarre, avoir osé l'insulter de minipouss! Il faut vraiment être courageux... 
L'islandaise passa ses deux mains sur les crânes des blondinettes, les frottant vigoureusement comme un maître le ferait avec ses chiens. 

Rey: C'est une petite boutade mes chéries, ne soyez pas fâchées!
Antje *grognant*: Personne ne me traite de petite, personne! 
Rey *tirant la langue*: Calme-toi ma puce et ce n'est pas toi que je veux mettre en colère... 

Elle se tourna vers l'aînée qui fulminait toujours autant, encore plus lorsqu'elle aperçue que sa moitié était désormais en colère. Rey tira la langue, se baissant à sa hauteur pour lui prendre le menton. 

Rey: Je suppose que ça ne vous gênera pas que je me joigne à vous dans le bus. 
Aleit *méfiante*: Tu ne veux pas nous lâcher les basques? Dégage idiote! 
Rey: C'est décidé! Je viens! 

La grande tige ravie, prit les deux petiotes contre elle comme un enfant qui garde ses poupées avec lui et les serra fort contre elle. Aleit lui mordait le bras tandis qu'Antje faisait la moue. 
Soudain une magnifique et élégante jeune femme habillée en tailleur et affublée d'une paire de lunette arriva, encadrée par d'autres enseignants, dont monsieur Arabaï. Elle avait de longs cheveux noirs et des yeux jaunes, lentilles de contact très certainement. 
En la voyant Aleit eut comme un choc en elle, cette femme ne lui était pas étrangère, elle était sûre de l'avoir déjà vue quelque part... 
En remarquant son regard celle-ci lui fit une légère courbette et un sourire malicieux. 

Rey: Tu l'as connaît minimoys? 
Aleit: Je... J'ai l'impression que oui... 

La directrice tapa dans ses mains alors que chacun des étudiants se tut. 
Elle arbora un grand sourire charmeur et un air assez suspect et débuta son monologue. 

Marina Obrian: Un grand bonjour à tous et à toutes! J'espère que chacun d'entre vous aura le plaisir de profiter pleinement de ce voyage si exceptionnel que j'ai moi-même eut l'idée! 
Professeurs: Pfff...
Marina Obrian *fusillant du regard le professeur qui soufflait*: ...Je disais donc que c'est moi qui ait eu l'idée. Montrez-vous reconnaissant envers moi et *toussant* le reste de l'équipe éducative qui m'accompagne. Mais avant toute chose, j'aimerais inviter les élèves que je vais citer à me rejoindre afin que je puisse leur réserver un traitement spécial... 

Marina désigna successivement des yeux des étudiants bien précis parmi la foule. 
Un sourire diabolique se dessinait sur son visage. Aleit eut un mauvais pressentiment à son propos, cette femme lui rappelait quelqu'un de profondément machiavélique et même...puissant? 
Plus elle essayait de se chasser ces idées, plus elles revenaient de manière plus fortes. Marina la fixa du regard, un regard tranchant et terrifiant. La blondinette commençait petit à petit à se rappeler de cette personne... 

Marina Obrian: J'appelle ces messieurs et demoiselles Ryuki, Noa, Raytöku, Rey, Miyabi, Kôtaro, Niki, Miki et votre professeur qui se chargera de garder un oeil sur vous, monsieur Arabaï! 

A la grande surprise générale, les élèves cités s'avancèrent vers la directrice, ravie. 
Aleit jeta un regard inquiet à Rey qui le remarqua bien vite. 

Aleit: Pourquoi tu es invitée toi aussi? Tu n'es pourtant pas une créature magique! 
Rey: ...
Aleit *confuse*: Enfin... Excuse moi je ne sais pas ce qui m'a pris... 
Rey *fixant les jumelles puis la directrice*: ...

La blondinette avait cette fois un mauvais pressentiment envers la belle brune. Elle ressenti comme un lien mystérieux entre elle et Marina. 
Méfiante, elle la garda à l’œil.


