Partagez | 
 

 Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série] Dim 24 Jan - 0:13

--Chapitre 1--


-Anastasia-




Monsieur Pandore: Vous ne savez pas encore quel choix vous emprunterez n'est-ce pas?
Ewelein *réveillée*: Euh...Pardon?
Monsieur Pandore: Votre destin, je peux lire dans votre livre que vous ignorez vers qui vous tourner, la lumière où l'ombre?
 
Le bookman en face de moi soupire longuement.
Lorsque le temps est venu, les bookmans doivent décider de quel parti prendre. C'est à la base une race neutre mais leur savoir important ne doit pas rester divergent.
Après avoir feuilleté quelques dernières pages, il me le glisse sur son bureau pour que le reprenne.
 
Monsieur Pandore: Je pense que je n'aurais pas besoin de vous recommander le chemin calme de la clarté n'est-ce pas?
Ewelein: En effet... Je dois décider seule mais j'apprécie votre conseil.
 
D'un signe de tête, mon tuteur approuve ma dernière phrase et se lève de sa chaise, se dirigeant vers la porte qu'il m'ouvrit. Désireuse de partir, je ne me fais pas prier et lui serre la main en guise d'adieu.
 
Monsieur Pandore: Hâtez-vous, le temps peux être clément mais il est rapide.
Ewelein: Je garderais ce précieux conseil.
 
------------------------------------
 
Professeur: Les puits de magie sont en très grand nombre sur Black Rose et sont plus où moins gros où de petites tailles, ils servent de réserves pour les espèces qui ne peuvent utiliser la magie et sont essentiels au fonctionnement de Black Rose, cela dit ils ne sont pas éternels, prenez-les comme des gisements de pétrole.
Elève: Quelles sont les races les plus susceptibles de ressentir ces puits?
Professeur: Ce sont celles qui se rapprochent le plus de la condition animale car leurs sens sont très développés en d'autres cas: les hybrides, les nekos, les kitsunes, les dragons, les loups-garous et toute la faune encore immense de Black Rose. Les empereurs utilisent d'ailleurs souvent leurs apôtres de cette branche-ci pour chercher leurs gisements.
 
Nous sommes à Anastasia, pays des sorciers et mère patrie des nombreuses universités qui forment les jeunes de ce monde ayant refusés de vivre comme des vagabonds pour connaître une existence "normale".
L'académie de l'Arborh en fait partie, et je suis l'une de leurs étudiantes.
Toute l'école est en surchauffe en ce moment car dans une heure aura lieu le traditionnel pèlerinage de Black Rose: les responsables doivent former des groupes de quatre étudiants pour les envoyer aux quatre coins de ce monde pour que chacun trouve leur voie future.
A vrai dire, ce devrait être une opportunité pour moi qui ignore encore mon futur, un simple coup d'oeil dans mon livre serait plus simple mais... J'ai peur de ce que je pourrais lire...
 
Elève: Peut-on se servir librement?
Professeur*faisant la moue*: Si tu en trouve un encore sauvage oui, mais ne touche pas à ceux ayant des propriétaires, il faut te renseigner à chaque fois.
 
Certes rejoindre les rangs lumineux m'assurerait un avenir prospère, sûrement radieux et à l'abris de toutes les nuisances de la vie.
Mais les rangs obscures laissent avant tout la liberté.
Je suis complètement paumée dans cette histoire...
Si grand-mère avait été avec moi, elle m'aurait sûrement conseillée d'être aux côtés de Mathaël.
 
Gorgeous: Hé Ewelein!
Ewelein *s'attendant encore à une remarque lourdingue*:Qu'es-ce que tu veux...?
Gorgeous *faisant un clin d'oeil*: J'espère qu'on sera dans le même groupe! Je suis sûr qu'on pourra bien s'amuser ensemble, seuls, loin des autres...
Ewelein: Ce sont des équipes de quatre, n'y pense même pas.
 
Ce type est à mon grand regret mon voisin de bureau dans les gradins de l'amphithéâtre. Non pas que je sois impatiente avec les autres mais cet incube a autant de lourdeur dans ses actions que le nombre de fois où je l'ai repoussé.
 
Elève: On peux en trouver vraiment partout des puits de magie?
Professeur: Absolument partout! Il y en a peut être même en dessous de nos pieds! Mais ça m'étonnerais car certains de vos camarades animaux l'aurait déjà senti depuis des siècles...
 
J'en ai assez de ce cours qui dure depuis des plombes. D'habitude je prend goût aux études comme beaucoup de ma race mais cette fois c'était différent, la vanité grandissante de l'autre empaffé le stress des élèves permanent qui règne dans la salle pour le pèlerinage me donne envie de grogner.
 
Marshall: Oh, oh, oooooh! On dirait que la miss va exploser! Hé dis donc crétin tu ne voudrais pas qu'il y ait des taches de sang et d'organes dans cette salle? Personnellement ça ferait mon repas mais bon...
Ewelein *furieuse*: Marshall!!
Marshall *souriant de toutes ses dents*: C'est moi.
 
Je n'ai même pas l'envie de faire une répartie, bien qu'il aurait adoré continuer ce petit jeu.
Marshall est un vampire, bon copain de tout le monde, il prend son pied cependant à chercher les noises avec ceux qu'il juge comme "faciles à manipuler".
 
Professeur: Asriel! Dis-moi les précautions à prendre avec la mandragore pour notre prochaine expérience!
Asriel: Ben... C'est une plante non?
Professeur: En effet. Mais encore?
Asriel *se grattant le menton*: Euh... J'sais pas... Faut lui mettre de l'engrais?
 
Plusieurs rires étouffés se font entendre dans les gradins. Notre prof secoua vivement la tête en barrant l'elfe de sa liste.
C'est un garçon curieusement médiocre dans les études pour un elfe mais fais preuve d'un force physique si étonnante que ce doit être la première fois de toute l'histoire d'Anastasia qu'un elfe arrive au peloton des champions de puissance. Par ailleurs il n'est pas méchant, juste assez long à la détente.
 
Professeur: Bravo, on saura quoi dire à tes parents lors de tes funérailles...
Kagura *timidement*: Euh... Monsieur? Moi je crois savoir.
Professeur: Je t'écoute.
Kagura: C'est une plante mortelle qui tue sur-le-champs celui qui la déracinera de la terre par son cri strident, alors il faut que tous ceux aux alentours doivent mettre des bouchons d'oreille...
Professeur: Ta phrase est construite assez bizarrement mais c'est correcte.
 
Et elle avec sa drôle de dégaine, c'est Kagura, une hybride serpent qui se fait régulièrement lyncher, en effet sa peau écailleuse, ses longs cheveux verts, ses yeux effrayants et ses crocs pointus enduits de poison font qu'elle est souvent sujette à des brimades.
 
Professeur: Autre chose à ajouter avant que le cours soit fini? Eweilein peut être?
Eweilein: Non nous avons tout dit.
 

Quand à moi je n'ai pas besoin de faire le point sur mon nom. Je suis une bookman qui ignore le chemin qu'il faut prendre. 
Au loin nous entendons le son si distinct de la cloche qui nous invite à sortir de classe, je suis l'une des premières à m'en aller, ma besace autour du cou je marche d'un pas sûr vers ma chambre à l'internat où je fais le point sur mes affaires avant le rassemblement dans la cour intérieur. 
Le pèlerinage n'est pas quelque chose à prendre à la légère car c'est un véritable voyage contre la mort qui a lieu. Les groupes doivent s'entraider dans l'adversité permanente de ce monde. 
Les maladies, la faim, l'égarement, la solitude, la mort, tous peuvent être sur le chemin que les étudiants vont prendre, aucun professeur ne doivent être vus entrain d'aider les élèves, c'est une épreuve qui détermine le courage et la débrouillardise du jeune avant de sortir définitivement de l'université. Si le bac est synonyme d'avenir professionnel, le pèlerinage l'est tout autant. 
La quête peut se dérouler d'Anastasia jusqu'à Célestia, tout est une question de chance lors du tirage au sort. Mon frère qui a étudié ici précédemment a eu beaucoup de chance car il devait seulement se rendre à Solar.

Arrivée dans mon dortoir, je me hâte de vérifier mon sac car déjà l'heure se pressais, j'entendais les pas rapides des autres dans les couloirs. 

Les provisions, les grimoires et les parchemins magiques se jonchaient les uns aux autres. 
Honnêtement j'avais très peur de cette épreuve alors je prenais le plus de choses qui auraient pu m'être utile. Lorsque mon frère était rentré à la maison il nous avait raconté des histoires qu'il avait vécues absolument terrifiantes, comme l'un de ses camarades qui s'était fait dévoré vivant par un vampire, où sa petite amie qui connu la tuberculose alors qu'elle allait à Fantasia. 
Rien qu'en ayant cela en tête j'avais des frissons...

----------------------------

Professeur: Que ceux qui viennent d'arriver regardent leur classement sur l'estrade! Les autres vous pouvez commencer à partir! Bon voyage à vous et puisse le sort vous être favorable, du nerf! 

T'ain que ça me gonfle cette histoire...
En plus je ne suis même pas sûr d'avoir emmené assez de bouffe avec moi pour ce merdier. 
Il faudra que je fasse le plein en hémoglobine si je croise une nana assez canon. 

Gorgeous: T'ain la poisse...
Marshall: Qu'est-ce qui t'arrive mon vieux? T'as pas l'air assez... satisfait de ton groupe? 
Gorgeous *faisant un rictus*: Tu m'étonne! Y'a pas une seule gonzesse...
Marshall *riant à pleins poumons*: AH! C'est drôlement pas de chance! 

Il me signe de la fermer, dissimulant son rictus: "Allez dégage avant que je te réduise en charpie". Je décide de me traîner à mon tour vers le classement en sifflotant joyeusement, avec une impatience non dissimulée de savoir avec qui j'allais me trouver. 
Mais je m'arrête assez vite face à Asriel qui prenait toute sa place. 

Marshall: Hé mec pousse-toi! 

L'elfe aux muscles d'acier ne me débite pas un mot et se décale de quelques centimètres alors que je cherchais parmi les colonnes mon nom. 

Kagura: Oh non...
Marshall: C'est pas vrai... 
Kagura et Marshall: QU'EST-CE QUE TU FOUS DANS MON GROUPE TOI?! 

Pitié seigneur Dieu que je ne suis pas prêt de prier, pourquoi m'avoir mis avec la pire des chiantes de cette école? Elle n'est même pas jolie cette face de gorgone! 
C'est une vieille haine qui nous unies tous les deux depuis la primaire au moins, on ne se supporte pas et ce n'est pas prêt de changer. 
Silencieusement, l'autre qui ne disait rien depuis tout à l'heure l'ouvre aussi.

Asriel: Je suis là aussi...

Okaaaay... Alors récapitulons, je suis avec un kassos et une une chieuse de première classe, j'ai vraiment le ponpon aujourd'hui, avec la chance que j'ai on est sûrs de partir pour Célestia. 

Ewelein *soupirant*: Je suppose que je n'ai pas besoin de vous saluer à nouveau. 

A trois maintenant nous, nous retournons face à Ewelein qui tirait une tête de déterrée, visiblement pas enchantée non plus de ce choix. 

Marshall: Et ben comme ça au moins on est au complet dans la quatuor d'imbéciles, enfin le trio je veux dire.
Ewelein *jetant un regard noir*: Enfoiré. Crois-moi que sur le chemin je ne te ferais pas de cadeaux.
Kagura: Moi non plus. 
Marshall: Allons bon! Les femmes se montent contre moi également! On aura tout vu! 

Je me tourne vers Asriel qui me jette un regard éteint, me mettant vite le point qu'il ne sera pas de mon côté contre cette mutinerie. 
La bookman lâcha à nouveau un long soupir et passa une main dans sa mèche avant d'aborder un sourire correcte vers ses nouveaux compagnons, dans un élan presque naturel elle nous tendit une main chaleureuse.

Ewelein: Puisque nous allons nous battre ensemble à partir de maintenant, autant refaire les présentation comme il se doit. Je suis enchantée de vous connaître, je suis Ewelein Ultear, bookman. 
Asriel: Asriel Dreemur, elfe. 
Kagura: Ravie aussi... Je suis Kagura Sôma, une hybride serpent. 
Marshall: Un peu débile ton speech mais je joue le jeu, appelez moi Marshall et je suis un vampire. 

Tout de suite les tensions se sont comme... Apaisées? On sentait un air nouveau qui nous unissait à présent, comme si nos précédentes relations avaient été effacées d'un coup de gomme, cette fois nous allions tout reprendre depuis le début et ce n'est pas plus mal remarque. Mais était-ce un changement notable du fait de ce voyage qui allait se présenter sous un angle totalement sombre? 
La brunette d'ailleurs garda son sourire et s'adressa à Asriel. 

Ewelein: Tu étais le premier arrivé non? Tu dois avoir la lettre de notre destination Asriel. 

Toujours sans un mot, il en sortit une de son manteau, toujours cachetée par le sceau de l'académie. Il ne l'avait pas encore ouverte à notre plus grand soulagement. 
Lorsqu'il lu, mon sang se glaça. 

Asriel: Célestia. C'est marqué dessus. 

Non, c'est carrément pas un mythe. J'ai vraiment une malchance de fou. 
De touuuuus les pays de Black Rose il fallait qu'on aille JUSTEMENT dans celui qui est le plus loin bordel! 

Kagura: Et bien au moins on verra du pays...
Marshall: Je suis vraiment un putain de maudit sérieux. 

La bookman haussa les épaules et eu une voie claire et encourageante. 

Ewelein: Et bien mes amis, mettons-nous en route pour ce pèlerinage! Si nous, nous serrons les coudes, je suis certaine que nous arriverons à de grandes choses. 
Kagura: B...Bien sûr!



Ainsi débuta le dangereux et fabuleux voyage d'Ewelein, Marshall, Kagura et Asriel.
Aucun d'entre eux ne partage le même passé, le même destin, la même vision des choses.
Mais tous les quatre apprendront les liens forts que l'homme doit connaître durant sa vie.
L'amitié, l'amour, la haine, le désespoir, la peur...
Suivez leurs prochaines aventures dans ce monde fascinant qu'est...


Black Rose.


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-



Dernière édition par Miki le Mer 3 Fév - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série] Dim 31 Jan - 12:53

--Chapitre 2--


 
-Solar-
 
 

Voilà cinq heures que nous avons quitté l'Arborh et arpentons les routes d'Anastasia moi, Marshall, Kagura et Asriel. Nous ne devons plus être loin de Solar, le pays des vampires.
Bien que le trajet que nous avons parcouru était long, surtout à pieds, nous sommes encore à milles lieux d'arriver à notre destination finale à Célestia. Nous songeons à acheter un véhicule adapté une fois arrivés à la frontière.
Je ferme mon livre en soupirant, le soleil se couche déjà mais il est presque absent derrière les épais nuages noirs visibles au-dessus de Solar à quelques kilomètres, les habitants doivent vivre dans la nuit du jour au lendemain, quelle tristesse...
 
