AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La revanche du loup. (Avec la participation de Kyo et Ryuki)

Aller en bas 
AuteurMessage
paradoxe
.
.
avatar

Messages : 652
Localisation : dans le jardin du palais de gabriel

MessageSujet: La revanche du loup. (Avec la participation de Kyo et Ryuki)   Sam 30 Jan - 0:18

Seul et unique chapitre : Confrontation entre les deux plus grands pervers de Black roses 
Interdit aux moins de 18 ans 


Récemment ma vie a connus un tournent pour le moins inattendus et surtout imprévisible …. 
Tout a commencé lors de ce voyage sur black rose que j’avais entreprit en compagnie de Raytöku. Kyo et Yko nous avaient d’ailleurs rejoins. Pour pouvoir pénétrer au sein de la cité des hybrides Raytöku et moi-même avions fusionné pour nous faire passer pour un hybride mi-ange déchu, mi-loup. Hélas il s’y était produit un évènement que je n’avais pas envisagé. Raytöku a été corrompus par mon coté Wendigo, c’est pourquoi Yko a dû le maîtriser et l’avais malheureusement blessé. 

Cette mésaventure était, j’ignore comment, parvenus aux oreilles de Ryuki. Celui-ci considérait l’ange déchus comme sa propriété, son jouet. Hors il ne tolérait aucunement que l’on abîme, même accidentellement ce qui lui appartient ! Il ne pouvait en aucuns cas s’en prendre décemment à son amis et collègue Bookman. Cependant, sa fierté exigeait réparations. Hors il déclara qu’en guise de compensation je sois confié à « ses bons soins » celons ces mots. Ne voulant pas créer de tensions qui nuiraient à leur travail et ne souhaitant aucunement mêler l’empereur Gabriel à ce litige entre apôtres, Kyo, mon mentor du se résoudre à se plier aux désirs de l’incube. Je m’en souviens comme si c’était hier. 
Nous étions dans la bibliothèque royale Kyo et moi, vacant à nos occupations. Mon mentor était plongé dans diverses paperasses tandis que j’étais plongé dans un livre de botanique, quand Ryuki fit irruptions dans la pièce. Comme à son habitude, l’incube était vêtu d’une tenue moulante, aux couleurs sombres et arborait une fragrance musquée. En revanche, il avait un pat plus rapide et décidé que d’ordinaire. Il se posta devant mon mentor, arborant une mine plus que contrarier. Kyo qui était concentré dans son rapport, une plume à la main et ses lunettes sur le nez releva la tête pour regarder son collègue. 

Kyo : _ Sir Ryuki … que puis-je pour vous ?
Ryuki : _ Je viens exiger réparation ! 
Kyo interloqué retira ses lunettes : _ Réparations dites-vous ? 

De mon coté, j’interrompu ma lecture pour prêté une oreille attentive à la conversation. 

Ryuki : _ En effet ! Il se trouve que je m’affairais à m’occuper de mon protégé et …
Je le coupais dans son sa phrase : _ Dis plutôt violer comme d’habitude !
 
L’apôtre se tourna dans ma direction et me fixa d’un regard hautin arborant un sourire pervers et moqueur. 

Ryuki : _ Crois-moi il était parfaitement consentant ! (Se tournant vers Kyo) Donc je disais, tandis que j’éduquais mon protégé, j’ai remarqué divers bleus et équimoses partout sur son corps. Il m’a raconté votre petit voyage ainsi que vos diverses péripéties … Tu sais à quel point je déteste que l’on touche à mes affaires encore moins qu’on les abîmes !

Je me lève et me précipita vers l’incube. Je déteste qu’il parle de cette façon de Raytöku. Et lui fit part de ma façon de penser. 