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyo ArabaïAA
avatar
Messages : 778
Localisation : Dans la bibliothèque...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 19:06

Kyo se trouvait maintenant devant Raytöku et Noa, et leur réponse le stupéfia. Ils étaient consentant... Impossible d'intenter la moindre chose contre Ryuki... D'ailleurs, ce dernier le savait bien, puisqu'en partant en direction de sa chambre lança aux jeunes hommes:

Ryuki: Si vous voulez que l'on finisse, ce sera avec une grande joie les gamins. Ma porte n'est jamais fermé!
Kyo: Fit, Ryuki! Retourné dans vos appartements!
Ryuki: Jamais fermé...
Yko: Il a du cran... Pas mal...

          Le professeur se retourna vers ses élèves, l'air grave, et sévère. (D'ailleurs, comment ça "qui essai de faire régner la loi"? Razz ) Faire ce genre de chose dans cet établissement privé était déshonorant. C'est pourquoi il se lança dans un grand sermon à l'égard des deux jeunes gens, qui semblait ne pas y prêter grande attention...

Kyo: Mais qu'est-ce qui vous a pris de faire ce genre de chose? Non pas que le fait de le faire entre homme ne me dérange en quoi que se soit...
Yko: Encore heureux...
Kyo: Vous pouvez vivre votre amour avec qui vous voulez, mais là c'est différent! Premièrement, vous venez de rencontrer Ryuki aujourd'hui. Est-ce vraiment raisonnable de conclure ainsi le premier jour?
Yko: Parfois, une heure ça suffit pour arriver à cela.
Kyo: Mais en plus avez-vous penser aux conséquences de vos actes? Tous ne sont pas aussi tolérant que moi. Et puis d'ailleurs avez vous pensé à vous protéger? C'est peut-être désuet, mais les maladies existe toujours. Et qui vous dit que votre camarade n'en à pas? Vous auriez du pensez à prendre des condoms...
Yko: Il en existe avec plusieurs saveur, vanille, fraise...
Kyo: Cela vous protégerait contre différents maux.
Yko: Fan de star-wars? Il y a des fluorescents
Kyo, se massant les tempes: Allez! Je ne vous retient pas! Fillez dans vos chambres, réfléchissez à votre comportement! J'inscrirais un avertissement sur ce qui vient de se produire.


        Ainsi, les deux étudiants regagnèrent leurs appartements. Kyo resta seul un moment, parlant avec son alter-égo. Que lui prenait-il de dire de tel chose! Bon sang! Yko se faisait de plus en plus présent, et commentait chaque action du professeur... Et si...? Non... Il ne pourrait pas prendre le dessus... Il ne le devait pas... Qui sait ce qu'il se passerait...

         A l'extinction de feux, Kyo fit le tour des chambres, vérifiant que les lumières étaient bien éteintes, et qui tous commençait à dormir. Par-ci par-là, il confisqua des consoles, notamment au jeune Raytöku, qui malgré l'heure tardive continuait de jouer en réseau. Il débrancha l'ordinateur, le prit, ainsi que le reste des consoles portables... (C'est pour le "essai" Razz ) Alors, il parti dans sa chambre, prendre un peu de repos pour le jour suivant...

         Des semaines passèrent, avec toujours la même monotonie. Les cours, la surveillance des repas, l'aide aux devoir, la surveillance dans les dortoirs et autres. Un jour, la directrice avait convoqué tous les professeurs pour annoncer aux élèves une sortit prochaine. Sans doute une sorte de voyage d'intégration...

          La directrice commença son monologue, présentant le voyage, puis elle énonça plusieurs prénom, pour leur administré un traitement spéciale. D'ailleurs, quel était-il? Sur ce point là, elle avait été très discrète, laissant l'ensemble de l'équipe enseignante dans le brouillard... Mais dans tous les cas, Ryuki, Noa, Raytöku, Rey, Miyabi, Kôtaro, Niki, Miki ainsi que Kyo, était sorti des rangs, attendant la fin du discours. Sans doute, serait-il le surveillant de cette petite troupe...


Le savoir est a manier avec précaution, car il peut se retourner contre celui qui le manie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuki EtsuyaAA
avatar
Messages : 192
Localisation : Dans les bas fond...