Marshall *s'étirant*: Aaaah j'en ai ras la couenne! J'ai rien bu depuis ce matin et j'suis fatigué!
Ewelein: Toujours en train de te plaindre hein? *soupir* On arrive ne t'en fais pas, on trouvera une auberge et de quoi manger, c'est pas ce qui manque là-bas.
 
Asriel se rapprocha du vampire en sortant une dague de sa botte, lui exhibant la lame propre et brillante sous son nez peu rassuré. Nous commençons à nous habituer à son manque d'expression verbale qui compense tout à fait celle de son interlocuteur suceur de sang qui ne fait que l'ouvrir.
 
Marshall: Que j'aille chasser? Tu rigole? C'est du sang humain que je veux! Pas d'un vulgaire chevreuil!
Ewelein: Lorsqu'on sera à Glacia il faudra bien que tu trouve autre chose, c'est une désert de glace alors tu ferais mieux de t’habituer à autre chose dès maintenant.
 
L'elfe rangea son arme en haussant les épaules.
Kagura quand à elle marchait en tête, assez loin de nous, la tête pensante.
J'ai toujours eu du mal à la cerner, elle est timide certes, mais rien ni personne ne sait d'où elle vient, même la bande qui s'amusait à l'emmerder à l'académie n'avait rien trouvé dans les archives la concernant, tout ce qu'on sait d'elle est sa race d'hybride serpent.
Ne souhaitant pas la laisser à l'écart du groupe je m'avance à ses côtés, voyant son expression surprise.
On entendait Marshall raconter sa vie derrière au pauvre Asriel qui ne lui répondait jamais, évidemment.
 
Ewelein: Tu es fatiguée peut être non? Tu n'as rien dit depuis que l'on a quitté l'Arborh.
Kagura *détournant son regard*: Je...Je peux encore marcher, ce n'est pas un problème pour moi.
Ewelein: Très bien...
 
Un silence prenait place entre nous, enfin pas tout à fait, l'autre était toujours à l'arrière, il faisait un bruit de fond et même dans la plaine où nous marchions sur les graviers du chemin.
 
Kagura: Et toi?
Ewelein: Hum? Oh je commence à avoir la dalle en effet.
 
Confirmant mes dires, un vieux bruit de gargouillis bien immonde sortit de mon ventre, ce qui n'échappa pas à la commère de la bande qui s'arrêta illico pour éclater de rire.
La couleuvre se laissa prendre au jeu et dissimula derrière sa manche de poncho un rire discret.
Mais notre bonne humeur est vite écourtée car déjà le brouillard d'encre du pays des vampires nous enveloppaient un à un, nous toussions avec difficulté tandis que se formaient autour de nous dans la brume des silhouettes aux tons menaçants.
 
???: Qui va là étrangers? Que venez-vous faire à Solar?
Ewelein: Kof, kof... Nous sommes des étudiants pèlerins d'Anastasia, nous devons passer par chez vous pour continuer notre voyage.
???: Des pèlerins hein? Nous devons vérifier quelques trucs avant...
 
Dès que l'homme se tut, les silhouettes s'estompèrent mais une curieuse sensation nous venait sur la peau.
L'impression désagréable de se faire fouiller...
Asriel fut le premier à réagir dans son silence, attrapant une main invisible derrière lui pour le plaquer au sol avec sa force de titan. Aussitôt le sortilège se stoppa et nous voyions un vampire à l'allure misérable qui gémissait de douleur sur le gravier. Près de nous d'autres de son espèce tout aussi maigres étaient pris en flagrant délit, en train de chercher des objets de valeur sur nous.
 
Vampire: OuAiiiiiieuh!! Mais arrête t'ain tu fais mal!!
Marshall: Couché Asriel, ils sont pas méchants ils voulaient juste nous voler des trucs.
Kagura: Je les aient pris pour des gardes-frontières...
 
Le blondinet relâcha sous la demande de son ami, le garçon à l'allure maigrelette recula de plusieurs mètres avec ses compagnons et abhorra d'un regard de chien de faïence avec chacun de nous.
 
Vampire: On fait à moitié les gardes-frontières ouais... On vérifiait aussi que vous ne portiez pas d'objets dédiés à l'exorcisme où d'autres conneries qu'utiliseraient les chiens de Mathaël pour se débarrasser des vampires à Solar...
 
Nous comprîmes vite qu'il se méfiait surtout d'Asriel et de moi qui appartenons à des espèces sois-disant "pures" servants à combattre aux côtés de l'empereur du bien.
 
Marshall: Sans blagues! Et c'était une raison pour me fouiller aussi peut être?
Vampire *méfiant*: Tous se laissent corrompre, même les vampires...
 
Un autre silence, bien plus gênant meubla la plaine devenue noire de suie.
Notre vampire personnel soupira, levant les yeux au ciel.
 
Marshall: Allez rendez-vous un peu utiles pour commencer. Indiquez-nous l'auberge la plus proche.
Vampire *pouffant*: Tss... Et qu'est-ce qu'on y gagne?
Marshall: Un bon repas payé de notre poche?
Vampire: Ok les gars suivez-nous.
 
Les petits maigrichons se levèrent droits comme des piquets, marchants au pas de course, motivés par l'appel de la nourriture où plutôt du sang que leur a proposé le brun.
Je murmure à son oreille pointue.
 
Ewelein: J'ignorais que tu avais des qualités de marchandeur...
Marshall: Ah! Qu'est-ce que tu crois? Je connais ces petits gars, j'en était moi-même un quand j'avais leur âge, mendiant dans les ruelles de Solar...
 
Je m'arrête un instant alors que celui-ci accéléra sa course, allant vers ses nouveaux petits amis avec qui il avait sympathisé. De dos je le voyais les taquiner avec son sourire ravageur, un sourire malicieux préparateur d'emmerdes, mais aussi redoutable avec les filles de l'académie.
Je l'avais toujours pris pour un type qui ne pensait qu'à sa pomme et à accumuler les conquête, ce qui est vrai dans un sens. Mais cette petite phrase qu'il venait de me dire, cette confession qu'il m'a faite en l'espace de quelques secondes a ruiné en moi sa réputation de plusieurs années à l'Arborh...
Comme quoi l'expression "ne pas se fier aux apparences" est criante de vérités. Et les autres ont-ils autre chose dans leur coeur comme lui? Asriel qui ne parle quasiment pas et Kagura qui ne donne jamais d'infos sur elle-même.
Mon coeur se resserrait sur lui-même.
 
------------------------------
 
Vampire: Voilà, on peux manger et dormir ici.
Marshall: C'est pas mal pour une nuit! Merci gamin!
Vampire: Tu vas remplir ta part du marché j'espère.
Marshall *levant ses mains en l'air*: Je n'ai qu'une parole quand ça concerne la survie.
 
Nous avions suivi les enfants vampires depuis la frontière, ils nous ont rapidement emmené à la ville puis à une auberge. Pressés d'en finir, ils nous conduisîmes vite à l'étage de restauration.
Une fois installés, nous laissions échapper un soupir de fatigue, nous pouvions enfin nous reposer, nos pieds étaient engourdis par cette randonnée.
Nous pouvions limite dormir sur nos chaises mais l'aubergiste nous interrompit.
 
Aubergiste: Ah non! Pas de ces garnements dans mes cuisines!
Vampire: Désolé le vieux mais cette fois on se fait payer!
Marshall: On les tiens à l'oeil vous en faites pas.
 
Le vieux vampire fit claquer sa langue et préféra plutôt s'adresser à nous que ceux de son espèce.
 
Aubergiste: Qu'est-ce qui vous ferait plaisir?
Ewelein: Je vais vous prendre une salade complète avec un supplément de viande.
Aubergiste: Je vous met le coulis de sang qui va avec?
Ewelein *dégoûtée*: Non merci...
 
Il se tourna ensuite vers la couleuvre et l'elfe qui pointa du doigt le menu du jour sur l'ardoise d'en face.
 
Aubergiste: Le cerf aux champignons, et pour la demoiselle?
Kagura: Euh... J...Je ne vais rien prendre merci!
Aubergiste: Vous êtes sûre? Vous n'avez pas l'air d'être du coin, vous avez sûrement fait de la route!
Kagura: Oui, oui! Mais franchement je n'ai pas faim!
Marshall: Et pour nous, vous nous servez trois bouteilles de sang frais avec de la viande!!
 
L'homme haussa les épaules et reparti en cuisines.
Inquiète quand à moi, je m'entretiens à nouveau avec l'hybride.
 
Ewelein: Il a raison, nous avons du chemin tu dois vraiment être affamée non?
Kagura *balbutiant*: Je mangerais plus tard! Là tout de suite je n'en ai pas envie!
 
Elle fait peut être un régime, pourtant elle est très bien comme elle est.
Encore un truc de fille de que je ne peux pourtant comprendre à mon avis.
J'en profite pour engager la conversation entre nous trois tandis que Marshall reste du côté des enfants.
 
Ewelein: Alors, qu'est-ce vous attendez le plus lors de notre voyage? Revoir vos familles? Découvrir de nouvelles choses et de nouveaux lieux? Rencontrer des personnes intéressantes?
Kagura: Personnellement je n'ai pas d'envies particulières, mais la simple optique de partir à l'aventure me rend déjà très heureuse!
 
Un nouveau sourire si inconnu sur son visage refit surface. Elle est vraiment très belle quand elle sourit, c'est vraiment dommage qu'elle ne le fasse pas plus souvent, je suis sûre que si en plus de cela on arrange ses cheveux en bataille et nous la maquillons elle aura quelques soupirants à l'Arborh.
L'elfe qui ne disait rien jusque là se confessa un peu, alors que ses yeux bleus se noyait dans son verre dont il s'amusait à faire tourner.
 
Asriel: Je veux revoir ma sœur, à Gakui.
Ewelein: Moi aussi il faudra que je passe voir mes parents et mon frère à Siloure...
 
Une nostalgie s'empara de moi, cela faisait un moment que je n'étais pas rentré à la maison depuis mon arrivée à l'Arborh, combien d'années ça me fait maintenant? J'ai quitté le bercail à dix ans je crois... Et aujourd'hui j'en ai vingt-six, ouais seize ans ça commence à faire long.
Soudain je me rend compte de quelque chose qui m'a échappé à l'instant.
 
Ewelein: Asriel? Je ne rêve pas tu viens de parler?
Asriel: ...
Ewelein: Ah je t'ai coupé excuse moi, tu dois être un peu vexé...
 
Il ne me répondit pas, préférant plutôt laisser son regard vers les cuisines, guettant l'arrivée des plats qu'il commença à juger long d'après son froncement de sourcils.
Bien que ce soit un elfe, qui sont des symboles de la grâce, la beauté et la sensibilité, il semble être une exception à la règle par son attitude froide et ses instincts de chasseur, il me fait penser à un gros nounours.
Sans que je m'en rende compte, je me suis mise à pouffer comme une enfant, l'imaginant déguisé en mascotte ourson qui joue avec les enfants lors des fêtes.
Mais voilà l'aubergiste qui arrive, les bras pleins. Voyant la viande et les bouteilles arriver, le clan de vampires à table hurlaient comme des bêtes.
 
Vampires: MANGEEEEEEEEER!!!
 
-----------------------------------------
 
 
Nous avions fait littéralement une razzia sur les plats, surtout les enfants qui n'ont pas du manger depuis un moment à voir leur figures blafardes. Remerciant un bon milliers de fois leur "maître", ils étaient repartis comme ils étaient venus, nous laissant seuls et crevés.
L'aubergiste se frottait les mains sur son tablier puis regarda dans son tableau de clefs des chambres encore libres.
 
Aubergiste: Une chance que vous étiez avec eux sinon je les auraient chassés à coups de casserole.
Ewelein: Ils vous volent de la nourriture?
Aubergiste: Et pas qu'à moi! Les autres commerçants de Solar font bien attention à ces petits loubards, vous savez c'est un pays pauvre malgré les apparences... Il n'y a que quelques nobles à la capitale qui servent le roi Dracula et c'est tout.
Marshall: Tu m'étonne! Ils n'en ont rien à cirer de la misère à leurs pieds...
 
Le vieux vampire se tut, jetant un regard interrogateur au dernier qui venait de prendre la parole. Mais il comprit assez vite qu'il devait être par le passé un gamin comme eux auparavant, pour relâcher les tensions il laisse échapper de ses lèvres:
 
Aubergiste: ...Ils ne sont pas méchants ces gosses, il n'ont pas eu de chance c'est tout. *toussant dans son poing* Enfin bref! Je vous donne des chambres individuelles où vous marchez à la polygamie?
Marshall: Mettez-moi avec les deux gonzesses, et si vous connaissez quelques bordels pas chers dans le coin écrivez l'adresse pour moi.
Ewelein et Kagura: NON!!
 
Nous lui assénons de deux puissants kick dans le cou, abattu, il se tourna vers Asriel qui lui fit comprendre de façon très explicite qu'il serait plus violent s'il renouvelait son offre. Avec sa dague.
Nous optons finalement pour des chambres individuelles, nous, nous tournions chacun de notre côté après avoir échangé nos vœux de bonne nuit.
L'auberge ne payait pas de mine, nous le savions de l'extérieur et au niveau des plats qui furent relativement simples, mais la chambre dégageait une atmosphère relaxante dans cette déco entièrement faite de bois, un feu de cheminée discret crépitait et les draps étaient bien rembourrés.
Sûrement était-ce aussi la fatigue qui me poussait à m'écrouler sur le lit, mais d'abord un bon bain s'imposait par cette présence désagréable de transpiration...
 
Je m'étais endormie un moment, le visage à moitié plongé dans l'eau, songeant à ce voyage, mais surtout aux derniers mots de monsieur Pandore à l'Arborh.
"Choisir ma voie", cette prise de conscience fit ouvrir mes yeux sur le plafond en carrelage de cette petite salle de bains. Le bien où le mal? Je pense très sincèrement à rejoindre les rangs de la lumière, le chemin de l'obscurité n'est pas fait pour moi...
Mais ma réflexion s'arrêta là, dehors j'entendais des rires très forts, non pas que je n'aime pas la joie et la bonne humeur mais j'allais bientôt me coucher...
J'enfilait une robe de chambre à la hâte et me pencha à ma fenêtre, découvrant, surprise Marshall en train de jouer au ballon avec les gamins de tout à l'heure. Il me remarqua, bloquant le ballon sous son pied.
 