Moi : _ Pour ta gouverne Raytöku n’est pas un objet ! Encore moins ta chose ! La façon dont tu le traite et parle de lui est juste inadmissible ! Et …
Kyo me fit signe de me taire ce qui m’interrompis dans mon élan. Je lui obéis donc. 
Kyo lâchant un soupir : _ En effet nous avons connus quelques … désagrément mais si cela vous incommode, je peux soigner les égratignures de Raytöku !
Ryuki : _ Inutile je l’ai déjà fais, mais j’exige une compensation !
Kyo levant un sourcil : _ Que voulez-vous dire ? 
Le regard de l’incube survola toute la pièce jusqu'à finalement se posé sur moi, ce qui me donna la chair de poule. 
Ryuki : _ Je veux que tu confie Paradoxe à mes bons soins ! Puisque tu as abîmé mon protégé il n’y a pas de raison pour que je ne profite pas un peu du tiens ! 
Moi : _ QUOI  ? !
Yko : _ QUOI  ?!
Ryuki : _ Après tout c’est lui a eu l’idée de ce voyage, lui qui vous emmené à Pandore et c’est également lui qui a eu l’idée de fusionné avec Raytöku. Il est le plus fautif dans l’histoire. 
Moi : _ Espèce de ….
Ryuki me prix part le menton : _ Puisque tu semble tant te soucier du bien être de Raytöku, tu vas pouvoir lui offrir un moment de répit ! Je vais te montrer le traitement que je lui réserve, j’espère que nous nous amuserons autant que la dernière fois !
A ce moment là j’avais envoie de lui collé mon poing dans la figure, mais Kyo m’en dissuada télépathiquement. Je vis mon mentor réfléchir longuement avant de finalement donner sa réponse. 
Kyo : _ C’est d’accord, tu peux passer le reste de la journée avec mon protégé, mais pour aujourd’hui seulement ! 
Moi : _ QUOI ?!
Yko : _ QUOI ?!
Ryuki : _ Quel merveilleuse nouvelle ! Une telle occasion ça se prépare !
Je vais donc de ce pat revêtir quelque chose de plus … adapté et confortable ! (Me regardant) Rendez-vous dans une heure dans mes quartiers ! Tu connais le chemin à présent ! (Fit-il sur un ton moqueur)
 
Tandis que l’apôtre se dirigeait en direction de la porte je perdis mon sang froid. Je pris le coupe papier qui était sur le bureau et le lança en direction de Ryuki. Celui-ci l’esquiva avec grâce et facilité, l’objet ce ficha donc dans la porte d’entrer en bois massif. Avant de quitter les lieux l’apôtre à la chevelure d’ébène se retourna en ma direction. 

Ryuki : _ Je vois que tu es toujours aussi impétueux. J’aime quand on me résiste. Cela rend les choses tellement plus intéressantes ! 

Puis il regagnant le couloir dans un rire mesquin ! Dès qu’il fut partit je me retournai vers mon mentor pour clamer vivement ma protestation. Yko fit de même et ne manqua pas d’insulter son frère. Comment pouvait-il me faire une chose pareille après ce que Ryuki m’avais fait ? Le Bookman réclama le silence Avant pouvoir enfin s’exprimé.

Kyo : _ J’ai seulement dit qu’il passera la journée avec toi. Je n’ai en aucun cas prétendu que se sera un moment agréable pour lui !
Moi interloqué : _ Comment ça ? 
Kyo : _ Il est vraie que notre cher incube a largement dépassé les limites de ma patience ces derniers temps. De plus son comportement a tendance à m’exaspérer je dirais même m’horripiler. Je pense qu’il est temps de lui donné une petite leçon … Et personne n’est mieux placé que toi pour y parvenir … sauf Shana peut-être …
Moi : _ Mais je ne pourrais jamais rivaliser contre lui je n’en ai pas les moyens ! 

Mon mentor dessina quelque chose sur mon front du bout de l’index. Il s’agissait d’une rune lumineuse qui s’effaça quelques secondes après, je remarquai d’ailleurs que la même s’était dessiné sur le siens. Je reconnu le symbole, il s’agissait du sort qu’il utilisait pour partager ses pouvoirs avec moi. Ce n’était pas la première qui faisait usage d’une telle magie avec moi. Je ressentais quasi instantanément une vague d’énergie me vivifier à travers tout mon corps. Kyo posa ses mains sur mes épaules et plongea son regard dans le mien. 

Kyo : _ Tout vas très bien ce passé je sais que tu en es capable j’ai toute confiance en toi. 
Yko : _ Il est hors de question que je le laisse y aller seul ! Je viens avec toi ! 
Moi : _ Non il faut que j’apprenne à me débrouiller. Tu ne seras pas toujours là pour me protéger ! Par ailleurs … il est temps pour moi de crevé l’abcès et de prendre ma revanche …