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 19:26

Les semaines passèrent sans réelle encombre. Les cours suivaient leur... cour. Ryuki assistait régulièrement aux leçons du professeur Arabaï. Tant pour les sciences, qu'en classe complète. D'ailleurs, plus le temps passait, plus il s'autorisait des familiarité avec Kyo, sans pour autant passer à l'Acte. Ce dernier, semblait plus ou moins les toléré, même s'il mettait une barrière professionnel entre eux.

Cela n'empêchait pourtant pas à Ryuki d'embêter son professeur comme le ferait des vieux amis. De plus, il lui semblait qu'ils se connaissaient depuis plusieurs années... Pourtant ils ne s'étaient rencontrés qu'en début d'année. D'un autre coté, ses escapades... épicées, avec ses camarades, Noa et Raytöku, se renouvelèrent assez régulièrement. Ses gamins l'amusaient beaucoup... L'universitaire avait amené plusieurs fois des accessoires, histoire de pimenter un peu plus le tout.

De temps en temps, le professeur Arabaï lui jetait un regard réprobateur... Mais il s'en fichait éperdument... Il vivait sa vie comme il le voulait. D'ailleurs, s'il était jaloux, ou quoique se soit d'autre, il pouvait toujours les rejoindre non? Enfin, cela l'étonnerai beaucoup... Notre cher professeur modèle voulait respecter ce qu'il appelait son sens morale...

Enfin bref... Tout ce petit manège continua pendant un petit moment, mais une chose sortit de cette routine. En effet, la directrice de l'établissement, femmes aux formes voluptueuse, une certaine Marina Obrian, vint annoncé une sorte de voyage à l'ensemble des étudiants. Une fois cette nouvelle proclamé, elle appela plusieurs étudiants pour qu'ils ait un sort spécial. Et Ryuki en faisait parti, ainsi que tous ses petits camarade préféré, et Kyo! La classe... Il se demandait quel serait ce genre de traitement spécial... Des avantages en nature, peut-être...


Pour moi tes désirs ne seront pas un mystère, car je suis la somme de ceux de la terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paradoxe..
avatar
Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 21:56

(Kotaro participe au rp ? on ne m'avait pas prévenus )

Alors que je prenait place dans le bus a coté de Miyabie (pour éviter toute tentation de faire quoique se soit, contrairement a si je m'éttais installer près de ryuki ou raytoku ...)
J'entendis les jumelles allemande se disputer avec une fille mais je ne m'y intéressa pas plus que sa . Puis la directrice se mit a parler du voyage scolaire . Puis elle interpella certain d'entre nous (moi compris pour nous faire descendre du bus et nous parler appart . 

Marina : _ Ayant eu vent du comportement décadents de certain d'entre vous , j'ai décider de séparer les plus tendancieux ... pour le trajet. 
Noa tu sera a coté de monsieur Arabaï (sans doute parce que j'ai avouez avoir été le déclencheur de la petite sauterie de l'autre soir. ) Ryuki tu sera a coté de Miyabi (parce l'homme au cheveux balncs était le moins enclin a toléré les avances du ténébreux a mon avis) raytoku tu iras a coté de Miki . Quand a toi ... Niki tu iras a coté de Rey !

je n'en suis pas sur mais je crois qu'elle a séparé les jumelles parce qu'elles venait de se battre . 
Enfin bref personnellement je n'allais en aucun cas me plaindre de mon voisin de trajet ... bien au contraire ! 

Puis nous remontions dans le bus et gagnèrent les places qui nous fumes assigné . Durant le trajet je ne sus trop se qui se passait car personnelement les long voyage en bus me font dormir . ( sa ou le mal des transport) . Du coup je m'assoupis, a tête posé sur l'épaule du professeur  sans le faire exprès ? peu être pas ....

ensuite nous arrivions enfin a notre destination. Il s'agissait d'un d'un grand camping perdu au millieu de la foret . 'endroit était plaisant


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant . Dim 15 Nov - 22:28

(Comme Kôtaro était plusieurs fois mentionné dans le RP j'ai jugé qu'il fallait le mettre aussi, on ne va pas l'abandonner quand même!  Razz

Le trajet en bus se passait relativement bien pour certains...et pour d'autres beaucoup moins bien! 
L'exemple parfait était entre les jumelles! D'un côté nous avions Antje ravie de son compagnon de route avec qui elle discutait jeux vidéos, et de l'autre Aleit qui menaçait de mort Rey qui prenait un malin plaisir à la taquiner sur tous les sujets sensibles. 