Marshall *ironique*: Et ben alors? On ne dors pas encore à cette heure-ci?
Ewelein *esquissant un sourire*: Je peux en dire autant à ton sujet.
 
Il laissa son sourire taquin en pouffant, les gamins quand à eux commençaient à bailler et reprirent leur vieux ballon.
 
Vampire: A demain maître Murdoc! Au revoir mademoiselle!
 
Cette fois ils étaient partis pour de bon, courant dans les ruelles. Je restais à ma fenêtre, sentant le vent frais du soir sur ma nuque nue, mon interlocuteur ne frissonna même pas, gardant son regard au loin dans la direction où s'étaient enfuis les enfants. Je décide de briser la glace.
 
Ewelein: Alors? Comment ça se fait que toi, jeune enfant vampire des bas-fonds de Solar comme eux à fini à l'Arborh avec une réputation de comte?
Marshall: Oh pitié, ne me fait pas croire que tu y a cru à ce mensonge?
Ewelein: Un bon paquet de tes admiratrices seraient bien déçues de la vérité...
 
A nouveau, il en rigola, ses yeux couleur rubis vissés au sol. Il s'assied sur une poubelle, s'adossant contre le mur d'un immeuble.
 
Marshall: Comme la plupart des vampires à Solar, nous étions chassés moi et mes parents par les exorcistes de Mathaël qui rôdaient autour du pays, ils faisaient gaffe à ne pas se faire prendre par Dracula. Un jour, ces chiens ont réussi à buter mon père alors ma mère a travaillé dur pour m'élever dans la pauvreté, mais ça n'a pas suffit, ils l'on attrapé aussi quelques années plus tard, j'étais le dernier de la famille. Je devais avoir leur âge, dans ces ruelles sombres et puantes à chercher de quoi manger et boire. C'est la découverte de l'Arborh qui m'a sauvé, je n'avais pas d'argent et je n'étais jamais allé à l'école mais j'ai marché durant des jours pour atteindre Anastasia, le directeur a tellement été ému qu'il m'a permit d'y entrer sans soucis, j'en dois une à monsieur Pandore pour m'avoir permis de vivre encore aujourd'hui...
 
Il se tut. Je me sentais bien conne a toujours avoir eu une opinion aussi dégueulasse de lui auparavant.
Je l'ai toujours pris pour un lady's man qui passait son temps à embêter son monde, mais je n'ai jamais remarqué le travailleur acharné qu'il était, oh oui...
Je me rappelle au début lorsqu'il venait d'être inscrit, c'était un nouvel élève parmi tant d'autres mais il faisait beaucoup de peine à voir, maigrichon avec les cheveux noirs qui lui tombaient dans les yeux. Il était loin de l'image du bad boy qu'il entretient aujourd'hui, c'était un petit squelette qui ne parlait à personne et qui passait son temps derrière les livres à apprendre à lire et à écrire tandis que les autres élèves connaissaient déjà leurs formules magiques par coeur et pouvaient invoquer divers familiers.
Petite, je me souvenais l'avoir vu à plusieurs reprises à la bibliothèque de l'école, endormi sur ses notes après avoir étudié toute la nuit.
Il remarqua mon expression attristée, balançant sa mèche en arrière tout en continuant d'abhorrer son sourire en coin.
 
Marshall: Mais qu'est-ce qu'on s'en fout maintenant? Mes parents m'ont interdit de mourir avant d'avoir accompli mes rêves, respecter la parole des morts c'est sacré alors je ne vais pas rester à me morfondre sur le passé et courir vers le futur!
Ewelein: Oui...
 
Il se leva puis fit un bond énorme, atterrissant à ma fenêtre dans je m'étais reculé, surprise. Les mains dans les poches, il resta accroupi.
 
Marshall: J'ai paumé ma clef, je peux passer par ta porte communicante? Je suis fatigué maintenant...
Ewelein *ouvrant la porte*: Allez file!
 
D'un pas lent, il passa et m'adressa une dernière parole avant d'aller dormir.
D'un sourire non malicieux cette fois, c'était un sourire apaisé qu'il me fit.
 
Marshall: Merci de m'avoir écouté.
 
----------------------------------
 [Musique d'ambiance pour ceux qui veulent l'activer!]


 


Marshall: Non... Pou...Pourquoi?! 
 
Ce matin nous, nous étions levés, déterminés à repartir de Solar pour nous rendre à Méphisto.
Mais une terrible découverte nous avait réveillé d'un seul coup, Marshall le premier...
A genoux, en pleurs, l'aubergiste tenait dans ses bras les restes de cadavres des enfants d'hier.
Le pauvre homme les serrait contre lui, ces morceaux de corps qui se sont fait déchiqueter par-je-ne-sais-quoi durant cette nuit... 
 
Ewelein *effrayée*: Mon dieu...
 
Kagura était tout aussi abasourdie devant le choc. Les membres avaient été grossièrement dévorés, ils étaient si mutilés qu'on ne reconnaissait même plus leurs visages, la créature qui s'en est pris à eux ne les a même pas croqué en entier, juste, ils les as laissé ainsi en les tuant de plusieurs hémorragies.
 
Aubergiste *en pleurs*: Je les aient trouvé ce matin derrière... A quelques rues plus loin...
Ewelein: Ce n'était que des enfants...
 
Derrière, Marshall serrait les poings et les canines, furieux après ce massacre.
Dire qu'il jouait avec eux il y a quelques heures, dans ces mêmes ruelles.
Asriel se pencha pour inspecter les corps, sniffant leur odeur et celle du sang, il fronça les sourcils face à son incompréhension.
 
Asriel: Ce n'est pas une bête, ni l'odeur et la méthode de tuerie des autres races, c'est l'oeuvre d'une créature inconnue...
Kagura: Et ce truc rôde à Solar...?
Ewelein: Nous ferions mieux de partir et vite. Monsieur je suis désolée...
 
L'aubergiste leva les yeux du petit qu'il tenait vers mes pupilles orangées, la figure emplie de désespoir le plus total. Ces enfants étaient pour lui des amis, il s'était attaché à eux depuis les années, il les a vu naître et grandir, tout cela pour finir tués comme des gibiers par un monstre d'on on ne connaît même pas la race.
Marshall qui tentait de cacher ses quelques larmes sous sa mèches s'accroupi devant le vieux vampire, posant sa main sur son épaule, il releva la tête vers lui, fixant ses yeux couleur de sang les siennes.
 
Marshall: Nous devons partir... Mais je vous promet, je vous le jure...! Que si nous croisons cette saloperie à nouveau... Je la BUTERAI!! Je vous le jure!!

Aubergiste: Fais ce que bon te semble mon petit...

Un silence s'écoula, Asriel ramassa les bagages sans un bruit pour ne pas brusquer l'ambiance. 

Aubergiste: ...Je vais les porter à la morgue. 

L'homme se leva, tenant les trois cadavres, d'un pas lourd il quitta son auberge sans un bruit alors que nous restions à la salle de réception, silencieux. 
Asriel passa une main sur le crâne de Marshall, lui faisant comprendre qu'il en était désolé et que malheureusement ce genre de chose arrivait quotidiennement à Black Rose. 

Asriel: Nous devons partir à Méphisto. 
Marshall *essuyant ses larmes*: Ouais... 

Nous n'avions pas eu le temps de trouver un véhicule, ce sera encore un trajet à pieds jusqu'au pays des succubes et incubes... 
Le ciel si sombre de Solar accompagnaient nos cœurs ce matin. Nous avions un arrière goût de ce voyage alors que nous venions à peine de passer le premier pays de notre chemin jusqu'à Célestia. 
Oui, le pèlerinage est à prendre au sérieux, nous pouvons y laisser nos vies.
Où voir celle des autres partir en premier...



Quittant le dangereux et maudit pays de Solar, nos quatre protagonistes se dirigent vers Méphisto, terre de mirages habité par les démons de la nuit, succubes et incubes...
C'est au cours de cette première traversée qu'ils se rendirent compte qu'il ne s'agissait pas que d'une simple quête à travers Black Rose. 
C'était un parcours contre la montre en Enfer et au Paradis, ils étaient des vagabonds cherchant à survivre dans leurs malheurs....


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série] Dim 7 Fév - 17:47

--Chapitre 3--
 
 
-Méphisto-
 
 
 
Marshall *méfiant*: J'ai déjà envie de me barrer d'ici...
Ewelein: Parle moins fort idiot, ne reste pas à les observer ainsi...
 
Nous y voilà.
Méphisto, pays des incubes et succubes. Nous étions au taquet, méfiants face à ces nombreux visages souriants, trop souriants même...
Ces types sont des démons de la luxure, approchant leurs proies par de viles paroles. A plusieurs reprises l'Arborh connu des problèmes par certains de ses étudiants qui étaient de cette race.
A chaque rues que nous parcourions en ville, nous avions la vision effrayante de chaque visage qui se tourne en notre direction par leurs immenses sourires. Kagura frissonna, peu rassurée, elle rajusta son châle devant sa poitrine tout en gardant ses yeux alertes.
 
Kagura: Ils me font peur... On dirait qu'ils vont nous sauter dessus en meute au premier moment.
Marshall: T'inquiète ça risque pas avec toi, vu ta tête de gorgone.
 
La couleuvre était de nouveau partie pour une dispute avec notre vampire, mais je riait à cette remarque. Elle était certainement vexante mais je savais qu'il lui avait lancé cette boutade pour ne pas qu'elle continue à sa sentir effrayée. Il préférait la voir en colère plutôt que craintive, et je le comprend.
Asriel quand à lui, ne quittait pas sa dague de la main et plissait les yeux de méfiance vers ces passants aux regards lubriques. Lui aussi était prêt à dégainer à la moindre attaque.
 
Passant: Bien le bonjour jeunes gens, vous devez être fatigués par votre voyage, je vous offre mon hospitalité si vous le consentez...
Marshall: Dégage de là tocard.
 
Marshall ne disait rien, contrairement aux habitudes, lui aussi était préoccupé par cette foule.
 
Ewelein: Tiens, ça m'étonne que tu ne te laisse pas embarquer par de belles succubes.
Marshall *arquant un sourcil*: Tu me crois prévisible à ce point?
Kagura: Absolument.
Marshall: Oh toi je t'ai rien demandé Sévipère!
 
Nouvelle dispute à nouveau. Je commence vraiment à me dire que monsieur Pandore a fait exprès de les mettre dans le même groupe rien que pour le plaisir de voir ces spectacles.
La couleuvre jeta de nouveaux regards inquiets autour d'elle, resserra encore plus son châle de ses petites mains écailleuses, se colla encore plus à nous.
M'approchant doucement d'elle, je lui prend finalement la main sous ses yeux jaunes surpris, je lui offre un sourire chaleureux.
 
Ewelein: Nous sommes là.
 
Doucement, elle reprit sa quiétude et baissa les yeux, timide mais néanmoins heureuse de cette attention que je lui porte. J'avais l'air d'une grande sœur qui rassurait sa benjamine.
Cette sensation ne m'est pas arrivé depuis longtemps, depuis que je suis partie de la maison. Mais je me souviendrais toujours de la main tout aussi chaude de mon frère...
Sans que je m'en rende compte, Marshall nous observait à la fois curieux et malicieux, nous fixant de haut en bas. Je m'attend à une réflexion idiote.
 
Marshall: Je ne savais pas que c'était officiel entre vous deux...
Ewelein *soupirant*: Abruti. Tu n'a jamais su ce qu'étais de la "fraternité"?
Marshall: J'en sais rien j'ai toujours été fils unique moi.
Ewelein: Abruti...
 
L'elfe décocha pour une fois ses yeux des incubes pour les poster vers nous. De sa voix si absente en temps normale, il nous prévient.
 
Asriel: Par ici.
 
Et sans que nous ne lui répondions un mot, il nous entraîna à trois à la ruelle de droite avec précipitation. Je m'apprêtais à lui demander la raison de ceci mais je découvrit à l'arrière un groupe de succubes et incubes qui allaient de bon train vers notre direction, gardant leurs sourires de joker.
 
Ewelein: Et merde... On est suivis...
Kagura: Non c'est pas vrai?! On va se faire violer pas vrai?
Marshall *méfiant*: Alors ça, ça ne risque pas de se faire, c'est moi le dominant pas l'inverse...
 
L'elfe mis un point à notre courte conversation, s'engageant à nouveau dans une ruelle, il posa sa main sur sa grosse épée/hache et fit volte-face à ses adversaires qui ne s'attendaient pas au début à ce que nous allions nous enfuir.
Les démons échangèrent un regard commun, ils s'élancèrent sur le blondinet qui les repoussa comme des fétus de paille avec son arme, même pas encore sortie du fourreau.
 
Asriel: Qu'est-ce que vous attendez?
 
Sans en attendre plus, nous, nous levons prêts à en découdre.
J'ouvre mon livre, libérant ma magie, il flotte en face de moi et mes mains sont chargées en sortilèges. Tous mes pouvoirs sont tirés de mon ouvrage du coeur, comme la plupart des bookmans, cet organe est vraiment vital pour nous.
Aussitôt l'incube qui était en face de moi se détruisit, il tire sa magie de l'ombre, à tous moments il pouvait me tomber dessus simplemenà tous moments il pouvait me tomber dessus simplement en se cachant dans le crépuscule du lieu.
Comme je l'avais prévu, il sortit de ma propre ombre derrière moi, fondant sur moi toutes griffes sorties. Rapidement, j'invoque de mon livre un sort de foudre le mettant aussitôt au tapis loin derrière.
 
Marshall: Ouah je suis impressionné l'intello!
Ewelein *fière*: Ils utilisent des sorts obscurs, la foudre provient de la lumière alors c'est très efficace!
Marshall: Ouais c'est ce que j'ai dit, t'as bien révisé tes cours...
 
Un autre s'accrocha au vampire qui stoppa sa courte conversation avec moi pour flanquer un coup de coude assez brutal dans les côtes de son adversaire.
Avec Asriel qui les repoussait tous un par un avec une facilité déconcertante, nous, nous en sortions relativement bien. Je profitais d'un instant de liberté pour jeter un coup d’œil vers Kagura.
L'hybride semblait vraiment perdue et tremblait dans son coin devant les démons qui se léchaient les babines, pensant avoir affaire à une petite brebis fragile dans ce groupe.
Mal m'y est pris, d'un simple sifflement de langue fourchue, elle se recroquevilla de peur alors que ses cheveux s'étaient changés en vipères s'allongeant vers les incubes, menaçantes et sifflantes.
Abattus, ils décidèrent d'abandonner pour aujourd'hui et se retirèrent dans leurs ombres, honteux.
 