Yko tentait tant bien que mal de reprendre le contrôle de son corps, mais son frère l’en empêcha, sinon il ne m’aurait pas lâché la grappe. Kyo déposa juste un baiser amical sur ma tête comme pour me bénir avant de me laisser y aller. Je quittais donc la bibliothèque pour rejoindre mes appartements. Bien que je ne le montre pas j’étais terrorisé, à l’idée de devoir affronter Ryuki, mon cœur battait si fort qu’il aurait pu rompre mes cotes. Une fois dans ma chambre je fouillais ma sacoche qui était posé sur mon lit pour en sortir Le bracelet de succube que m’avait offert Mahodja. Il était fais tout en or orné de divers symboles et enlumineurs. Une pierre y était sertit dont les couleurs changeait constamment passant du rouge au orange en passant par le rose et le violet, il restait toujours dans les couleurs dites chaudes mais les teinte variaient constamment. Au vu de l’ensemble du bijou, l’artefact devait plus êtres destiné aux femmes qu’aux hommes mais cela ne me dérangeait pas. Porté à mon poignet sa me donne un petit coté métro sexuel. 
Je ne pensais pas avoir à le porter pour de telles circonstances mais je me disais que la lubricité et la perversion qu’il éveille en moi me donnerais un petit plu de courage et rendrais la tache moins pénible. Je le fixais donc à mon poignet et l’activa sans plus atteindre. Je sentis une incroyable chaleur envahir tout mon corps, tout à coups les idées perverses fusaient dans ma tête des tas ! Ma peur et ma boule au ventre s’en trouva grandement amoindrit, mais elles restaient cependant bien présente. La sensation d’intense chaleur et mes quelques envies d’exhibitions me donnèrent envie d’adopter un tenu plus … léger. Alors, je claquais donc des doigts et quelques étincelles orange m’entourèrent pour finalement se dissiper. A présent j’étais vêtu d’une chemise légère que je laissai ouverte pour laisser mes pectoraux et mes abdos apparents, les manches étaient déchirées, dévoilant mes bras musclés dans leur intégralité. Je portais également un jean noir légèrement moulant au niveau des fesses. Il était déchiré au niveau des genoux et soutenu pas une ceinture dont la boucle était ornée d’une tête de loup. Le tout soulignant mon « V » au niveau de l’aine. Coté visage j’avais adopté une coiffure déstructuré et pour la barbe j’arborais une légère barbe de trois jour pour masqué mon sourire de l’ange, le tout mis en valeur par un collier qui se joignait en un léger bouc au niveau du menton. J’avais fait le choix de conserver mes attributs de loup, enfin coté accessoires je portais autour du cou une gourmette imitation argent, au poignet gauche mon bracelet de succube et au poignet droit une brassière de cuire orné par une croix celtique et deux triskèles. Mes ongles quant à eux étaient teintés de noirs, la couleur naturelle de mes griffes. J’étais près … enfin seulement sur le plan physique. Pour ce qui est du plan psychologique c’était autre choses, je balançais constamment entre l’angoisse et les idées perverse. Tout ceci m’empêchais de me concentré je ne savais vraiment pas comment j’allais m’y prendre … tandis que je marchais dans le couloir pour me rendre au lieu du rendez-vous j’entendis une voix au combien désagréable à mes oreilles. 

Wendigos : _ Dis moi tu ne compte quand même pas te laisser faire par cette allumeur comme un gentil toutou bien dressé ? 

Chaque fois que je croisais mon reflet que se soit dans un miroir ou la vitre d’une fenêtre je pouvais me voir sous ma forme monstrueuse de wendigos 

Moi : _ Qu’est ce que ça peux te faire ? Je ne vois pas en quoi ça te regarde. 
Wendigos : _ Si tu me laissais faire le problème serait vite régler et tu sais aussi bien que moi que tu a besoins de mon aide 
Moi : _ Ton aide ? hahaha ! Ne me fais pas rire je sais très bien que c’est encore une de tes ruses pour prendre le dessus. Mais dis-moi au juste depuis quand tu t’intéresse à mon bien être? 

Je vis le monstre apparaître juste devant moi, il me prit par la gorge et me plaqua contre le mur. 

Wendigos : _ CE CORPS M’APPARTIENT ! IL EST A MOI ET A MOI SEUL C’EST CLAIR ? ET JE NE LAISSERAI PERSONNE Y TOUCHER OU TE MALMENER JE ME RESERVE CE PLAISIR !