Antje: Ouaaaah! C'est le dernier Final Fantasy?! Il n'est même pas encore sorti en Allemagne! 
Raytöku: Exact! Il vient tout juste d'être mis sur le marché, je l'ai acheté le jour même! 
Antje: J'peux essayer s'teut plaît? 
Raytöku: Si tu n'efface pas ma sauvegarde, avec joie! 

Les deux jeunes continuaient ainsi à parler de stratégies, combos d'attaque et d'autres sujets vidéos-ludiques, du coin de l’œil Aleit enviait le jeune garçon d'être assis à côté d'elle. 
Rey à côté d'elle écoutait du rock dans ses écouteurs, restant dans sa bulle. Mais l'expression de sa voisine l’interpella, elle esquissa un sourire narquois et commençait à reprendre sa langue de vipère. 

Rey: Tu ne t'amuse pas avec moi? 
Aleit: Non. Tu es la fille la plus ennuyeuse et stupide que j'ai jamais rencontré. 
Rey: Que c'est méchant... J'avais pourtant l'impression que tu m'aimais bien, le premier soir par exemple. T'en avais de sacrés couleurs quand tu t'es énervée dans ton coin... 

La blondinette décocha son regard de sa jumelle et arbora un visage perçant, ses yeux se plissèrent alors qu'un rougissement apparent venait se colorer à sa figure. La grande tige pouffa dans sa main. 

Aleit: Je peux savoir ce qui te fait rire le cure-dent? Arrête! 
Rey: Et toi arrête de chauffer le bus où tu vas nous causer un court-circuit...
Aleit *furieuse*: Tu...!! Pourquoi est-ce que tu passe ton temps à me chercher?! 
Rey: C'est toi qui t'énerve sans raisons ma petite! On dirait que je te fais de l'effet... 
Aleit: Le seul effet que tu me donne est celui où j'ai envie de t'ouvrir le ventre... 

Amusée de cette réplique pourtant acerbe, l'islandaise jeta un regard intéressé à son interlocutrice qui était désormais aussi rouge pivoine que sa sœur lorsqu'elle était en présence de Sora. 
Sora... Ce nom d'ailleurs ne lui était pas étranger... Elle avait encore un sentiment... 

Rey: Au fond, c'est peut être ce que tu ressens non? 

En disait cela, elle s'était collée à la blondinette qui la mitraillait des yeux en puissance deux fois plus impressionnante. Elle s'amusait avec ses cheveux qu'elle tournait autour de son doigt et baladait sa main sur l'épaule rosée de la jeune allemande qui ne savait même plus quoi faire et dire. 
Ce fut finalement la directrice qui arrêta le jeu, s'adressant à l'islandaise. 

Marina: Rey, viens avec moi deux minutes j'ai a te parler. 
Aleit: ...? 
Marina *souriante*: Patience ma chère, elle revient bientôt! 

La brunette ne fit aucunes objections, suivant sa supérieure d'un air sérieux, balayant ses précédentes émotions enjôleuses. Désormais seule à sa place, Aleit soupira. 

Aleit: Tu t'en vas bien vite...


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dure Dure la vie d'étudiant .

Revenir en haut Aller en bas
 

Dure Dure la vie d'étudiant .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Timoté Drew Sudyn × dur, dur sans parents.
» Procédure d’annulation et de dissolution
» Le Présidentialisme totalitaire en Haïti à la vie dure.
» 1ère liste dure (d'un joueur mou) pour démarrer les tournois
» [Royaume de Gayô]La dictature ne dure jamais !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. ::  :: Etats Unis :: New york-