Kagura: Ils... Ils sont partis?
Ewelein: On dirait, mais pour combien de temps? Ces types-là ne reculent pas si facilement.
 
La couleuvre soupira doucement de soulagement, une main posée sur sa poitrine tandis que ses serpents se calmèrent et se transformèrent de nouveau en mèches de cheveu.
 
Marshall: Il m'a pas raté l'autre, cet enfoiré m'a mordu et c'est moi qui mord les autres bordel!
Ewelein: Les morsures de succubes sont tout aussi néfastes que celles des vampires, elles empoisonnent le sang de la victime et la fait rentrer dans un état végétatif qui le fait souffrir de longues heures...
Marshall: Je vais crever?!
Ewelein: Crétin, tu es un vampire, tu maîtrise la guérison automatique non?
Marshall: Ah ouais...
 
Je soupirais épuisée tandis que celui-ci attendait patiemment que sa peau et ses muscles se reforment. Asriel leva les yeux au ciel, les plissant doucement il se mit de nouveau en garde face à une ombre d'homme suspendue en haut du bâtiment. Une autre attaque? Non, celui-ci nous observait sans un geste gardant juste un sourire taquin sur ses lèvres. Il se mit accroupi et nous adressa la parole.
 
???: Baisse ton épée blondinet, je suis peut-être de la même race que ces pleutres mais je choisi mes esclaves sexuels avec soin...
Asriel: Que voulez-vous?
???: Moi? Oh rien de spécial je suis juste de passage dans mon pays d'origine, par contre je pense que vous avez du souci à vous faire.
Ewelein: Que voulez-vous dire?
 
L'incube prit son élan et atterri au sol en face de nous. C'était un homme aux longs cheveux noirs et aux muscles alléchants, habillé de manière assez provocante et décoré de piercings sur la figure, il était d'ailleurs aussi beau qu'une peinture mais sa race nous laissais méfiants.
D'un air détaché et joueur, il nous reluqua chacun d'entre nous de la tête aux pieds.
 
???: Je veux dire par là que vous feriez mieux de quitter Méphisto au plus vite, les rumeurs se propagent rapidement ici, en quelques heures tout le monde sera au courant qu'un groupe d'étrangers est ici. 
Ewelein: On ne comptait pas s'éterniser, mais nous vous remercions de votre mise en garde.
???: Ce fut un plaisir...
 
Aussitôt le grand brun se pencha pour me prendre la main, déposant un baiser sous les yeux des autres qui tiraient une tête de six pieds de long. L'incube s'en amusa, admirant leurs figures alors que je restais tétanisée. Faisant une élégante courbette aux autres, il disparut dans sa propre obscurité.
 
???: Prenez garde aux ombres de Méphisto...
 
De nouveau, nous étions seuls et ayant le souffle coupé.
 
Ewelein: ...
Asriel: ...
Kagura: ...
Marshall: ...C'était qui ce mec?
 
-------------------------------
 
???: C'est nouveau que tu vienne en aide à des étrangers, tu comptes les garder pour ce soir?
??? *souriant de toutes ces dents*: Comment peux-tu être autant sur la défensive? J'ai bien le droit de jouer au gentil non?
 
Une femme magnifique aux longs cheveux blancs, contrastant avec ceux couleur ébène de l'incube croisa les bras de mécontentement. Du haut des bâtiments, ils surveillaient le groupe.
 
???: Ryuki, Gabriel nous as donné une mission alors tâche de ne pas t'amuser à droite et à gauche.
Ryuki: Absolument ma belle Mahodja! Nous devrions continuer d'ailleurs.
Mahodja: Travailler avec toi peux vraiment être éprouvant...
 
---------------------------------
 
 
Marshall: Vous êtes sérieux là?! Pour deux-cent pièces d'or vous ne voulez pas me céder votre rafiot?
Vendeur: Non je ne bougerais pas mon prix, c'est deux-cent trente-deux où rien.
Marshall: Pour quelques pièces de différence vous pouvez bien faire un effort! Personne ne vient acheter chez vous de toute manière qu'est-ce que vous avez à perdre?!
 
Après notre petite altercation, nous avions profité de notre arrivée dans le quartier commerçant de la citadelle pour acheter un véhicule histoire de ne plus continuer le voyage à pieds et se faire des ampoules à tous les kilomètres. Coup de bol un magasin se présentait à nous, hélas les compétences de marchandeur de notre vampire national ne semblaient pas faire des ravages auprès du vendeur malgré toutes nos économies d'étudiants que nous avions mis en commun pour cet achat.
En dehors de la boutique, Asriel, Kagura et moi attendions, fatigués et agacés.
 
Kagura: Vous croyez qu'il en a encore pour longtemps?
Ewelein: Il commence à menacer le vendeur, on risque de carrément se faire embarquer par les autorités...
Kagura *avalant sa salive*: Oh...
 
Le soir se fait sentir, la couleuvre tressaille doucement sous son maigre châle, je sort de ma sacoche un paquet de cigarette en lui en tendant une.
 
Kagura: Oulà non merci! Je ne fume pas.
Ewelein: Comme tu voudras, Asriel tu en veux une?
 
L'elfe qui était concentré sur les visages souriants des passants tourna la tête vers mon offre et la prit sans un mot, l'allumant avec son propre briquet.
 
Asriel: Merci.
 
Je lui sourit en réponse puis allume la mienne par la suite. Nous avons juste le temps de quelques secondes que nous entendions le pas énervé de Marshall qui se dirigeait vers la sortie, ouvrant la porte violemment, ses pupilles rubis se posèrent sur mon paquet et en prit une sur le coup.
 
Marshall *parlant, la clope entre ses lèvres*: Quel pays de radins, on est pas prêts de décoller d'ici sans un truc avec des roues c'est moi qui vous le dis!
Ewelein: Dis pas merci surtout pour ma clope...
 
Le brun me tira la langue en guise de réponse et alluma la sienne, après quelques expirations il se calma.
 
Ewelein: Au pire ce n'est pas le plus urgent pour le moment, nous prendrons le train pour Opale.
Marshall: Opale?
Ewelein: Lorsque nous quitterons Méphisto nous auront terminé le continent de Rubis, la prochaine étape c'est celui d'Opale où nous arriverons directement à Opaline.
Marshall: Nous avons déjà fait un peu de chemin depuis Anastasia...
 
Nous ne disions rien de plus, Kagura qui était la seule à ne pas avoir de cigarette entre les doigts laissa sa curiosité prendre le dessus et de manière surprenante ce fut Asriel qui lui répondit.
 
Kagura: Dites, Rubis c'est le continent le plus dangereux non? Et on viens de le passer alors doit-on encore craindre les autres pays?
Asriel: Partout à Black Rose règne le danger Kagura, Cristal est peut être le plus sûr mais il ne faut pas oublier les autres contrées. Parta où règnent les maras, Mila terre des loups-garous, Sasori la forteresse de ténèbres, Glacia le désert gelé, Mistila la jungle mortelle, Hearté habité par les anges déchus mais surtout...
 
L'elfe eut un temps d'arrêt très significatif, intrigués nous tournions la tête en sa direction, la sienne nous évitait.
 
Asriel: Finalo, contrée des dragons où a lieu en ce moment la guerre entre eux et les sorciers...
Marshall: Mais ça doit faire des décennies qu'elle est là! Forcément qu'elle est finie la guerre! Et puis le vieux Pandore nous aurait jamais envoyé dans un pays en guerre!
Ewelein: Oh ça il ne vaux mieux pas trop compter sur lui Marshall! Si Monsieur Pandore estime que nous sommes capable de traverser une guerre alors il nous enverra au front.
 
Un débat avait lieu entre nous trois, la verte qui voulait juste une information était bien embêtée dans son coin d'avoir causé ce déluge de conversations.
Timidement elle prit le risque de se faire entendre.
 
Kagura: Euh... C'est quoi cette guerre?
 
Estomaqués de voir que l'hybride ignorait ce sujet, nous, nous taisons sur le coup.
 
Ewelein: Kagura...
Kagura *embarrassée*: J...Je suis désolé c'était idiot! Faites comme si je n'avais rien dis...
Ewelein *soupirant*: C'était une bataille énorme confrontant les dragons avec les sorciers, elle fut si meurtrière qu'on raconte même que l'empereur Gabriel s'y est mêlé pour prêter main forte aux sorciers et ça a plutôt bien marché car aujourd'hui les dragons ont pratiquement tous été exterminés...
Kagura *effrayée*: Les dragons sont tous morts?!
Ewelein: Il doit y avoir des survivants, j'en suis sûre mais autrefois ils étaient tout aussi nombreux que les autres races, aujourd'hui on n'en entend plus parler.
 
Un grand silence se fit place entre nous.
Pour la seconde fois nous, nous rendions compte à nouveau de la dangerosité du pèlerinage, d'abord le mystérieux meurtre de ces enfants vampires puis la découverte des autres pays encore plus dangereux. Je jette ma clope au sol et l'écrase sous ma botte, je prend un grande inspiration en observant le soleil qui se couche à l'horizon.
 
Ewelein: Bon, on fait quoi maintenant?
Marshall: Tu l'as proposé toi-même non? Prendre le prochain train pour Opaline, la gare n'est pas loin en plus.
Ewelein: Je ne sais pas... J'aimerais acheter quelques grimoires avant.
Marshall: J'ai eu la pensée idiote que tu aille acheter de vrais vêtements, en tant que "fille" tu devrais plus te préoccuper de ce genre d'achats...
Ewelein: En tout cas vu le temps que tu met tout les matins à travailler ta coupe de cheveux on peux aussi en parler de ton orientation...
 
Une seconde fois il me tire la langue.
 
Marshall: Pourquoi tu n'irais pas avec Kagura? Entre nanas?
 
Je tourne la tête vers la couleuvre qui s'est retrouvée surprise de cette proposition.

Ewelein: Est-ce que ça te dit? 
Kagura: Bien sûr! 

D'un accord commun, nous laissions donc les garçons, nous dirigeant vers les autres boutiques plus loin. 

Marshall: Bon... On fait quoi nous Asri? On se boit une bière en attendant? 
Asriel: ... 

----------------------------------

Je parcourais les étagères garnies de livres, Kagura était à l'entrée, les mains derrière le dos et les yeux explorateurs dans la boutique. Peut être qu'elle n'aime pas lire. 

Ewelein: Excusez-moi, pouvez-vous me conseiller pour les parchemins de sortilèges? 

Le vendeur descendit de son échelle à bibliothèque et disparut dans l'arrière boutique pour revenir les bras chargés de rouleaux, les déposant sur le comptoir. La couleuvre et moi-même nous approchons. 

Vendeur: Dernièrement les sorts de ténèbres sont très en vogue mais je les fait payer cent pièces d'or. Je peux vous recommander en revanche le Spiritum, il est moins cher et il provient de la magie des banshees. 
Ewelein *réfléchissant*: Je ne compte pas utiliser de la magie noire, vous auriez quelque chose utilisant le vent, l'eau par exemple? l'Aqua Regina m'a l'air pas mal, je peux le lire? 
Vendeur: Je vous en prie... 

Je déroulait le parchemin et le lisait avec grande attention. Etant une bookman, ma capacité a assimiler les sortilèges et décrypter le savoir est très facile, je recherchais des sorts plus puissants qui conviendrait à mon niveau mais rien de bien innovant ne ressortait de Méphisto, je ferais un tour à la grande bibliothèque de Siloure et celle de Célestia, je pourrais enfin renouveler mes connaissances à sa juste valeur. 
Kagura s'approcha de moi et lu quelques phrases du papier. 

Kagura: Je ne comprend rien à ce qui est écrit... 
Ewelein: l'Aqua Regina n'est pas un sort facile, les plus simples sont écrits naturellement mais ceux-là empruntent des langues compliquées. De manière générale les sorts achetés en magasin sont souvent assez bas-de gamme et servent surtout en tant que d'objets pratiques de tous les jours, mais les puissants sont cachés au fin fond des terres de Black Rose où transmis par un maître où un parent. Les plus illustres manipulateurs de magie reçoivent des capacités dès la naissance. 
Kagura: A quoi sert celui-là alors? 
Ewelein: Il permet de concentrer de l'eau à la place du sang dans les veines du porteur pendant un cours instant, il devient alors une silhouette aquatique qui ne reçoit pas les coups de l'adversaire, ils traversent le porteur comme si on attaquait de l'eau. 

Assez impressionnée, elle se retira et s'intéressa cette fois davantage aux parchemins, observant ceux qui étaient restés sur la table. 
Convaincue quand à moi, je referme le rouleau et le déposa devant la caisse. 

Ewelein: Je vous le prend, et je voudrais en plus les deux derniers tomes de Chrysalide. 
Vendeur: Soixante-cinq pièces s'il vous plaît. 

Soupirante je dépose la somme demandée puis je pense un instant à Marshall qui allait me hurler dessus vu la dépense que j'ai faite. Avec tout ça on n'aura pas forcément le prix pour acheter un véhicule, je trouverais un travail à Siloure pour rembourser tout ça.   

Nous quittons le magasin, moi les bras occupés par mes nouveaux achats, elle, frigorifiée. Je vois au loin le soleil orangé qui nous quitte petit à petit.

Ewelein: Retournons avec Asriel et Marshall, nous partirons ensuite à la gare. 

Elle hocha la tête et nous engageons le pas, problème je n'avais aucune idée d'où ils pouvaient être. Mais le hasard me sauva bien vite...

Marshall: Et c'te grognasse t'sais c'quelle m'a répondu? Qu'elle voulait pas baiser, j'te jure! 
Asriel: Tu venais juste de la rencontrer non? 
Marshall: OUAIS ET ALORS?! Personne ne me refuse au lit, PERSONNE! Elles sont toutes prêtes à se jeter à mes pieds si je le veux!! 
Ewelein: On ne vous dérange pas trop non? 

A la terrasse d'un bar tout près de nous étaient assis l'elfe et le vampire qui semblaient avoir une conversation assez... Oh je ne trouve même pas d'adjectif à cela...
Avachi, une bouteille de whisky a pleine main, Marshall disait à la terre entière ses expériences, ma foi fort galantes avec ses petites copines devant un Asriel stoïque, droit et ne s'étant contenté que d'une tasse de thé, choix surprenant par ailleurs pour un chasseur comme lui... 
Enfin, c'est un elfe après tout, il lui faut bien un peu d'élégance.  

Marshall: SI TU NOUS DÉRANGE! Dégage!
Asriel: Ne dis pas "nous", c'est un soulagement pour moi de les voir arriver. 
Ewelein: Si tu ne tiens pas l'alcool arrête de faire ton kéké en t'envoyant des charges abruti, allez lève-toi on s'en va de Méphisto, si les succubes te voient ainsi elles te kidnapperont pour te violer. 
Marshall: Et ben qu'elles viennent j'les attends ces pisseuses! 
Ewelein: T'es vraiment pas frais mon vieux, Asriel aide moi à le porter. 