Bien qu’il ne s’agissait que d’une Hallucinations et qu’en réalité Wendigos n’était à nul autre endroit que dans ma tête lui était bien réel pour moi. Aussi réel que mon souffle qui était coupé par son étreinte, ou que la douleur qu’il m’affligeait. 
Je réfléchissais quelques minutes avant de m’exprimer difficilement : _ Tu as raison, je pourrais bien avoir besoins de ton aide finalement … nous avons un but commun et après tout tu es une partit de moi. 

Wendigos : _ enfin tu deviens raisonnable ! 
Moi  avec un sourire sadique : _ Cessons donc nos affrontements inutiles, c’est l’occasion pour nous de faire équipe ! 

Un sourire identique au mien se dessina également sur la bouche décharnée de la bête. Celle-ci se volatilisa me laissant tomber à terre et se changea en une étrange lumière sombre qui entra en moi. A présent j’étais en proie à de toutes nouvelles sensations. Pour la toute première fois de ma vie je me sentais parfaitement en phase avec moi-même, c’était comme si j’avais retrouvé une part de moi que j’avais perdu depuis longtemps. Je n’avais plus besoins de lutter contre le monstre qui sommeillait en moi. Lui et moi ne faisions désormais plus qu’un. La peur m’avait totalement quitté, il ne restait en moi que mes envies lubriques mêler à une irrépressible soif de sang et envie de meurtres. Mon instinct sauvage que j’avais renié depuis bien trop longtemps allait pouvoir s’exprimer dans toute sa barbarie. En me relevant je pouvais voir dans le miroir que sur le plan physique le seul détail qui avait changé était la lueur jaune qui émanait de mon regard. Je pus donc enfin me rendre aux quartiers de Ryuki. Je toquais donc à la porte.

Ryuki : _ Tu peux entrer c’est ouvert !

J’ouvris donc la porte qui me permit de voir la décoration des appartements de l’apôtre. Les couleurs dominantes étaient le rouge, le pourpre et le noir, de plus l’éclairage était assuré pars la lumière de nombreuses chandelles rouges sang disposées un peu partout dans la pièce. L’incube m’attendait assis sur un fauteuil de velours les jambes croisé arborant ses airs supérieurs et non chaland. En guise de tenu il n’était vêtu que d’une robe de chambre faite de satin. Elle était ornée de divers motifs japonais sur un fond rouge nuit. 

Ryuki  arborant un regard réprobateur : _ tu es en retard ! Kyo ne t’a pas appris la ponctualité à ce que je vois !
Moi  le plus calmement du monde : _ je suis désolé j’étais en train de me préparer …
Ryuki : _ Ton maître t’a bien mal dressé le Mioche ! Il ne t’a jamais montré ce que c’était qu’une punition ! 
Moi avec un sourire malicieux : _ Généralement je sais me rattraper en cas de faux pas ! 

L’incube se leva et s’approcha de moi. Il m’enlaça au niveau de la taille pour me serrer contre lui. Mon bassin était collé aux siens, malgré mon jean et sa robe de chambre je pouvais sentir son intimité semis endurcie. Je me penchais légèrement en arrière pour que nos torses ne soient pas en contact et afin de pouvoir le regarder dans les yeux. Son regard couleur rubis émettait une faible lueur rouge presque envoûtante. 

Ryuki avec un sourire sadique : _ Je serais curieux de voir ça !

Il passa son autre main derrière ma tête pour me forcer à m’approcher de lui. Lorsque non lèvres furent en contact il força la barrière des miennes avec sa langue. J’étais partager entre plusieurs sensations contradictoire, d’un coté la situation m’excitait grandement je pouvais sentir ma verge s’endurcir rapidement devenant à l’étroit dans mon jean bien trop serré à mon goût. Et d’un autre coté je me sentais envahie par des nausées. C’est homme éveilla en moi du désir et du dégoût j’avais à la fois envie de coucher avec lui et de lui arraché les yeux.

Ryuki : _ En tout cas ta tenue me plaît beaucoup, tu devrais utiliser ton bracelet plus souvent !
Moi avec un sourire pervers : _ Je ne l’utilise que pour les occasions particulières.
Ryuki : _ Vraiment … ? 

L’apôtre me jeta violemment contre le mur pour ensuite fondre sur moi et m’attraper les poignets et les maintenir au mur eux aussi, légèrement plus haut que ma tête. Puis il m’embrassa à nouveau avec encore plus de fougue que la dernière fois. Je sentis l’une de ses jambes contre les miennes il frottait son bassin contre le mien. Très excité par la situation, je poussais plusieurs soupirs de désirs et utilisais ma langue pour jouer avec la sienne, je lui faisais voir mes fameuses qualités pour embrasser dont il ne tarissait pas d’éloges à ce sujets. Lorsque je sentis qu’il baissa enfin sa garde j’en profitai pour le repousser et le plaquer violement contre le mur face à moi. J’eu le temps d’invoqué mes poignards anti-incubes et de les lui planté dans les mains pour le cloué au mur. L’apôtre lâcha un cri de douleurs mêlé à la surprise. Je plaçai mon index de manière sensuel sur ses lèvres et prix soin d’insonorisé magiquement la pièce je ne voudrais surtout pas être interrompus. 

Moi d’une voix mielleuse mêlé à un sourire sadique : _ Chuuut ne gâche pas ce moment ! 

Ryuki baignait dans l’incompréhension. Mes poignards spéciaux l’empêchait de faire usage des ses pouvoirs. Comment ai-je réussi à prendre le dessus sur lui ? Il ne devait pas se douté que Kyo irait jusqu’à me prêter sa puissance. Je plaçais ma main juste à coté de sa tête, créant une petite coupure de la griffe de mon pouce qui était légèrement plus longue sur son oreille. Une petite goutte de sang en sortit perla du lobe de l’oreille jusqu'à son cou si blanc, coulant jusque dans le creux de son épaules et glissa le long de sa clavicule pour finalement finir sa course sur le sternum. La récupéra le précieux liquide du bout de la langue et refis son cheminement en sens inverse. La sensation que je lui procurais réveilla en lui la chère poule. Une fois au niveau de son oreille je lui murmurai ces quelques mots. 

Moi : _ Tu es peut être habitué à dominé mais aujourd’hui c’est moi qui vais mener la danse !
Ryuki : _ Crois moi que tu le paieras très chère ! 

Je lui adressai un sourire moqueur et plongeai s mon regard dans le siens. Tandis que la lueur qui baignait mes yeux c’était amplifié, celle qui emmenait du regard de Ryuki avait été remplacé par de la rage. 
Moi  le tenant par le menton : _ Tu es tellement plus mignon quand tu es en situation d’infériorité. D’ailleurs quand tu fais des menaces tu es … à croquer ! Oh et puis zut juste une bouché ne peux pas faire de mal … enfin pas à moi en tout cas ! 

J’approchais ma bouche de son cou et planta mes crocs dans sa chair. A la différence des vampires une telle morsure ne laissera pas que deux insistions presque chirurgicale mais belle et bien une plaie qui ne peux avoir été faite que par un animal sauvage. Je pouvais sentir L’incube serré des dents pour ne pas montrer que je lui faisais mal. Je lui pris plusieurs gorgé du doux nectar qu’était son sang pour finalement cesser de boire lorsque j’en eux assez. La plaie continuait de couler abondamment mais je n’en avais que faire ! Je l’arrachai finalement du mur pour le projeter sauvagement sur son lit. La grande quantité de sang qu’il avait perdus l’avait suffisamment affaibli pour que je puisse le maîtriser. J’invoquais des chaînes spéciales incubes comme j’avais vu Kyo le faire de nombreuses fois. L’apôtre se retrouva enchaîner à son lit, les bras et les jambes écartées. Je m’approchais de lui d’une démarche sexy presque provocante ma chemise était si légère qu’elle flottait à chacun de mes pats. Je me plaçais à califourchon sur lui écartant le tissu qui recouvrait son torse. Lui ne cessait de proférer des menaces, répétant inlassablement qu’il me le ferait payer, mais je n’en avais cure. Je concentrai mon pouvoir du feu au bout de mes doigts. Ceux-ci émettaient une lueur semblable au fer incandescent rougis par la braise. Je baladais mon index et mon majeur sur son torse imitant les pats d’un minuscule personnage qui remonterait la ligne entre ses pectoraux. Chaque contact entre les doigts et sa peau émettait un crépitement identique à la chair qu’on faisait cuire à la poêle. De plus une légère fumer en émanait mêler a l’odeur de viande griller. Chaque pat de ma main laissait une trace de brûlure sur sa peau. Je voyais Ryuki se torde de douleurs essayant vainement de se libéré de ses entraves. 

Moi d’un ton provocateur : _ Quoi ? Tu n’aimes pas mes chaînes ? Pourtant il me semble que tu étais adepte d’accessoires !