L'elfe se leva pour se saisir de son compagnon, je m'apprêtais à faire de même mais la bibine lui fit tellement perdre la tête qu'il en profita pour me passer une main sous la veste. 

Ewelein: ... ... Marshall enlève ça tout de suite.  
Marshall: Nan. 

Je le frappe si fort au crâne qu'il s'effondra sur les pavés, devenu facilement inconscient. 
Quand à moi, j'étais de mauvais poil à présent, jetant le corps dans les bras d'Asriel. 

Ewelein: Allez on s'arrache. 

La couleuvre et le blondinet s'échangèrent des regards confus puis me suivaient vers la gare. 


Se dépêchant de vite quitter le pays des incubes, nos vagabonds ont désormais terminé le continent de Rubis, en route pour Opale où ils allaient accoster dans le pays d'Opaline, contrée paisible habitée par des humains. 
Leur voyage est cependant très loin d'être terminé, et bien loin sont les malheurs qui les attendent encore...


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série] Sam 13 Fév - 23:33

--Chapitre 4--
 
-Opaline-












 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ewelein...
Ma petite Ewelein, pourquoi as-tu laissé ton livre...?
 
-Je m'étais endormie près du chêne à côté du champs de blé, je l'ai oublié.
 
Ewelein, est-ce que tu te rends compte de ce que tu dis?
Ne te sépare jamais de ton livre, pour les bookmans il s'agit d'un deuxième coeur.
Tu veux que des mauvaises personnes le prenne et en fait de mauvaises choses?
NE TE SÉPARE JAMAIS DE LUI!
NE LAISSE PERSONNE S'EN APPROCHER TU COMPRENDS? S'ILS LE TROUVE IL TE TUERONT, TOUT LE MONDE VEUT TA MORT EWELEIN TU ENTEND?! PERSONNE DANS CE MONDE NE T'AIME!
 
-Mais... Pourquoi est-ce que tu me préviens alors? Tu m'aime quand même un peu?
 
...
Tu es encore bien jeune pour comprendre les adultes.
Je ne te dis pas ça par gaieté de cœur, c'est ma mission de veiller sur toi.
Ewelein.
Tu es une bombe à retardement et moi, je protège les autres qui veulent t'approcher...
 
 
 
 
 
..........................................................................
.............................................................
..........................................
.........................
................
.......
...
 
 
 
 



 
 
Ewelein *marmonnant*: Hum...
 
Ce cauchemars me poursuivra décidément jusqu'aux portes de la mort.
Le bruit régulier des wagons de métal sur les chemins de fer fait chanceler doucement le train, berçant les passagers dans cette mélodie de va-et-viens rassurant. Les images rapides défilent aux fenêtres, m'offrant le paysage rayonnant d'Opale qui me donnait une nouvelle idée d'un Black Rose ensoleillé. Les nuages noirs de Rubis me montaient jusqu'à la tête, je ne pouvais qu'apprécier cette vue à sa juste valeur.
Alors allongé sur le hamac qui me suspendait, je me relève, observant mes trois autres coéquipiers qui dorment encore à poings fermés dans leurs lits artificiels mais bien suffisant pour de pauvres étudiants sans-sous que nous sommes.
Je m'étire puis descend de mon perchoir, attrapant une nouvelle cigarette dans ma sacoche que je m'empresse de fumer à la fenêtre, ouverte à présent.
Quelle heure est-t-il? Vu le temps je situerais pas loin de midi...
Nous roulons depuis des heures vers ce nouveau continent que nous sommes sûrement pas loin d'atteindre.
 
Ewelein: ...
 
Bien que le sommeil fut plutôt agréable et long, j'avais les yeux bouffis et les cernes noires qui pendaient, menaçantes de blagues bien lourdingues de notre vampire national.
Ce cauchemars bon dieu, ce sont des images qui défilent sans arrêt chaque nuits sans répit. Je connaît la chanson maintenant, je ne suis pas prête de l'oublier...
Non, j'ai fuis mon destin en m'inscrivant à l'Arborh loin de chez moi à Anastasia, mais la réalité amère reviendra bientôt lorsque je poserais à nouveau pieds à Siloure.
J'ai pas envie de rentrer...
 
Employé: Excusez-moi, mademoiselle?
Ewelein: Hum?
Employé: Ce voyage est interdit aux fumeurs, et je voulais aussi vous prévenir que nous arrivons à Opaline.
Ewelein: Pardon je vais l'éteindre, et merci pour l'info je vais prévenir mes amis.
 
L'employé hocha la tête et parti dans le prochain wagon, fermant la porte de ferraille derrière lui.
"Amis", quel grand mot ais-je utilisé là...
Soudain derrière moi, Asriel se levait doucement de son couchage, frottant ses yeux azurs. A voir le temps qu'il se mettait en route, je devinait aisément que celui-ci n'était pas franchement du matin.
La tête, pardonnez l'expression, "dans le cul", il la tourna en ma direction, ses longs cheveux couleur de blés dispersés un peu partout devant son visage.
S'il me le permet, j'aimerais bien lui faire une coupe un peu plus courte et pratique. Mais je suppose que c'est une sorte de "tradition" chez les hommes elfes de les avoir toujours très longs...
 
Asriel: ...Salut.
Ewelein: Bonjour Asri', si tu as faim j'ai des biscuits à la margarine dans mon sac.
 
Il acquiesça, dégageant de son lit, il écrasa au passage la main droite de Marshall qui lâcha un juron à demi-éveillé. L'elfe, quand à lui, grignotait sur le rebord de la fenêtre avec appétit le goûter que je avait proposé.
Je soupir et vint m'agenouiller devant la loque étalée par terre.
 
Marshall: P'tin, Asri' quand tu te lève ne tue pas les gens bordel...
Ewelein: Et ça ne change en rien ton état mon pauvre, regarde-toi un peu le whisky d'hier ne t'a pas arrangé.
 
Il retourna son corps grisâtre vers moi et braqua ses pupilles à moitié-fermées rubis aux miennes. Il avait vraiment une sale tête, il me faisait presque pitié comme ça.
Maternelle, je lui passe une main dans les cheveux, lui, satisfait prit cela comme un massage.
 
Ewelein: Dis-moi, je ne t'ai pas vu boire de sang depuis Solar, rassure-moi tu ne t'es pas mis au régime depuis? Parce que le combo famine + gueule de bois c'est pas le top pour assurer. On compte sur toi pour finir l'aventure avec nous jusqu'à Célestia, si tu nous claque dans les pattes dès Opaline on est foutus.
Marshall *avec difficulté*: Ouais... J'ai faim, je veux boire un coup maintenant.
Ewelein: Qu'est-ce qu'il te faut?
Marshall: N'importe quel groupe sanguin, mais je n'en veux pas d'Asri', les hommes très peu pour moi.
 
L'elfe évita la fenêtre des yeux pour juger de haut en bas celui qui venait de critiquer son sang puis reprit son petit-dèj dans le calme.
Je n'aime pas trop l'idée qu'il faut que je lui donne de mon sang, mais à voir la figure si innocente de Kagura qui dort comme un bébé enroulée dans ses couvertures, je n'ose pas la réveiller pour lui demander de se dévouer à ma place pour se faire mordre. Résignée malgré tout, je refuse cependant de laisser ce type rester assoiffé (où affamé?) éternellement, Opaline est certes peuplée d'humains mais il risque d'y faire une panique générale si on laisse ce fauve dans cette cage à gibier...
Je retire ma veste et baisse ma manche ainsi que la bretelle de mon soutien-gorge.
 
Ewelein: Allez dépêche-toi.
 
Retenant un souffle de fatigue, il se hissa au maximum de sa force pour m'attraper les épaules de ses deux mains, posant sa tête lourde sur l'une d'entre elle. Son corps était presque carrément affalé sur le miens, comme s'il allait retomber de sommeil d'une minute à l'autre. Enfin, il planta ses deux canines et bu plusieurs gorgées, doucement mais sûrement.
Je grimaçais de douleur, j'avais la désagréable sensation du sang qui se faisait aspirer avec gourmandise. Première fois que je me faisais "boire" par un vampire cela dit, l'expérience était inédite pour moi. 
Mais je regrettais déjà mon volontarisme un poil trop rapide. Petit à petit je me sentais partir, flottante et étrangement rougissante... 
Voyant ma drôle de mine, le principal concerné décolla ses lèvres un instant, esquissant son sourire narquois. Il allait définitivement mieux. 

Marshall: Oups, aurais-je oublié de signaler que les morsures de vampire provoque à la victime de l'anémie et du désir? Quel étourdi je fais... 
Ewelein: Ben voyons, je ne m'y attendais absolument pas... 

Asriel qui ne disait rien jusqu'ici repoussa Marshall fermement, lui fronçant les sourcils en signe d'avertissement. Désormais au mieux de sa forme, le brun se leva définitivement, se rhabillant de sa chemise qui traînait dans un coin du compartiment. En revanche, j'étais devenue encore plus crevée qu'avant. 

Asriel: Il ne t'en a pas trop pris au moins? 
Ewelein *clignant des yeux*: Ce type est un morfale, j'ai du perdre plus d'un litre en quelques secondes! 
Marshall: Tu t'attendais à quoi en même temps? Je crevais la dalle depuis Solar! 

Dans notre brouhaha, la couleuvre ouvrit ses yeux de serpent, observant la scène toujours enroulée dans son couchage. Comme moi, elle ne semblait pas avoir passé une bonne nuit de sommeil, ses yeux étaient rougeoyants et les mêmes cernes entouraient ses globes oculaires. L'elfe s'agenouilla, tâtant son visage écailleux. 

Asriel: Tu as de la fièvre. 

A cette réponse, Kagura tira sa couverture en un instant, enroulant son châle autour de sa petite toge blanche et se leva également. Toute trace de souffrance en elle avait été dissimulées sous son sourire timide et embarrassé. Désireuse de écarter le sujet, elle remercia le blondinet de sa bienveillance. 

Kagura: Non, ce n'est rien juste un petit coup de froid! Les serpents sont souvent fébriles au contact de températures trop importante c'est tout! 
Ewelein: Tu as vraiment une mauvaise tête... Tu veux qu'on appelle un médecin? 
Kagura: Surtout pas! Les serpents sont très agressifs si on les touche! 
Marshall: En fait ce sont les bêtes les plus chiantes de l'univers quoi... 

Et encore une dispute, on en avait pas assez comme ça... 
Mais elle s'arrêta plus rapidement que prévu, le paysage portuaire d'Opaline nous accueillait en même temps que le train qui ralentissait progressivement. Les bateaux de pêcheurs, les maisons de ville en briques rouges et le bon train du matin qui animait cette population souriante me faisait sourire également. Terminé la mort qui empeste les rues de Rubis! Enfin un peu de paysage de Paradis! 
Un par un, nous descendions du véhicule, abordés par les contrôleurs qui vérifiaient méticuleusement nos certificats de l'Arborh prouvant que nous étions bien des étudiants en pèlerinage. 
La foule gigantesque de la gare nous ébahissait. Des tas et des tas d'humains se bousculaient pour ne pas rater le dernier train, d'autres cherchaient des proches. Bien que la race humaine soit faible, à cette époque elle était encore prospère, notamment à Opaline qui était leur pays de résidence, mais les années suivantes n'ont pas été des plus joyeuses pour eux malheureusement... 
Alors nous, nous apprêtions à sortir, un hurlement nous arrêta précipitamment. 

Femme: S'IL VOUS PLAIT QUE QUELQU'UN VIENNE M'AIDER!! JE VOUS EN SUPPLIE! 
Employé: Madame ne criez pas comme ça vous allez faire paniquer tout le monde! Que vous arrive-t-il? 
Femme: Mon fils, il... il... Il s'est fait attaqué par quelqu'un! Où quelque chose, je l'ignore! 

Dans les bras de cette humaine gisait un petit garçon haut comme trois pommes sérieusement amoché. Il s'était fait comme dévorer, sa mère pleurait de désespoir, montrant ce petit cadavre à l'employé de gare qui faisait les yeux ronds d'incompréhension. 

Femme: Nous avons fait le chemin depuis Rubis... Ce matin je me suis alors levée dans mon compartiment... Et je l'ai trouvé étalé comme un déchet dans son couchage, je vous en prie faites quelque chose!! 

Nous sommes restés attentifs, tous les quatre à quelques mètres de là, très intéressés de cette histoire. 

Asriel *effrayée*: Ce ne serait pas un peu le même scénario qu'à Solar? 
Ewelein: Je crains que tu ais raison, c'est en tout cas très similaire... 

La petite hybride frémit, ne décochant pas son regard de la pauvre femme qui pleurait toutes les larmes de son corps, elle émit une hypothèse qui nous fit mouche. 

Kagura: Et si... Cette créature nous suivait depuis Solar? Elle s'en prend toujours à des enfants, la nuit tombée et les dévore sans même les finir comme si elle ne le faisait pas par appétit mais par plaisir... 
Marshall *serrant les poings*: C'est loin d'être con ce que tu dis. En tout cas si je le croise sur ma route, je lui ferais payer pour ce qu'il a fait aux gamins de la dernière fois... 

Après un petit moment, des médecins arrivèrent sur place et embarquèrent le garçon, suivis de près par la mère. N'ayant rien de plus à faire, nous prîmes le chemin de la sortie sans un mot. 
Autant à l'intérieur, la ville était bondée de partout. Les pêcheurs s'affairaient avec leurs poissons sous les bras, les commerces déjà ouverts faisaient leur chiffre d'affaire, les enfants galopaient sur les dalles, les vieux rabougris lisaient leur journal à la terrasse de leur café favori, les camionnettes roulaient avec prudence dans les rues. Nous étions de vrais touristes, incapables de savoir quoi faire à l'instant. 
Hélas, il y en avait bien un qui savait ce qu'il voulait... 

Marshall: Bon! Cette fois on va en trouver un de véhicule! Y'en a marre de marcher où de prendre le train (surtout qu'ils ne sont pas si sûrs que ça apparemment), aujourd'hui je veux que chacun d'entre nous monte son enquête!  

Asriel approuvait, lui aussi en avait assez. Cependant le silence régnait entre Kagura et moi. 
L'hybride me scrutait du regard, mal à l'aise et tremblottante. 
Le vampire me consulta des yeux, je les évitaient, honteuse. 

Marshall: On dirait que j'ai affaire à un problème. 
Kagura: Ben euh c'est à dire que... Ewelein... 
Ewelein: Hier à Méphisto j'ai déboursé tout mon budget dans un sort et deux romans... 

Le brun se cassa en plusieurs morceaux, médusé de ce qu'il venait d'entendre. 

Marshall: On a besoin de ce fric, alors t'as intérêt à le regagner vite fait où tu devras courir derrière nous quand on aura enfin de quoi rouler, c'est clair? 
Ewelein: Oui, oui... 

Pour le coup je ne pouvais pas protester, je n'avais aucune raison de me justifier. 
C'est alors avec un soupir général que nous, nous séparions chacun de notre côté, les garçons et Kagura à la recherche de petites annonces et de prix pas chers, et moi toute seule en quête d'un boulot à la journée. 
Désormais sans leur compagnie, je naviguais à travers le monde. 
Ma recherche déboucha finalement sur un petit boulot de serveuse dans un bistrot au bords de la mer. 

Patronne: Je te fais payer quarante pièces d'or pour la journée, nous recevons beaucoup de couverts le midi donc enfile un uniforme à l'arrière-boutique en vitesse et commence déjà à prendre les commandes. 
Ewelein: Entendu!

Vite fait, je me mettais en condition et alla aux nombreuses tables de la brasserie faire mes affaires, tantôt ouvrant une bouteille de vin, tantôt en apportant les repas. Première fois que je travaillais dans la restauration également, ce jour-là aura été fort en nouvelles expériences! 
Bien que l'ambiance se devait d'être effrénée, j'y prenais du plaisir dans ce cadre sympathique, je voyais les vagues au loin et l'air iodé me rappelait des souvenirs de voyage. 
Les heures passaient vite et vint l'heure où la patronne me remis ma paye, souriante et satisfaite du résultat que j'avais fait en quelques heures. 

Gladys: Beau boulot jeune fille! C'est dommage que tu ne sois que de passage je t'aurais bien accordé dans mon équipe. Je m'appelle Gladys Neo, si l'envie te prend de venir déjeuner chez nous avec tes compagnons reviens vite. 
Ewelein: Je vous remercie, ce fut également un plaisir de travailler dans ce cadre si paisible... Et je ne manquerais pas de venir manger chez vous, vos homards avaient l'air succulents. 
Gladys *riant à gorge déployée*: Ah! Nos produits viennent tous de pêcheurs locaux, et tu as raison, il fait bon vivre à Opaline mais nous les humains craignons un malheur... 

Son visage joyeux de femme cinquantenaire se crispa doucement. Croisant les bras, elle laissait planer un destin funeste au-dessus d'elle et de son peuple. 

Ewelein: ...Vous êtes chassés? 
Gladys: C'est encore bien peu mais vois-tu notre race ne fait que s'affaiblir de jours en jours, si nous sommes exterminés dans les autres pays, Opaline fait encore figure de résistance mais pour combien de temps... J'ai entendu parler d'un peuple des nôtres s'étant réfugié dans les montagnes de Parta, quelle idée d'aller se terrer là-dedans, ces pauvres gens ont du vivre des sorts abominables. 

Voyant mes yeux emplis de pitié, la patronne me donna une grande tape bien virile dans le dos associé à un sourire assuré. Levant les yeux, je reconnu au loin Asriel qui semblait me chercher. 
De peur qu'il me rate, je déposais à la hâte mon uniforme, remettant ma veste et ma jupe et fit mes derniers adieux à l'humaine qui avait bien compris la situation. 

Ewelein: Merci pour tout Gladys! 
Gladys: A bientôt ma grande! Et merci aussi à toi pour tes efforts! 

D'un signe d'adieux, je courais vers l'elfe qui m'entendit arriver. Après un rapide échange, il m'expliqua qu'ils avaient trouvé une annonce très intéressante d'une veuve qui voulait se séparer du van de son mari et qu'elle était prête à faire baisser le prix considérablement. 
Ensemble, nous arpentions les rues à présent, plus si bondées depuis ce matin. Les civils avaient fini leur journée de travail et vaquaient à leurs occupations. 
Je n'eus pas le privilège d'une petite conversation entre nous, Asriel était décidément quelqu'un de très secret. J'aurais voulu faire un peu connaissance avec lui, si j'ai pu sympathiser avec Marshall et Kagura, lui en revanche ne montrait pas de signes affectifs particuliers...
Maintenant que j'y repense, lorsque nous étions à l'auberge à Solar il avait parlé de "retrouver sa sœur à Gakui", a-t-il une raison précise à cela? 
Moi aussi je voudrais revoir mes parents mais lui...
Il semblait si peiné, si inquiet dans ses paroles... 
En employant le mot "retrouver", voulait-il plutôt dire "chercher"? Et ses parents? Il n'en a pas parlé. 
Peut-être sont-ils morts, ce ne serait pas rare, et sa sœur est la dernière qui compte à ses yeux? 
Dans ce cas pourquoi avoir rejoins l'Arborh si c'était pour quitter la dernière personne de sa famille? 
Je me perdais dans ces réflexions lorsque nous prenions un chemin en dehors de la ville. Une petite maison était située en haut d'un ravin en face de la mer, Marshall et Kagura nous y attendaient. 

Kagura: Ewelein! Ce n'était pas trop pénible? 
Marshall *agacé*: Ouais j'espère que t'as le pognon! 
Ewelein: Alors premièrement, non Kagura tout vas bien, et pour le pignouf à côté oui j'ai l'argent mais je n'ai pas eu assez pour rembourser les soixante-cinq pièces d'or. 

La couleuvre soupira de soulagement, quand au vampire, il s'avança en grommelant m'arrachant des mains mon sachet contenant ma paye, comptant rapidement les pièces il fit une moue et me le rendit en le jetant entre les mains. 

Marshall: Mouais, on va dire que ça suffira... 

Il ôta son visage ronchon et marcha d'un pas décidé vers la maison. 

Marshall: Bon! On a une négoce à faire! 

----------------------------------------


Marida: Et moi qui désespérais de trouver enfin un propriétaire à ce tas de ferraille, vous m'ôtez une belle épine du pieds! 

L'actuelle propriétaire se nommait Marida Strauss, veuve de deux ans, son défunt mari ne lui avait laissé derrière lui que sa fille et son van magique. 
Assis tous les quatre avec une tasse de thé en face de la jeune femme, nous procédions à la négociation. Sa fille, une gamine de trois ans nommée Rioka collait les jupons de sa mère, peureuse des étrangers que nous étions et surtout, parce que nous n'étions pas humains. 
Touillant son thé à la cannelle avec sa cuillère, Marida continuait son monologue. 

Marida: Il a bien pris la poussière depuis le temps, autrefois mon mari était champion de course de van magique à Opaline, mais cet idiot est décédé dans sa passion hélas. 
Kagura: Mais vous êtes sûre de vouloir le vendre? Je veux dire... C'est un souvenir de lui non? 

L'humaine aux cheveux roux soupira, souriante. 

Marida: Cet engin était peut-être son joujou, mais aujourd'hui il ne m'inspire que le jour de sa mort. Je préfère le mettre en vente à des jeunes gens comme vous, il vous sera plus utile que prenant la poussière chez moi. 
Marshall: Combien en voulez-vous? 
Marida: Je ne suis pas exigeante, pour disons, cent pièces d'or je vous le céderai. 

Nous, nous concertions du regard. Cent pièces d'or c'était largement suffisant pour un van magique, surtout ayant appartenu à un ancien champion de course, sa qualité doit être remarquable. 
Marshall approuvait ce choix mais demanda avant de tendre la bourse:

Marshall: Pouvez-vous nous laisser l'essayer avant...?

-------------------------------------


Marida: La Cortana est un van magique comme les autres, le conducteur doit brancher les menottes à ses bras, elles pomperont naturellement la magie de l'utilisateur comme énergie. Alors évitez de vous faire avoir, prenez quelqu'un qui est fort dans ce domaine, et lorsque vous traverserez Glacia rechargez-vous au maximum où vous serez coincés là-bas. 

Tel un gamin dans un magasin de jouets, le vampire prit possession des commandes en craquant ses doigts, admirant toutes les fonctionnalités, les boutons et autre bidules qui rendaient l'engin intéressant. 
Impressionnant était le mot qui convenait, massif et haut d'un étage en plus, nous, nous voyions déjà à l'intérieur en train d'arpenter Black Rose. La Cortana nous plaisait bien. 
A l'arrière, des banquettes vétustes mais confortables étaient fixés au hublot, une petite cuisine meublait l'espace entre elles et les commandes. Là-haut était l'endroit où était entreposés les couvertures, pouvant comporter deux où trois personnes, il faudra se relayer pour dormir sur les banquettes... 
L'aspect "maison roulante" rendait encore plus par le toit d'argile en haut et les fenêtres de ville, j'avais beaucoup de mal à croire que son mari ait pu faire des courses avec cela. 

Marshall: Oua-a-a-aaah! Regardez-moi ce panneau de contrôle! Il déchire sérieux! Il y a tellement de trucs que j'ai envie de toucher... 
Ewelein: C'est ça, attend d'avoir lu le manuel avant de nous le péter en plein vol... 

Très emballée également, Kagura explorait l'intérieur avec des yeux pétillants d'excitation. Cette fille aime vraiment trop la découverte, elle est timide mais elle sort des sentiers battus dès qu'elle voit quelque chose de nouveau. 
Et quelque chose me dit qu'elle n'a pas du voir grand chose durant sa vie... 

Kagura: C'est vraiment gros, il faudra enlever toute cette poussière. 
Ewelein: Et acheter de nouveaux éléments, les matelas sont bouffés par l'humidité et les rangements aussi. 

Asriel ne disait rien comme d'habitude, il observait juste avec attention, tâtant parfois le véhicule pour vérifier la solidité. La petite Rioka s'était installée sur le siège de co-pilote à côté du vampire et lui indiquait beaucoup d'éléments de sa petite voix d'enfant. 

Rioka: Ce truc c'est pour régler le niveau de puissance du moteur, le clignotant en haut montre le niveau de magie demandé. Tu feras attention hein? C'était à papa!
Marshall *lui passant une main sur la tête*: Pas de soucis gamine! Je vais y prendre soin comme si c'était mon bijoux à moi! 
Marida: Ah celle-là, elle n'a pas connu son père très longtemps mais elle a toujours tout connu de ses compétitions et sa passion pour La Cortana... 

L'inspection fini, Marshall l'essaya un coup, faisant plusieurs tours près de la maison. Il s'éclatait mais était déçu de ne pas pouvoir utiliser la pleine vitesse de l'engin en haut de ce ravin. 

Marshall: Allez emballé c'est pesé! On vous le prend sans hésiter! 

Le montant fut donné aussitôt. Nous, montions à l'intérieur prêts à décoller. 
Mais la petite Rioka fixait le van avec ses grands yeux marrons, de fines petites larmes perlaient sur ses joues porcelaines mais elle les frottaient vigoureusement avec sa manche de robe, sans envie de montrer ses sentiments à travers cette machine. 
Elle posa une dernière fois sa petite main sur la porte, nous regardant tour à tour un par un. 

Rioka: C'est tout ce que j'ai de papa... Alors... Vraiment, je veux pas que vous le cassiez... 

Ce fut Kagura qui lui répondit, arborant un visage souriant et maternel, elle plaça une main écailleuse sur la joue ronde de l'enfante. 

Kagura: Rien, ni personne ne fera de mal à ton papa. 

La petite était sans voix. La couleuvre avait compris que la petite voyait en cette machine son père qu'elle n'a jamais connu, ce que nous faisions en ce moment, c'était de la priver de son père fictif et mécanique. 
Elle ne put se contrôler, ses larmes se déversèrent toutes seules, gémissant, elle pleurait ce van remplaçant de géniteur qui allait partir loin d'elle lui aussi. 
Marida prit sa fille dans ses bras, l'embrassant sur le front elle la rassura. 

Marida: Ryoka, tu dois lui dire au revoir maintenant...

La petite humaine sécha doucement ses larmes et s'avança vers le camion, posant son oreille et fermant les yeux. Elle s'adressait directement à son père. 

Ryoka: Au revoir... 



Désormais en possession de La Cortana, les vagabonds quittèrent le chaleureux pays d'Opaline et ses habitants partageant cette qualité. Ils étaient en route pour leur prochaine destination, Parta, terre des maras les démons des cauchemars. 
Marida avait bien raison, toute chose doit avoir une fin et dire ses adieux est parfois la meilleure des solutions pour aller de l'avant.
Nos protagonistes avaient appris cette règle fondamentale, qu'ils devaient garder en mémoire...
Pour leur désespoir futur... 


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MikiAA
avatar
Messages : 512
Localisation : Aucune idée, je suis perdue

MessageSujet: Re: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série] Sam 20 Fév - 23:14

--Chapitre 5--
 
-Parta-
 
 
 
Ewelein: ...
Kagura: ...
Ewelein: Elle dort encore... Et elle est toujours dans un sale état.
Marshall: Mais laisse-là se la couler douce! Elle est paresseuse la couleuvre c'est tout!
Ewelein: T'es fier de ta blague hein?
Marshall *s'esclaffant dans son coin*: Alors là t'as pas idée!
 
Dans les grandes forêts de Parta, La Cortana que nous avions fraîchement acquis tournait à plein régime, pilotée par un Marshall amoureux de son nouveau jouet et secondé par Asriel, à la fenêtre guettant le moindre mara qui oserait s'approcher.
Kagura prenait encore une nouvelle sieste sans prévenir sur le sol, enroulée sur elle-même. Comme il y a deux jours lorsque nous étions à Opaline, elle avait ses mêmes yeux rouges inquiétants.
Je tâtais son front, encore de la fièvre, je commençais à penser qu'elle ait contracté une épidémie.
 
Marshall *soupirant*: Ça fait des jours qu'on explore des villes, et qu'est-ce qu'on trouve à Parta? Des bois!
Asriel: Tu n'en avais pas marre des villes?
Marshall: Grave! La fumée, les gens pas polis et pressés, la grisaille, les repas froids ça m'emmerdais!
Asriel: Alors qu'est-ce que tu ne trouve pas d'attirant en forêt?
Marshall: Tu me vois comme un putain d'elfe où quoi? Les insectes, la pluie, la chasse ça m'emmerde!
Asriel: ...
 
Asriel se tut, arquant un sourcil devant la stupidité volontaire de son compagnon, hésitant presque à sortir sa dague pour tailler un morceau de bois afin de faire passer la colère montante.
La voyage était un mélange exact de ce que nous avions juste là: des blagues minables, des disputes stupides et des plaintes si répétitives que l'idée d'abandonner le brun or du véhicule nous traversais plusieurs fois l'esprit. Je soupirais, le silence si tranquille était revenu parmi nous, enfin, agrémenté des petits ronflements légers de la vipère et La Cortana qui faisait son travail.
 
Ewelein: On devrait s'arrêter un peu, tu vas tomber de fatigue à force d'alimenter La Cortana en magie.
Marshall: Pas faux... Ma vue commence un peu à se brouiller, et j'ai pas envie d'avoir un accident.
 
Asriel approuva lui aussi, au bout de quelques minutes, nous, nous arrêtions finalement dans une petite clairière éclairée par la lune qui venait de tomber.
La vampire après s'être détaché des menottes à inspirations magique s'écroula sur le tableau de commandes, lâchant un dernier râle de fatigue tandis qu'Asriel et moi sortions du van.
Je m'étirais au maximum, ça faisait des heures que je ne faisais que lire sur la banquette du hublot, bien que je sois une intello pure l'air frais me manquais cruellement.
L'elfe se dépêcha de se séparer du groupe, s'enfonçant directement dans les bois je l'arrêtait rapidement.
 
Ewelein: Hep! Où est-ce que tu vas comme ça?
Asriel: Chasser.
Ewelein: Ah oui évidemment...
 
Un silence gênant plana entre nous, le blondinet était stoppé comme s'il attendait autre chose de moi mais honteuse je ne trouvais rien d'autre à lui dire que "bon alors on t'attend".
Il soupira puis ôta son arc attaché à l'arrière de son dos, marchant vers moi il me le tendis fermement.
 
Asriel: Tu veux m'accompagner?
 
Très surprise qu'il me propose de rester avec lui, lui qui est un véritable loup solitaire, je fixait son arc, médusée devant son visage impassible, patient de ma réponse.
Je n'y connaît pas grand chose à la chasse malheureusement, j'ai accompagné quelques fois mon frère et mon père lorsque j'étais petite mais une fois entrée à l'Arborh je me suis essentiellement concentrée sur mes études sans penser aux essentiels: me défendre et me nourrir à la bonne vielle méthode.
 
Ewelein: Bien sûr, mais je ne te serais pas d'une grande aide.
 
Il hocha la tête sans en dire plus et entama de nouveau le pas entre les arbres alors que j'essayais péniblement de le rattraper.
Il fait de grands pas en accords avec sa stature imposante, j'ai du mal a garder son rythme.
Mais il s'arrêta en passant un bras devant mon visage, me sommant de me faire silencieuse. Il se baisse doucement, plissant ses yeux bleus et avance pas à pas, sans un bruit, sans un geste de plus. Devant nous, un faon buvait dans une rivière n'ayant pas encore entendu notre arrivée.
Asriel attrapa une flèche dans son carquois et se colla à moi pour l'insérer dans l'arc, guidant mes mains avec les siennes grandes et blanches, son regard par-dessus mon épaule attendait le signal.
Je tremblais malgré moi, à la fois à cause du poids du stress et également par la proximité incroyable du bel elfe. Puis un simple "vas-y" qu'il me souffla à l'oreille me détacha de ses mains, la flèche sifflante dans le vent percuta de plein de plein fouet l'animal au cœur, tombant de sa lourdeur au sol.
Asriel se leva aussitôt, sortant sa dague il trancha la gorge de la bête qui gémissait de douleur. Il l'acheva.
La tension était enfin levée, je poussais un soupir de soulagement tandis que mon compagnon s'occupait déjà de dépecer notre futur dîner.
 
Asriel: Bien que ta flèche frémissait, tu a su écarter ta crainte le moment venu, bravo.
Ewelein: Merci.
 
Tiens première fois que je reçois un compliment de ce type.
Remarque, ce ne doit pas être son genre de flatter les autres, déjà qu'il ne s'exprime que lorsqu'il juge cela nécessaire. Il me fascine dans son mutisme.
Cette fois c'était la bonne, j'avais enfin l'occasion de parler avec lui pour mieux le connaître...
 
Ewelein: Asriel, je peux te poser une question personnelle?
 
Si je n'avais qu'une seule question pour lui, c'était celle que j'avais déjà choisi, elle serait bien capable de m'en dire énormément sur le personnage.
Il s'arrêta son travail et me dit de sa voix d'homme.
 
Asriel: Je t'écoute.
 
Encore surprise de voir qu'il accepte aussi facilement, je m'accroupi près de lui lui parlant droit dans les yeux d'un air on ne peux plus sérieux.
 
Ewelein: Quelle voie envisage-tu lorsque nous aurons terminé le pèlerinage?
 
Le vent s'arrêta de siffler, aucune bête ne frémissait, même l'eau de la rivière qui coulait semblait s'être tu après ma question. Le temps s'était comme arrêté entre nous.
L'elfe échappa un soupir de ses lèvres rosées, il me répondit, ses prunelles fixant les miennes.
 
Asriel: Les circonstances feront que je serais livré de force aux ténèbres de ce monde.
Ewelein: ...Pourquoi?
Asriel: Il y a quelqu'un que je dois retrouver à tout prix. Et hélas, je vais devoir me salir les mains pour la tirer de l'Enfer qu'elle est en train de vivre...
 
Changeant très vite de sujet, il prit la carcasse du faon sur ses épaules et se leva, tournant déjà les talons pour rejoindre La Cortana et les deux autres soufflant derrière lui un: "Rentrons, nous avons de quoi manger".
Je le savais. Je savais qu'il était à la recherche de quelqu'un. Et cet air si mystérieux, si mélancolique ne me laissait plus de doutes, il avait l'intention depuis le début de tuer quelqu'un au cours de cette aventure pour sauver cette personne qu'il aime tant.
Asriel veut profiter de ce voyage afin d'assassiner un homme.
Cette perspective me foudroyait sur place et rongeais presque mon cœur d'effroi, je le voyais désormais menant son enquête dans chaque pays que nous visitions jusque ici, nous à nous amuser et lui à préparer son épée, attendant de trancher la gorge de quelqu'un...
Étais-je avec un futur meurtrier? D'un coup je ne ressentais plus de sympathie pour lui mais bien de la crainte. Je ne savais plus quoi en penser.
 
Ewelein: Cette personne que tu cherche... Comment sais-tu qu'elle vis un "Enfer"?
Asriel: Les elfes ont une ouïe sur développée mais ils ne peuvent entendre que ce qu'ils veulent, moi j'entends chaque heures, chaque jours ses hurlements de douleur, ses pleurs, ses tremblements dans Black Rose...
 
Dans sa voix je pouvais sentir sa propre peur, derrière sa grande stature d'homme fort je voyais très bien ses mains tressaillantes. J'avais peur mais je me mis à sa place un instant.
Moi aussi je rentrerais dans la voie de l'ombre si mes proches étaient en danger, alors devrais-je le blâmer malgré tout?
Il a l'air si seul, si perdu. Mais je me sens incapable de lui remonter le moral pour le moment...
Mais il se raidit d'un seul coup, comme un chien à l'arrêt qui flaira un danger, ses oreilles l'ont-elles une fois de plus montré un présage?
Il recula vers moi et me prit la main, courant à toute allure vers la clairière alors que mes jambes avaient du mal à courir en même temps que lui.
 
Asriel: Quelque chose de noir se prépare dans cette forêt, des maras nous ont sûrement trouvés!
Ewelein *haletante*: Quoi?! Mais on vient à peine d'arriver!
Asriel: Ces démons n'attendent pas une seconde pour dévorer nos rêves et nos âmes...
 
Bougeant plus vite que n'importe quel faon, l'elfe habitué aux forêts depuis sa plus petite enfance courait de plus en plus vite, prenant garde à ce que nous, nous ne nous prenions pas les pieds dans des obstacles. Curieusement le même chemin que nous avions pris auparavant semblait ne plus s'en finir et les arbres se cachait de plus en plus dans l'obscurité qui rongeait petit à petit le bois.
 
Ewelein: Oh c'est pas vrai... Ils sont nombreux à nous prendre en chasse?
Asriel: Une petite dizaine maximum, fais très attention ils sont bien plus dangereux que les incubes et les succubes!
 
Sa main se resserrait davantage à la mienne, lui aussi avait-il peur des maras?
Il avait toujours eu cette expression glaciale sur le visage même devant les quelques dangers que nous avons traversé, c'est la première fois qu'il semble plus prudent, peut être que sa révélation de tout à l'heure a un peu relâché son cœur?
Excuse-moi Asriel d'avoir eu peur de toi... Tu reste un humain, et ce choix que tu a décidé montre ton courage, le courage d'avoir renoncé à la lumière pour protéger ceux que tu chéris.
Excuse-moi...
 
Asriel: Marshall! Kagura!
 
Lorsque enfin le chemin s'était arrêté, nous tombions sur la clairière vide. Seule La Cortana témoignait de notre passage, nickelle et prête à repartir, en revanche le vampire et l'hybride demeuraient introuvables.
 
Ewelein: C'est pas bon... Ils se sont fais avoir comme des rats, Kagura dormait et Marshall se reposait aussi après avoir conduit, les maras ont pu les cueillir quand ils le voulaient...
 
J'eus juste le temps de dire ma phrase qu'attendant bien à l'ombre des arbres, une bête me couvait des yeux.
Toute engluée d'ombres humaines, un seul œil vert luisant trônant au milieu de sa figure et son long corps poisseux guidé par deux grands bras crochus, Asriel décocha immédiatement une flèche en sa pupille, la bestiole hurla d'un long cri strident, réveillant ses compagnons qui ouvraient successivement leurs yeux dans l'ombre.
 
Asriel: Qu'est-ce que c'est que ces trucs, ce ne sont pas des maras!
Ewelein: Non ce sont leurs mouchards à Parta, ils sont chargés de prendre en filature ceux qui entre dans le domaine! Ils capturent puis ils les ramènent à leurs maîtres!
Asriel: Mais et les maras que j'ai entendu près d'ici?
Ewelein: Ils attendent justement que leurs bêtes nous apporte à eux! Attention!
 
Les mouchards quittèrent l'obscurité des bois pour se montrer entièrement à nous sous la clarté de la lune qui les rendaient d'autant plus effrayants, l'un d'eux s'attaqua directement à l'elfe qui abandonna son arc pour reprendre son épée, bien plus pratique au corps à corps. Tranchant chacune qui se trouvait devant lui, il vit avec effroi que son arme traversait les corps de ces monstruosités informes.
Mon livre ouvert, j'attaquais quand à moi avec mes sorts de foudre pour ses spectres ténébreux mais leur nombre incalculable me fit presque perdre le sens du rythme à invoquer puis lancer le sort.
Trois qui bloquaient l'elfe me fit passer cela dans la priorité, où je lançais, haletante une nouvelle flèche foudroyante sur les trois. Dans ma fatigue, la sueur qui me collait aux mains à force d'avoir trop joué avec les incantations, j'alertais Asriel d'une voix pressée.
 
Ewelein: Elles ont été crées par magie! On ne peux les vaincre qu'avec ce qu'elles ont été façonnées!
 
Ayant compris le message, il se dépêcha d'utiliser ses sens elfiques pour utiliser la magie de la Terre, créant des lances en écorces d'arbre, ce qui marcha un peu mieux que ses simples armes de mortel.
 

Ewelein *haletante*: Elles n'arrêtent pas de se régénérer avec les ombres des arbres, elles n'abandonneront pas avant que la lumière du soleil ne les pulvérisent tous! Asriel je vais tomber à cours de magie, la nuit ne viens qu'à peine de tomber, c'est peine perdue!

Mais très vite je senti ma cheville se faire enlacer, me tirant au sol ce qui me fit perdre des mains mon livre qui s'envola quelques mètres plus loin. 

Ewelein: Oh merde mon livre! Asriel donne-le moi vite! 

Mais l'elfe se faisait de plus en plus surprendre et n'eut même pas la force de bouger un bras de plus, laissant mon bouquin seul. 
A mon tour, je me voyais me faire envelopper par les créatures, privée de forces et de magie, je voyais une dernière fois Asriel qui s'était fait complètement engloutir sous les masses noires liquides. Mes yeux se fermaient progressivement, mes membres se laissaient faire, je ne pouvais même plus parler, ni même respirer. Telle une poupée sans âme, je flottait. Et je pensais très fort:

Marshall, Asriel, Kagura, on ne peux pas finir comme ça...


































































Ewelein...
Ma petite Ewelein, pourquoi as-tu laissé ton livre...?
 
-Je m'étais endormie près du chêne à côté du champs de blé, je l'ai oublié.
 
Ewelein, est-ce que tu te rends compte de ce que tu dis?
Ne te sépare jamais de ton livre, pour les bookmans il s'agit d'un deuxième coeur.
Tu veux que des mauvaises personnes le prenne et en fait de mauvaises choses?
NE TE SÉPARE JAMAIS DE LUI!
NE LAISSE PERSONNE S'EN APPROCHER TU COMPRENDS? S'ILS LE TROUVE IL TE TUERONT, TOUT LE MONDE VEUT TA MORT EWELEIN TU ENTEND?! PERSONNE DANS CE MONDE NE T'AIME!
 
-Mais... Pourquoi est-ce que tu me préviens alors? Tu m'aime quand même un peu?
 
...
Tu es encore bien jeune pour comprendre les adultes.
Je ne te dis pas ça par gaieté de cœur, c'est ma mission de veiller sur toi.
Ewelein.
Tu es une bombe à retardement et moi, je protège les autres qui veulent t'approcher...
 
 
 
 
 
Où suis-je? Est-ce que les mouchards m'ont tué? 
J'entends encore ce cauchemars au loin, cette voix qui me tourmente toutes les nuits reviens encore. 
Peut être que je me suis endormie et qu'il vient comme chaque nuit, après tout il faisait nuit quand nous, nous faisions attaquer alors... C'est la suite légitime des choses sûrement? 
J'ai tellement été habituée à cela que j'en ai même plus peur à présent... 
C'est juste long et terriblement chiant. 


~Tu n'en as plus peur hein...?~




Cette fois c'est une autre voix que je perçois, celle d'un inconnu qui plus est. 
J'ouvre enfin les yeux, je me trouve dans un décor entièrement noir et moi, couchée sur un sol de verre. 
Mes cheveux ondulés sont complètement détachés, agrémentés d'une couronne de roses bleue et je porte une longue robe noire à voile, cachant mes pieds nus. 
Je tourne la tête à droite, à gauche, n'importe où pour deviner où je suis. 
Ça m'a tout l'air d'être encore un songe. 
Pour vérifier mes dires, je me gifle une fois. 

Ewelein*grognant*: T'ain ça fait mal...

Puis une seconde, une troisième mais rien n'y fait je me rends à l'évidence. Je suis bien éveillée. 
Dans quelle histoire je me suis embarqué... 
Alors que je me posais toutes ces questions, je sentis la présence de quelqu'un en face de moi. Je levais les yeux et vit une femme aux yeux de chat dotée de longs cheveux bouclés rouges, habillée d'un longs manteau noir qui couvrait tout son corps, elle avait un crâne de monstre qui cachait son visage entier. 
Sa voix était comme floutée et résonnait au loin.

???: Ton pire cauchemars ne te ferais pas peur alors? Voilà qui est dommage...
Ewelein: Qui êtes-vous? Qu'est-ce que je fous ici? Et où sont Marshall, Asriel et Kagura? 
???: Tu es bien pressée... Tu es pourtant au pays des songes ma jolie, tu as tout le temps devant toi pour vivre la vie dont tu as toujours rêvé! 


C'est alors que je venait de comprendre. 
Parta n'étais pas un pays uniquement fait de forêts...
En vérité le pays se trouvait dans les rêves des aventuriers: lorsque des étrangers entrent à Parta, ils pensent que cette contrée est complètement inhabitée le jour, mais lorsque la nuit arrive les mouchards les attaquent pour les endormir de force, et c'est une fois dans les bras de Morphée que ces personnes trouvent la VRAI terre des démons des cauchemars, c'est un pays qui n'existe que la nuit dans l'imaginaire de chacun... 
A proprement parler, c'est le seul qui n'existe pas réellement sur les cartes de Black Rose! 
C'est vraiment incroyable, c'est donc cela ce pays dit, invisible aux yeux des éveillés? 

???: Tu commence à percuter? Je te souhaite la bienvenue à Parta! Tu as le pouvoir gigantesque de faire tout ce que tu désire avant que le jour ne se lève... 


La mara disparut puis réapparaît derrière moi, tournant, passant une main aguicheuse sur mes épaules, les glissant sur mes hanches. La démone des songes me parlait avec des paroles mielleuses. 

???: Amour, gloire, fortune, famille, carrière, tu peux tout créer, tout désirer et tout demander... 
Ewelein: Je ne veux rien de tout cela, laisse-moi partir de ton pays maudit! 
???: Allons ne fais ta bonne samaritaine, toi aussi tu as des désirs je le sais ma petite Ewelein! 

Paniquée, je constatais que mon livre était bel et bien absent de mes mains, je ne pouvais plus faire appel à ma magie, je ne pouvais que compter que sur le soleil qui doit se lever pour me sauver. 
La rouquine s'amusa de me voir aussi abattue laissant échapper un petit rire derrière son masque macabre et se détacha de moi pour se poster en face de sa victime que j'étais. 

Ewelein: ...Et alors qu'allez-vous gagner en me capturant ici? Vous allez me prendre mon âme peut être? 
??? *soupirant*: Hélas j'aurais beaucoup aimé voler l'âme d'une fille aussi bien roulée, mais cette fois j'ai eu un contrat avec un bon négociant pour te capturer toi et tes petits amis. 


Sa réponse me scia, un contrat? Quelqu'un l'avait payé pour qu'elle nous capture moi et les autres? 

???: Alors en attendant je dois jouer les baby-sitters et m'occuper de vous jusqu'au levé du soleil quand mon patron viendra vous chercher, je vais devoir m'amuser avec vous toute la nuit! 
Ewelein: Qu...Qui t'a engagé? 
??? *riant*: Fufufu... Tu pense que je vais te le dire? Tu voudras encore plus t'échapper après cela! Mais assez parlé! Voyons si l'on peut pratiquer un peu de torture psychologique avec toi... 


J'allais courir vers elle, la prendre par le col et lui obliger par la force à parler mais elle se métamorphosa devant moi. Et pas en n'importe qui, c'était Marshall que j'avais devant la figure, devant le poing que j'avais préparé pour frapper la mara. Par réflexe je me stoppais immédiatement, abasourdie par cette soudaine apparition. Le vampire avait la façade vide mais une lueur noire colorait ses pupilles rubis. 

Ewelein *soupirant*: Tes métamorphoses sont vaines mara, je connaît ta magie. 

Dès que j'eus dit mes paroles, le vampire hurla de douleur, s'écrasant sur le sol de verre. 

Marshall *hurlant*: Aaah... NON, M...MAMAN, arrête ARRÊTE PUTAIN! DÉGAGE! Pa...Papa, FOUTEZ LE CAMPS BANDE D’ENFOIRÉS!! LAISSEZ MES PARENTS! Laisse-moi saloperie...!

Je déglutis ma salive, était-ce ce qu'il était en train d'endurer le moment présent? Sa torture psychologique est en rapport avec ses parents qui se sont fait exorciser sous ses yeux. 
Mon cœur battait la chamade devant ce spectacle horrible, le brun se tenait le crâne si fort qu'on aurait dit qu'il allait le presser comme une orange, ses yeux étaient rentrés vers le haut et un peu de bave dégoulinait de ses lèvres. Bientôt, il aplatissait son crâne sur le sol, le percutant à plusieurs reprises continuant son monologue de sourds. Il avait l'air comme possédé.

Marshall: ARRÊTEZ, ARRÊTEZ, ARRÊTEZ, ARRÊTEZ, ARRÊTEZ, ARRÊTEZ, ARRÊTEZ...! 

Bien que mon esprit m'obligeait à revenir à la raison, de me dire que tout cela n'était qu'une odieuse machination de cette démone sadique, mon cœur me chuchotait tout bas d'aller porter secours à cet homme qu'il avait choisi. Et c'est lui que j'entendais le plus... 
Je m'agenouille devant lui,essayant de l'arrêter. A force d'écraser son crâne sur le verre, une cicatrice s'était déjà formée sur son front lorsqu'il reviendra à la raison il sera déprimé de voir son beau visage ainsi blessé...

Ewelein: Hey! Marshall! Ressaisis-toi bon sang! Tu m'entends où quoi?! 

Mais rien ne changea, il était devenu complètement demeuré et j'avais beau m'égosiller à le faire revenir à la raison rien n'y faisait. Alors je le giflais, je l'embrassais, je l'insultais mais toujours rien. 
J'avais sa tête sur mes genoux, j'observais le légume que je gardais avec anxiété. Sans ma magie je ne peux pas faire grand chose, un bookman est proche d'un humain lorsqu'il est privé de ses pouvoirs et son livre. 
Mais deux autre voix familières me tira de ma réflexion, deux voix qui me firent froid dans le dos. 

Asriel: JE VAIS TE TUER!! TU ENTENDS?! CRÈVE, CRÈVE POURRITURE POUR CE QUE TU FAIS A MA SŒUR!!
Kagura *pleurante*: Je veux mourir... Pi...Pitié, je ne mérite pas la vie qu'on m'a donné... TUE-MOI! 

En face de moi se tenait un Asriel furieux, enragé qui hurlait à la Terre entière qu'il allait tuer celui qui est en train de torturer sa soeur, ce qui confirmait en même temps ma thèse sur le fait que la personne qu'il recherche n'est autre que celle-ci. Et à sa droite Kagura, en pleurs, se tenant les cheveux, vidant toutes les larmes de son corps suppliant au vide de l'achever pour une raison qui m'est inconnue... 
Je reculais alors, à la fois fascinée par cette facilité qu'on les maras à torturer psychologiquement leurs adversaires et effrayée par ces effets dévastateurs. 
Était-ce donc leurs sentiments les plus profonds? 

???: Ewelein, ne reviens plus jamais parmi nous. 

C'est alors qu'à mon tour je goûtais à cette torture. 
L'homme aux cheveux blancs et aux yeux verts qui m'avait chassé de mon propre pays, mon propre royaume me jugeait de son regard impitoyable. 

???: Oui il faut qu'elle parte d'ici...
???: Qu'elle dégage de notre beau pays cette petite pute! 
???: C'est de ta faute à toi et à ta famille si on meurt à petit feu salope! 
???: Dégage! Dégage de là saloperie! 

Autour de lui se formaient les bookmans du royaume, un par un, soutenant l'homme au cheveux blancs qui les avaient montés tous contre moi pour que je quitte de force mon royaume, après avoir abusé mon peuple cet enfoiré s'était installé sur le trône et est devenu un véritable dictateur. Il jouissait de cette violence gratuite de tout un peuple qui s'acharnait sur une pauvre petite fille sans défense. 

Ewelein *fébrile*: A...Arrête ça mara... Je ne veux pas en entendre plus... 
???: TA GUEULE PETITE CONNE!
???: DÉGAGE, DÉGAGE DE NOTRE ROYAUME! 
???: TU AS TUE MA FAMILLE TOI ET LA TIENNE!! 
Ewelein: STOP! TAISEZ-VOUS! TAISEZ-VOUS! 

Et c'est alors qu'une lumière venant des cieux éclaira en face de moi l'objet de mon malheur...
Elle éclairait une grande estrade sur laquelle était placée une guillotine, une foule de bookmans furieux ayants les yeux rouges de rage, grondant du poing, hurlant à la mort. 

Ewelein: ARRÊTE MARA, ARRÊTE JE T'EN SUPPLIE!! 

Mais rien ne pouvait arrêter cela, je regardais impuissante cette scène qui s'était déjà produite devant moi. 
Mes parents, mes frères et sœurs passaient chacun leur tour sous la lame impitoyable contrôlée par le peuple déchaîné qui en demandait toujours plus, toujours plus de sang, influencés par l'homme aux cheveux blancs. 
Mes parents biologiques mouraient encore une fois sous mes yeux. 

Ewelein: Arrête... J'en ai assez... Je te l'implore mara... 

Mes larmes coulaient malgré moi mais je m'arrêtais, désormais c'était moi sur l'estrade, le regard vide, je m'agenouillais en attendant le glaive de la mort qui s'abat sur ma nuque. 
Je voyais cette seconde moi qui allait mourir mais je ne bougeais pas, j'avais peur, j'étais triste, j'étais seule. 
La lame tomba, je m'appelais de toutes mes forces pour me supplier de bouger avant qu'il ne soit trop tard. 
Soudain la lame s'arrêta, les civils se taisaient, la scène se stoppa. Je me relevais doucement, étrangement lâchée par ces liens obscurs qui m’empêchaient de me mouvoir et c'est alors que la mara au crâne de monstre réapparut, tout disparut autour d'elle, elle eu du mal à contrôler sa surprise. 

???: Qu...Quoi? Pourquoi ma magie ne marche plus? Elle n'a pas son livre pourtant! Elle ne peux pas utiliser la sienne et le lever du jour n'est pas encore là! 

Un silence planait entre nous, ni elle ni moi ne comprenions ce qui était en train de se passer et bien que j'avais l'incroyable envie de lui donner une bonne correction après ce qu'elle a fait subir à moi et mes amis, je ne bougeais pas, préférant plutôt savoir en priorité le problème du moment. 
Un lourd bruit sourd se fit alors entendre, la démone se raidit, inquiète. 
Le bruit devint de plus en plus proche et inquiétant, mon adversaire déglutit sa salive et appela ses compagnons. 

???: Les mecs... Il se passe un truc pas net, je ne peux plus utiliser la magie alors qu'on est dans le cœur de Parta et il ne fait pas encore jour! Qu...Quoi? Comment ça il y a eu un problème avec l'un des prisonniers? Raconte-moi abruti arrête de t'affoler...! Sé...Sérieux? Oh putai...

Avant même d'avoir fini son juron, nous entendions cette fois plus un bruit mais un hurlement de monstre à glacer le sang, et ce n'était pas un cri de mouchard!
Le désert noir dans lequel nous étions toujours plongés reçu une fissure se fit, nous frissonnions toutes les deux et tout d'un coup la fissure se brisa en un seul coup et laissa sortir une bête gigantesque, long à écailles fourchues, pattes crochues, longue langue frétillante, grandes dents et crocs empoissonés et des yeux jaunes énormes à faire glacer le sang. La bête fonça droit sur la mara de ses longs kilomètres de corps et la croqua comme un fétu de paille, sous ses cris de désespoir. 

Mara: EWELEIN!! JE T'EN SUPPLIE AIDE-MOI! JE...Aaargh...Blurb...ME REGARDE PAS COMME...AAaaaah! 

Terrorisée, j'assistais encore à un spectacle morbide. Privée de sa magie, la mara n'était plus qu'une marionnette. La bête dévorait un à un ses membres, ses entrailles, sa carcasse qui craquait sous ses puissantes dents, sa mâchoire était peinturlurée d'un véritable sang de démon. 
Mes yeux se tournaient alors vers la fissure et découvrit à l'extérieur trois autres maras qui ont été déchiquetés et Asriel et Marshall qui eux, avaient été sauvés du massacre, étendus par terre épuisés après la torture psychologique qu'ils avaient essuyés. 
Petit à petit je commençais à comprendre. 
Ce monstre que je trouvais si étrange me semblait à présent bien connu, je voyais à présent son apparence de serpent... 

Enfin le massacre s'arrêta, la bête qui avait encore des entrailles pendues à ses dents haletait doucement, poussant un dernier cri, il se tourna vers moi, évitant tout de même mon regard. 
Et lentement alors qu'il s'était couché, son corps rapetissait et se formait en l'apparence d'une jeune fille... 
Ses cheveux, son visage, ses vêtements, son châle étaient tâchés du sang de démon le plus pur. 
Un monstre s'était battu contre des démons. Le tableau était à la fois magnifique et répugnant.
Elle avait tout simplement écouté son instinct animal le plus pur. Épuisée, elle s'écroula à mes pieds. 
Le décor noir se détruisit sur-le-champs, je portais ces trois corps avec moi et les couchaient dans La Cortana. Seule après ces événements, je conduisait pour m'enfuir le plus vite possible de cette contrée maudite, ignorant volontairement pour le moment la nature repoussante de mon amie. 
J'avais assez vu de monstruosités pour aujourd'hui, je préférais ignorer cela juste pour cette nuit... 
Juste pour cette nuit... 


Après avoir affronté contre leur grès le joug de terribles maras, Ewelein quitta au plus vite Parta, désirant partir pour Pandore aussi vite et oublier ces traumatismes de cette nuit. 
Jamais elle ne verra différemment ce voyage qu'une course contre la montre avec la Mort elle-même...  


Un gâteau? C'est bien!
Un gâteau à la fraise? C'est mieux!
Tu veux que j'abrège tes souffrances? Aucun soucis!
-Miki Nadeshiko-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série]

Revenir en haut Aller en bas
 

Les vagabonds du Paradis et de l'Enfer [série]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Terrae: Portail de l'Enfer ou du Paradis?
» BANSHEE ▲ « On ira tous au paradis foutre l’enfer. »
» DEREK (+) Tu es mon paradis, mais je suis peut-être ton enfer...
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. ::  :: Fan fiction. :: Fiction Black Rose :: Texte Fic :: Fic Miki-