Puis je me penchais ensuite au dessus de lui et me mis à l’embrasser dans le cou, descendant le long de son torse pour finalement me retrouver au niveau de l’un de ses tétons. Je m’amusais à le suçoter, le titiller du bout de la langue pour stimuler cette zone érogène. En entendant sa respiration haletante je pouvais en conclure que je lui procurais un certains plaisir, alors je plantais mes crocs dans son muscle et dans un violent mouvement de la tête. Je lui arrachai le téton. Ceci ne manqua pas d’arracher à Ryuki un cri de douleurs qui sonnait comme une douce musique a mes oreilles. Je recrachais le lambeau de chaire ensanglanté sur le sol. Puis je me plaçais de façon à recouvrir sa bouche et crispa mes doigts sur ses mâchoires enfonçant mes griffes dans ses joues. Mes yeux émettaient une lueur qui laissait deviner une certaine rage dans mon regard. 

Moi : _ JE TE DECONSEILLE FORTEMENT D’EMETTRE UNE QUELQUONQUE FORME DE PLAINTE. APRES TOUT CE QUE TU AS FAIT A DE NOMBREUSE PERSONNES CE N’EST QU’UN BIEN FAIBLE CHATIMENT EN COMPARAISON DE CE QUE TU MERITE ! 

Je retrouvais rapidement mon calme et lécha la plaie sur son torse. Le contact de ma salive sur sa chaire lui donna une sensation identique à celle d’une plaie qu’on désinfecte à l’alcool pure. Je trouvais le goût de son muscle saignant particulièrement alléchant mais je ne devais pas le dévorer. Je prenais un malin plaisir a malmené celui qui m’avais auparavant violé. Mais le meilleur restait encore à venir … J’eus juste à claquer des doigts pour dénoué le cordon qui maintenait sa tenus encore partiellement fermé révélant ainsi à la lumière des bougies son intimité. Alors qu’au début de notre tête à tête l’organe était déjà bien endurcie à présent ce n’était qu’on morceau de viande tout fripé et ratatiner. Je passais ma main légèrement au dessus de sa verge pour y provoquer un afflux sanguins entraînant ainsi une érection artificiel cela me faciliterai la tache pour ce que je lui réservais. Le castré ? Non en aucune façon c’est tellement peu original ! 

Je fis apparaître dans ma main une tige de métal semblable à une aiguille tricoter et l’enfoncer dans sa verge le traversant de toute sa longueur. Je pouvais sentir Ryuki trembler voir même presque convulser à chaque centimètre que je parcourais à l’intérieur même de son intimité. Au bout de plusieurs centimètres je pouvais sentir de la résistance j’en concluais que j’avais atteins le « fond ». Alors par un dernier coup sec j’enfonçais de plus bel la tige. Celle-ci lui perfora la chaire et ressortit au niveau du scrotum de l’incube. J’étais pleinement satisfait de moi-même bien qu’au fond de moi j’en voulais plus, j’estimais qu’il fallait rester raisonnable De plus à en jugé par l’heure qu’il était notre tête à tête touchais à sa fin. J’espérais juste que Raytöku ne m’en voudrais pas trop d’avoir un peu abîmé sa « console de jeu favorite ». Je descendis du lit et quitta la chambre laissant l’apôtre ainsi. Mais juste avant de traverser la porte je me retournai une dernière fois vers ma victime. 

Moi avec un sourire provocateur : _ J’ai vraiment apprécié ce petit moment passé a deux. Sincèrement ce fut un réel plaisir ! 


Puis je traversais le couloir pour retrouver mon amant et mon mentor dans la bibliothèque. 
Moi me parlant à moi d’un air triomphant : _ Voila une aventure qu’il n’est pas près d’oublier !


les songes sont les portes d'un monde au contours floues
si l'imagination en est la clef
encore faut t'il trouver la serrure


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La revanche du loup. (Avec la participation de Kyo et Ryuki)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Restons de glace face aux efforts magmatiques qui partent en fumé [PV Daisuke Aurola et Shiffer G. Lisianna] [CLOS]
» Une faim de loup! (avec Mégane)
» Le topic officiel de l'intrigue "le retour de Sheila Carter" (avec la participation de Lauren, Sheila, Michael, Mary Carter et Scott Gainger)
» [INTRIGUE] - Doutes et espoir - (avec la participation de Matt et John]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. ::  :: Fan fiction. :: Autre Fiction-
Sauter vers: